Pêche-promenade : un marché en croissance

Samedi 1 décembre 2012 à 14h00

Mots clés : , ,

Les bateaux de pêche-promenade, après avoir affiché une certaine modestie, sont aujourd’hui remis au goût du jour pour répondre aux attentes des plaisanciers. Ludiques et polyvalents ces nouveaux modèles devraient séduire toutes les générations.


Merry Fisher 855 Marlin de Jeanneau

Les chantiers des constructeurs comme Baloin à Douarnenez (Finistère) avaient très tôt repris des formes de petits canots bretons pour lancer des séries en résine polyester (Penn sardinn, 3,85 m ; Jabadao, 4,25 m) qui continuent de faire le bonheur des pêcheurs amateurs locaux : ces deux modèles ont largement franchi la barre des 1000 exemplaires construits !

 

Pour répondre aux pêcheurs plaisanciers désireux de s’abriter des intempéries, les bateaux se sont équipés d’une petite timonerie. Ils y ont gagné en confort, tandis que les carènes évoluaient vers une forme semi-planante, optimisant ainsi les possibilités des moteurs, tout en assurant une bonne stabilité à faible vitesse pour pêcher à la traîne. Ainsi le chantier Ocqueteau développe-t-il avec succès sa gamme de Timoniers, qui commence à 4,85 m. Côté motorisation, la gamme est équipée de hors-bords quatre temps qui ont largement fait leurs preuves en matières de fiabilité et d’économie.

 

Certains constructeurs ont voulu offrir un bateau mixte, capable d’allier parties de pêche et petite croisière. Après les Antarès de Bénéteau, puis son nouveau Barracuda 7, les Merry Fisher 645 et 755 de Jeanneau, ou encore son récent 855 Marlin, illustrent de cette évolution : carré de cockpit transformable en solarium, dînette intérieure convertible en couchette, couchage double à l'avant... De quoi attirer un public familial.

 

Enfin, quelques chantiers ont délibérément choisi de s’orienter vers le bateau lourd, tel Rhéa Marine et ses « vedettes de plaisance orientées pêche ». Depuis son premier Rhea 900 conçu avec l’architecte naval Michel Joubert, le constructeur présente toute une gamme à la sympathique silhouette dont le 7,50 qui, avec plus de 300 exemplaires, constitue l’indéniable fer de lance de la marque. Présent au Nautic avec plusieurs modèles, le chantier rochelais (racheté cet été par le groupe nantais DLJ) exposera notamment son 8,50 équipé d’un moteur hybride : entre 70 et 50 % d’économie de carburant ! Un argument de vente percutant.

 

 

LIRE AUSSI :

TIWAL : Un bateau de poche

Le SESSA Fly54, élu meilleur motor yacht de moins de 60’ au Xiamen International Boat Show

 


SERVICE:
Toutes les prévisions météo du littoral et en mer pour la France par téléphone au 3201*.
Toutes les prévisions météo de vos voyages et vos navigations à l'étranger au 3264**.
Recevez la newsletter
tous les jeudis
* 3201 : Prévisions pour la France - 2,99€ par appel   ** 3264 : Prévisions pour le Monde - 2,99€ par appel
Fermer
Recevez chaque jeudi les coups de coeur de la rédaction