Blog de Geoffroy Langlade

Le moteur in-board va-t-il disparaître ?

Dimanche 15 juillet 2018 à 15h34

D’un point de vue strictement statistique, les bateaux à propulsion « hors-bord » sont en train de prendre le pas sur les unités motorisés en « in-board ». Y compris sur les bateaux à moteur de grande taille. Est-ce un effet de mode ou, au contraire, le mouvement va-t-il s’amplifier ?


Les motoristes ont répondu à l'appel du marché de la plaisance en lançant de fortes puissances. Ici, les Mercury Verado. / Mercury

Il y a peu de temps, le mot « hors-bord » désignait encore aux yeux du grand public, un bateau à moteur aux dimensions réduites, c’est-à-dire mesurant un peu moins de huit mètres, facilement transportable par la route et au programme d’utilisation limité à une sortie à la journée. Au programme : balade rapide, séance de pêche de quelques heures, ski nautique en famille, pique-nique entre amis ou cabotage. Pour les plaisanciers avertis, il s’agissait encore du «moteur fixé à l'arrière d'une embarcation, à l'extérieur du tableau arrière », dixit notre bon vieux dictionnaire Larousse. Tout le monde se souvient encore du hors-bord deux temps à barre franche dont la fumée s’échappait au démarrage…

Aujourd'hui, la plupart des bateaux à moteur transportables sont motorisés hors-bord. / Yamaha

Des unités de plus de 10 mètres propulsées par deux voire trois moteurs hors-bord !

Mais aujourd’hui cette époque est complètement révolue. Les progrès en matière de fiabilité, de réduction des rejets polluants et la baisse de la consommation moyenne de ce type de moteur ont poussé les chantiers à monter ce type de propulsion. Une tendance bien connue aux Etats-Unis avec des chantiers américains qui n’ont jamais vraiment hésité à aligner une collection de puissants hors-bord sur les tableaux arrière de leurs fishings, offshores ou autres coques open. Des bateaux rapides et gourmands en essence pilotés par des plaisanciers peu enclins à naviguer sur des embarcations à propulsion in-board diesel. D’autant plus que les ventes de moteurs essence type sterndrive sont en baisse sur le territoire nord-américain au profit du hors-bord. En 2017, Seven Marine a été racheté par le géant Volvo Penta, leader mondial du moteur marin de plaisance. Seven Marine devrait développer une nouvelle gamme et produit à ce jour les deux plus puissants blocs moteur au monde, sur une base General Motors : 557 et 627 chevaux !

La propulsion hors-bord offre des performances élevées avec des consommations moyennes à la baisse. / Suzuki Marine

Economie, fiabilité et performances au rendez-vous

En Europe, les constructeurs européens proposent depuis peu des unités hors-bord dont la taille et la puissance totale ne cessent d’augmenter. Ainsi, au dernier salon Nautic de Paris, Jeanneau (Groupe Bénéteau) a lancé en avant-première mondiale une Merry Fisher 1095 motorisée par deux fois 300 chevaux hors-bord et doté de trois cabines pour la croisière en famille. Une combinaison qui semblait impossible jusqu’à maintenant ! D’après le chantier tricolore, « ce type d’embarcation est promise à un bel avenir car il privilégie l’économie d’utilisation et des performances élevées ». Dans le même esprit, le chantier Fjord vient de sortir son open de 36 pieds en version hors-bord, de manière à améliorer sa vitesse de pointe et réduire de plusieurs milliers d’euros la note finale par rapport à son équivalent in-board…

Des moteurs de plus en plus puissants et connectés !

Le VesselView de Mercury permet d'afficher simultanément les informations de plusieurs moteurs sur un écran tactile. / Mercury

Au chapitre des nouveautés, les fortes cylindrées sont au rendez-vous, répondant à la demande du marché mondial de la plaisance dont la puissance moyenne ne cesse d’augmenter. On parlerait de 100 chevaux contre 50 chevaux il y a encore quelques années. Ainsi, poursuivant ses concurrents directs, comme Yamaha et son V8 hors-bord de 350 chevaux ou encore Mercury et son Verado 400 R, le japonais Suzuki vient de sortir un bloc V6-4 temps de 350 chevaux et s’apprête à présenter un autre modèle au salon de Düsseldorf courant janvier. Dans le sillage de ces fortes puissances, les motoristes proposent également des systèmes électroniques d’aides au pilotage pour les plaisanciers. Evinrude et son système de joystick iDock qui se connecte sur le circuit hydraulique de chaque moteur. Le motoriste américain propose également sa fonction E-Link, un tableau de bord virtuel qui permet de consulter et de commander, via votre smartphone, les fonctionnalités importantes du moteur par connexion WiFi. De son côté, le nouveau VesselView de Mercury permet d'afficher simultanément les informations d'un maximum de quatre moteurs sur un écran tactile simple d'utilisation et dispose d'un écran de description des pannes et affiche des informations actualisées de plus de 30 paramètres du moteur, comme le niveau de carburant, l’autonomie, la température et la pression de l’huile, etc. Des progrès en lien avec les améliorations apportées sur les modèles de dernière génération : traitement anticorrosion, niveau sonore et vibrations réduites, injection directe, poids à la baisse, etc. 

Via la fonction E-Link signée Evinrude, on peut, à partir de son smartphone, contrôler tous les paramètres de son moteur hors-bord. / BRP

Enfin, dernière évolution des moteurs hors-bord, l’esthétisme. Ce derniers arborent des designs aboutis, plus modernes et racés à l’image de la gamme G2 signée Evinrude ou encore des série spéciales imaginées par les motoristes. Pour son 70eme anniversaire, Honda Marine a ainsi présenté plusieurs prototypes de capots moteur lors du dernier salon Nautic de Paris…  

 

A lire aussi :

La nouvelle vague Couach est lancée

Premier modèle sportif hors-bord pour Sealine


SERVICES :
Pour préparer vos escales en toute sérénité, téléchargez l'appli Guides Escales du Bloc Marine.
Toutes les prévisions météo du littoral et en mer pour la France par téléphone au 3201*.
Toutes les prévisions météo de vos voyages et vos navigations à l'étranger au 0899 70 12 34**.
BLOG
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade est le directeur des contenus chez Figaro Nautisme. Il est également réalisateur et producteur de programmes tv & web dans le domaine du sport, du luxe et du nautisme. C’est également et surtout, un fan de motonautisme avec plus de 500 tests de bateaux à moteur ou yachts à son actif, à travers le monde, de Cannes à La Rochelle en passant par Istanbul ou Miami. Un métier passionnant qui lui permet de naviguer sur quelques unes des plus belles unités de la planète…
* 3201 : Prévisions pour la France - 2,99€ par appel   ** 0899 70 12 34 : Prévisions pour le Monde - 2,99€ par appel
Fermer
Recevez chaque jeudi les coups de coeur de la rédaction