Louer un voilier : attention aux mauvaises expériences !

Mercredi 5 décembre 2018 à 16h21

Louer un bateau est synonyme d’évasion, d’aventure et la promesse de moments uniques et inoubliables… Dans le bon sens du terme ! Oui mais voilà, il arrive parfois que les vacances si désespérément attendues tournent au vinaigre, voire pire : au cauchemar. Témoignage d’une lectrice en Grèce…


C'est à l'occasion du Nautic 2017 que nous décidons de nos prochaines vacances d'été : deux semaines en croisière à bord d'un Jeanneau Sun Odyssey 379 de 2015 pour découvrir les merveilles des Cyclades ! / © NM

Décembre 2017, salon nautique de Paris : les journées sont courtes, les exposants du Nautic arrivent et repartent la nuit, les températures dépassent difficilement les 0°…  Voici le parfait contexte pour rêver de ses prochaines vacances d’été ! Le Nautic de Paris est l’occasion pour de nombreux chantiers de dévoiler en avant-première leurs nouveautés, voile et moteur, idem pour les équipementiers, les fabricants de SUP et autres accessoires de loisirs nautiques. On y retrouve aussi les services et l’édition, à l’image du Bloc Marine, lancé officiellement chaque année lors de ce salon. La Porte de Versailles abrite également durant toute la semaine des tours opérateurs et des loueurs de bateaux. Et parmi eux, Kavas Yachting, spécialiste charter en Grèce.

Quatre marins novices et un skipper

Après de nombreux échanges avec le loueur, nous nous mettons d’accord sur un programme et un prix. Contrat signé pour des vacances à quatre, nous serons accompagnés d’un skipper. Au programme : deux semaines à bord d’un Jeanneau Sun Odyssey 379 de 2015 pour découvrir les merveilles des Cyclades… l’excitation est à son paroxysme !

Première déception : nous prendrons la mer le lendemain matin de notre arrivée, car le loueur n'a pas préparé le bateau dans les temps... Le rêve se fait désirer ! / © NM

Nous sommes tous novices : ces vacances sont notre première longue expérience en mer à tous les quatre. Et au fil des jours, notre enthousiasme va doucement s’éteindre. Cela commence dès le premier jour : au lieu d’avoir le bateau à 13h30 comme annoncé, nous montons à bord à 18h30. Nous ne pourrons donc pas prendre la mer (interdiction pour les skippers de naviguer la nuit), nous partirons le lendemain matin. Le rêve se fait désirer mais soit.

Des pannes à répétition et un skipper qui ne connaît pas la Grèce !

Notre annexe : pas assez motorisée pour affronter le Meltem, puissant en août dans les Cyclades... Les débarquements sont sportifs ! / © NM

Ensuite, tout s’enchaîne : batterie électrique qui brûle le premier soir, WC régulièrement bouchés, manque d’eau pour la douche (le skipper n’ayant pas connaissance de la capacité d’eau à bord du bateau…), débit d’eau de la douche proche du néant (quatre douches prises en deux semaines), prises électriques non fonctionnelles…  Des problèmes techniques qui auraient pu nous faire sourire et faire ressortir notre côté « aventurier » si seulement nous n’avions pas appris que notre skipper n’avait jamais mis les pieds en Grèce ! Un point sur lequel j’avais longuement insisté au moment de la réservation, et que l’on m’avait bien confirmé : oui votre skipper connaît la Grèce et les îles comme sa poche, il sera un excellent guide. Excellent ? Pas du tout… A tel point que ce dernier n’a jamais utilisé la VHF pour contacter les ports avant notre arrivée. Résultat : cinq nuits au port uniquement sur tout le voyage et des difficultés à nous rendre à terre. En effet, l’annexe était sous-motorisée pour affronter un vent fort que nous avons subi tout le long du séjour.

Ne jamais ignorer la météo

Le vent : gros point noir de ce voyage. Car il faut savoir que parmi les différents groupes d’îles que compte la Grèce, nous avons choisi les Cyclades, sur les conseils, a priori avisés, de Kavas Yachting. Quelle idée me dira (à mon retour), un expert METEO CONSULT : un débutant ne va pas dans les Cyclades au mois d’août, jamais : le Meltem est bien trop puissant. Effectivement ! Pendant dix jours, nous avons navigué pendant plus de dix heures par jour à 35 nœuds de vent. Des vacances sportives, trop sportives, pour des apprentis marins que nous sommes, peu habitués à évoluer sur un plancher à la verticale, et à encaisser les creux et les vagues.

Nous avons dû passer plusieurs nuits à bord du voilier... Pas de place dans les ports, trop de vent pour rentrer dans le port... Au total, ce sont 5 nuits que nous passons au mouillage. / © NM

Il aurait suffi de quelques recherches, de poser quelques questions aux bonnes personnes pour démêler le vrai du faux d’un discours commercial, de promesses et de vendeurs de rêve…

© NM

Les 10 commandements avant de réserver sa croisière

1. Tes envies tu imposeras.

2. Tes limites tu fixeras.

3. Ton budget tu valideras.

4. La destination tu choisiras.

5. La météo tu consulteras.

6. Une étude de marché tu feras.

7. Des renseignements tu collecteras.

8. Ton esprit critique tu garderas.

9. Toutes tes questions tu poseras.

10. De tes vacances sereinement tu profiteras !

La vie en bleue

© NM

Même si cette première expérience fut, sur bien des aspects, décevante, cela ne nous a pas empêché de profiter pleinement de nos quelques heures sur les îles chaque soir : Kea, Kythnos, Sérifos, Sifnos, Folégandros, Ios, Naxos, Mykonos, et enfin Syros. Ces petits confettis éparpillés en mer Egée sont de véritables merveilles. On déambule dans les rues pavées, aux façades blanches et aux toits bleus ou rose selon les îles, on boit un café (ou un ouzo) sur une charmante petite place abritée de bougainvilliers, on fait une pause dans notre ascension vers le chora (village) ou le kastro (château) à l’ombre d’un olivier, on flâne dans les magasins de souvenirs… Visiter les Cyclades, c’est faire une pause hors du temps, et apprendre… à prendre le temps. Quand on vit à 100 à l’heure le reste de l’année, on apprécie la douceur de vivre typique des îles grecques.

Kea, Kythnos, Sérifos, Sifnos, Folégandros... Ces petits confettis éparpillés en mer Egée sont de véritables merveilles ! / © NM

Aucun remboursement même partiel de proposé

Quand on tombe de cheval, la meilleure chose à faire est de remonter immédiatement…  Mais avant cela, une discussion avec la direction s’impose. Celle-ci niera bien sûr tout en bloc, aussi bien pour ce qui concerne l’entretien du bateau que les conseils donnés au moment de la réservation… « en août, aucun de nos bateaux ne partent dans les Cyclades ». Etrange, il me semble en avoir croisé une petite dizaine estampillée Kavas… Passons. On me propose alors de revenir une semaine pour naviguer dans le golfe Saronique cette fois-ci pour un prix « très avantageux ». Aucun remboursement même partiel proposé. Et bien merci, mais non merci !

Même si l’expérience fut intense, elle ne sera pas pour autant la dernière (αντίο Kavas, kaliméra à vous, autres loueurs !) *

*au revoir Kavas, bonjour à vous, autres loueurs

Visiter les Cyclades, c'est faire une pause hors du temps, et apprendre... à prendre le temps. Ici une charmante petite place sur l'île de Folégandros, notre coup de coeur ! / © NM

A lire aussi :

Un grand cru pour la 55e édition du Bloc Marine !

La Pointe des Châteaux en Guadeloupe, un lieu photogénique


SERVICE:
Pour préparer vos escales en toute sérénité, téléchargez l'appli Guides Escales du Bloc Marine.
Toutes les prévisions météo du littoral et en mer pour la France par téléphone au 3201*.
Toutes les prévisions météo de vos voyages et vos navigations à l'étranger au 0899 70 12 34**.
Recevez gratuitement
la newsletter
tous les jeudis
* 3201 : Prévisions pour la France - 2,99€ par appel   ** 0899 70 12 34 : Prévisions pour le Monde - 2,99€ par appel
Fermer
Recevez chaque jeudi les coups de coeur de la rédaction