L’Everest de la natation : la traversée de la Manche à la nage

Mercredi 10 août 2016 à 17h21

Mots clés : , , , ,

Julien Moreau, parrainé par Sea Shepherd est parti hier midi de Jersey en Angleterre afin de rejoindre Saint-Malo à la nage. Il n’est pas le premier nageur à vouloir traverser la Manche en nageant, même si son trajet diffère de celui traditionnellement emprunté. En effet, c’est le rêve fou d’environ 300 personnes par an, prêt à tout pour affronter « l’Everest de la natation »…


Nageur @Pixabay

On cite généralement le britannique Matthew Webb en tant que premier nageur ayant réussi l’exploit d’atteindre les côtes française, après 21 h et 45 min d’effort dans les eaux froides de la Manche, le 21 août 1875.

En réalité, c’est en 1817 que nait la natation en eau libre. Blessé à Waterloo, Jean Marie Salati, soldat de la Grande armée napoléonienne est fait prisonnier dans les pontons anglais de Douvres. Un soir de l’année 1817, il décide de s’échapper. Il recouvre son corps de suif, et s’enfuit en nageant 44 km jusqu’à Boulogne-sur-Mer…

Aujourd’hui, l’exploit fait rêver de plus en plus les amateurs de défis extrêmes. Entre 1875 et 2015, plus de 1600 nageurs ont réussi à traverser la Manche à la nage pour 2118 tentatives. En moyenne 6 nageurs sur 10 réussissent l’exploit. L’anglaise Alison Streeter, a même réussi l’exploit 43 fois, ce qui fait d’elle « la Reine de la Manche » ! Le record de rapidité est pour l’instant détenu par le britannique Trent Grimsey qui a effectué la traversée en seulement 6 heures et 55 minutes.

Même si moins de gens meurent en traversant la Manche qu’en escaladant l’Everest, le défi reste dangereux et est réservé à des nageurs expérimentés, ayant un certificat d’aptitude à nager plus de 6 heures. Ainsi, depuis 1875, on compte environ 10 décès, même si leur nombre a diminué depuis que la traversée est encadrée par le CSA (Channel Swimming Association) et le CS&PF (Channel Swimming & Piloting Federation) (1927), deux associations chargées d’accompagner les nageurs et de valider leur traversée.

Pour que l’exploit soit homologué, les nageurs doivent respecter certaines règles. La première chose à savoir est que la traversée se fait toujours des côtes anglaises vers les côtes françaises, même si les allers-retours au départ de la France sont occasionnellement autorisés. La France est réticente à autoriser la pratique, tant le trafic maritime est dense à cet endroit. On y compte en effet environ 300 à 400 navires par jour. Généralement, la traversée se fait de la Shakespeare Beach ou de la réserve Samphire Hoe, près du port de Douvres jusqu’au pied du Cap Gris-Nez sur la plage de Wissant. C’est le passage le plus court : 33 km.
Deuxièmement, les nageurs n’ont pas le droit de porter une combinaison et des palmes. Ils peuvent seulement avoir sur eux un maillot de bain, un bonnet, des lunettes et une source lumineuse pour la nage de nuit. Ils sont aussi autorisés à recouvrir leur corps de graisse et de crème solaire pour éviter les désagréments causés par les frottements. Les nageurs sont accompagnés par seulement un bateau, qu’ils ont l’interdiction de toucher et sur lequel se tiennent des observateurs, chargés non seulement de veiller à la sécurité des nageurs mais aussi de valider ou non la régularité de la traversée.

Les traversées pouvant durer jusqu’à 21 heures, les nageurs doivent se nourrir. La régularité des repas est, là encore, encadrée : toutes les heures au début puis toutes les demi-heures. Des aliments à haute valeur énergétique sont fixés au bout d’une perche pour que les nageurs n’entrent pas en contact avec le bateau.

Réaliser un tel exploit nécessite des heures et des heures d’entrainement, aussi bien physique que psychologique. Même si les traversées s’effectuent pendant les mois les plus chauds, entre fin juin et début octobre, le plus gros défi à surmonter pour les nageurs demeure le froid. Vêtus d’un simple maillot de bain, ils doivent être capables de résister aux températures très basses de la Manche (15°C en juin). De nombreux nageurs se préparent à affronter ces eaux fraîches en prenant des bains d’eaux glacées. En outre, même en étant bien préparé, rien ne peut prédire les aléas indissociables à toute entreprise physique de cette envergure : blessure ou malaise soudain, conditions météorologiques mauvaises, courants trop forts… Ainsi parfois, à seulement quelques kilomètres du rivage, certains nageurs sont obligés d’abandonner, tétanisés par le froid ou blessés.

Malgré cela, l’Everest de la natation fait de plus en plus d’amateurs. Preuve en est : il faut réserver deux ans en avance pour pouvoir traverser la manche, et le jour J, rien ne dit que vous serez autorisé à traverser. Tout est une question de météo !


A lire aussi :

Un Tour de la Manche en 6 escales

Traversée de la Manche dans un sous-marin à pédales interrompue


SERVICE:
Toutes les prévisions météo du littoral et en mer pour la France par téléphone au 3201*.
Toutes les prévisions météo de vos voyages et vos navigations à l'étranger au 3264**.
Recevez la newsletter
tous les jeudis
* 3201 : Prévisions pour la France - 2,99€ par appel   ** 3264 : Prévisions pour le Monde - 2,99€ par appel
Fermer
Recevez chaque jeudi les coups de coeur de la rédaction