Gavignet: «J'aimerais commencer à marquer mon territoire»

Vendredi 1 juin 2012 à 17h23

INTERVIEW - A quelques heures du départ du record SNSM, Sidney Gavignet fait le point sur la préparation de son bateau, sur sa saison ainsi que sur la Volvo Ocean Race qu'il suit avec passion.


Cowes Week 2011 / Mark Lloyd/Llotd Images - Sidney Gavignet: «Pour l'instant, je suis un peu le seul à sentir le bateau et à porter sa performance».

Figaro Nautisme.- Quel est votre objectif sur ce record SNSM?

Sidney Gavignet: Le bateau a été mis à l'eau il y a moins de deux mois. Nous allons passer, ce week-end, notre vingtième jour sur l'eau, ce qui est très bien mais normalement insuffisant pour battre les meilleures équipes. Le parcours est très intéressant avec quatre portions de 80 milles, soit environ 24 heures de course avec des îles au milieu et du vent qui mollit en fin de parcours. Je viens avant tout pour améliorer la cohésion de mon équipage.

Pour l'instant, je suis un peu le seul à sentir le bateau et à porter sa performance. Dans l'optique de la transat en juillet (Ndlr: la Krys Ocean Race, New York - Brest, départ 7 juillet), il est important que toute l'équipe progresse. Nous avons fait une bonne Armen Race en terminant en troisième position à 8 minutes de Foncia. J'aimerais bien marquer un peu mon territoire sur ce record SNSM et commencer à inquiéter les autres.

Quel est votre objectif à un mois de la Krys Ocean Race?

Mon premier objectif est de finir la course. Il est important d'avoir des objectifs pour être clair dans ses choix même si ça démange de jouer avec les autres. Très sincèrement, nous nous positionnons derrière nos concurrents. Je vois Foncia, Gitana et Spindrift Racing au-dessus, les marins de Race for Water un peu derrière car ils naviguent moins que les autres mais leur équipe est très bonne; et ensuite: nous.

Veolia s'est retiré récemment de la classe MOD 70: êtes-vous inquiet de la conjoncture économique et du faible nombre de MOD?

Je ne m'inquiète pas et je suis heureux. Chaque jour amène son lot de bonnes et de mauvaises nouvelles. C'est vrai qu'il est dommage que Veolia se soit retiré et il serait souhaitable qu'une deuxième vague étrangère vienne renforcer nos rangs. Mais nous sommes cinq et avec l'arrivée prochaine de Jean-Pierre Dick, nous serons six, ce qui est bien pour une jeune classe comme la notre.

Vous connaissez particulièrement bien la Volvo Ocean Race. Que pensez-vous de cette édition et comment voyez-vous la suite de la compétition?

Cette édition de la Volvo Ocean race est très spéciale car extrêmement disputée. C'est une édition très difficile avec beaucoup de milles dans des mers difficiles, notamment en Asie. Cette Volvo est également compliquée psychologiquement et très dure pour les familles du fait du faible temps passé par les équipages à terre.

Je ne donnais pas Groupama gagnant au départ mais il faut constater qu'ils font une course remarquable, qu'ils sont en tête et qu'ils arrivent chez eux. C'est une bande de Figaristes qui devrait être à l'aise le long de l'Espagne, dans le Golfe de Gascogne et en Manche. Ca se présente bien. Mon pronostic pour le résultat final: Groupama premier et Puma second.


SERVICE:
Toutes les prévisions météo du littoral et en mer pour la France par téléphone au 3201*.
Toutes les prévisions météo de vos voyages et vos navigations à l'étranger au 3264**.
Recevez la newsletter
tous les jeudis
* 3201 : Prévisions pour la France - 2,99€ par appel   ** 3264 : Prévisions pour le Monde - 2,99€ par appel
Fermer
Recevez chaque jeudi les coups de coeur de la rédaction