Budgets nautiques : A la recherche de l'or 2.0

Jeudi 7 mars 2013 à 15h42

Mots clés : , , , , ,

On le sait, les loups de mer d'antan sont devenus des chefs d'entreprise aguerris. Ils ont aussi adopté la posture 2.0 pour trouver des financements.


Il y a un an, Eric Peron diffusait une parodie de Bref «Je cherche un sponsor» pour se démarquer de ses concurrents (voir la vidéo sous l'article). Une bonne manière de faire parler de lui alors qu'il préparait dans le même temps sa Transat AG2R, en double avec Erwan Tabarly (2e place). Avec son écriture pleine d'humour et son invité de choix - Michel Desjoyeaux, bien connu du grand public - la vidéo a pu attirer le grand public dès son premier mois de diffusion. Une bonne performance pour une vidéo tournée en deux jours.  Eric Peron a depuis choisi de se tourner vers la voile olympique pour Rio 2016.

 

Collectes de fonds en ligne pour les skippers de la classe mini

 

Cette année, plusieurs ministes ont choisi de faire appel à la générosité des internautes via les sites de crowfunding (littéralement «financement par la foule»). Chaque contributeur y obtient une contrepartie en fonction de son don (affiche, nom sur la coque ou navigation avec le skipper, par exemple).

 

Ainsi le site de collecte de fonds kisskissbankbank accueille le projet de Pierre-François Dargnies. Ce jeune marin est ingénieur au sein de l'équipe de Roland Jourdain, Kairos. Sa collecte est ouverte jusqu'au 24 avril prochain pour un montant fixé à 20 000 euros. C'est un budget de fonctionnement minimum qui ne comprend pas le prix du bateau, les 4 spinnakers, le budget logistique, les courses de pré-saison ni les frais de port. Jusque-là, 78 contributeurs ont payé 36% du budget. La collecte est ouverte jusqu'au 24 avril prochain.

 

L'un de ses concurrents pour la mini-transat d'octobre 2013 est Ian Lipinski. Avec «Pas de futur sans numérique», le jeune navigateur souhaite réunir plusieurs partenaires autour de l'écosystème de l'innovation et du numérique en Ile-de-France (Cap Digital, Silicon Sentier ou Systematic). Pour mettre toutes les chances de son côté, il a ouvert deux collectes. L'une est sur kisskissbankbank, pour une somme de 50 000 euros. Il en a récolté 42 % grâce à 54 participants.

Sur un deuxième site de collecte, ulule, il a fixé un budget de 1700 euros, uniquement pour ses nouvelles voiles. C'est le prix de son solent. Ian Lipinski a finalement été entendu au-delà de ses espérances puisqu'il a reçu 2 650 EUR des contributeurs ulule. «Un grand merci à tous les nouveaux partenaires du projet et bienvenue dans l'aventure! Je suis très ému de me sentir soutenu et ferai de mon mieux pour que nous puissions partager cette entreprise ensemble», a-t-il commenté sur le site.

 

Un autre projet pour la mini-transat est actuellement en cours de financement. Jonas Gerckens a encore 35 jours pour compléter sa collecte. Il explique qu'un budget de 2000 euros lui permettra de participer à l'Open Demi Clé en double, en avril. Echelon après échelon, il déroule son programme jusqu'à la mini-transat en octobre. Il estime la saison complète à 65 000 euros.

 

LIRE AUSSI:

Littoral: Quel temps pour ce week-end ?

Le windsurf n'est pas mort


SERVICE:
Pour préparer vos escales en toute sérénité, téléchargez l'appli Guides Escales du Bloc Marine.
Toutes les prévisions météo du littoral et en mer pour la France par téléphone au 3201*.
Toutes les prévisions météo de vos voyages et vos navigations à l'étranger au 0899 70 12 34**.
Recevez gratuitement
la newsletter
tous les jeudis
* 3201 : Prévisions pour la France - 2,99€ par appel   ** 0899 70 12 34 : Prévisions pour le Monde - 2,99€ par appel
Fermer
Recevez chaque jeudi les coups de coeur de la rédaction