Blog de Jérôme Heilikman

Maisons flottantes : maison ou bateau ? Quels cadre juridique et champ d'application ?

Mardi 5 février 2019 à 06h35

Construire une maison flottante est une alternative écologique aux maisons traditionnelles. Elle présente de nombreux avantages. Et pourtant, si le nombre de constructions ne cesse de croître, le concept est toujours victime d’un vide juridique.


Si construire une maison flottante est un concept qui rencontre de plus en plus de succès, le concept est toujours victime d'un vide juridique... / © Wikimedia

Peut-on se prévaloir du caractère meuble d'une installation au sens des dispositions de l'article 528 du code civil, pour soutenir qu'une maison flottante est assimilable à un bateau ou une péniche, relevant non pas du régime de constructions visées par le code de l'urbanisme mais de la seule législation relative à la navigation des bâtiments et établissements flottants ?

Selon la jurisprudence, dès lors que la maison flottante a vocation à rester implantée à perpétuelle demeure sur des eaux intérieures privées sans possibilité de déplacement, le projet de « maison flottante » est assimilable à un projet de construction au sens de l'article L. 421-1 du code de l'urbanisme.

Elle relève ainsi du droit commun des constructions (Cour administrative d'appel de Nantes du 29 décembre 2014) et est, de fait, soumise au respect des règles d'urbanisme et notamment du plan local d'urbanisme (PLU).

Par ailleurs, dès lors qu'une péniche, transformée en « maison flottante » ou « bateau-logement », est installée sur le domaine public fluvial, elle est dispensée d'autorisation au titre du code de l'urbanisme (Cour d'appel de Versailles, 9e ch. , 21 mai 1980 et Tribunal administratif de Paris, 16 juin 1981).

En revanche, son stationnement nécessite l'obtention d'une autorisation d'occupation du domaine public délivrée par le gestionnaire de celui-ci, autorisation qui a un caractère précaire et révocable. Enfin, une telle occupation privative du domaine public fluvial, bien que dispensée d'autorisation d'occuper le sol, reste soumise au respect des règles d'urbanisme et est donc tenue par le zonage du PLU.

Concernant les modalités administratives les article 9 et 11 de l'arrêté du 21 décembre 2007 relatif aux titres de navigation des bâtiments et établissements flottants naviguant ou stationnant sur les eaux intérieures apportent les précisions utiles.

A lire aussi :

Peut-on acheter ou vendre un bateau avec des Bitcoins ?

Accident de voile, de plongée : quelle responsabilité des organisateurs à l'occasion d'une activité sportive ?


SERVICES :
Pour préparer vos escales en toute sérénité, téléchargez l'appli Guides Escales du Bloc Marine.
Toutes les prévisions météo du littoral et en mer pour la France par téléphone au 3201*.
Toutes les prévisions météo de vos voyages et vos navigations à l'étranger au 0899 70 12 34**.
BLOG
Jérôme Heilikman
Jérôme Heilikman
Titulaire du Master 2 Droit et sécurité des activités maritimes et océaniques de la Faculté de droit de Nantes, Jérôme Heilikman est juriste spécialisé en droit maritime et droit social des marins. Il travaille depuis 2012 à la Sous-direction des affaires juridiques de l'Enim (sécurité sociale des marins) en charge spécifiquement de la mobilité internationale des marins. En parallèle il a cofondé Légisplaisance, association rochelaise qu'il préside et dont l'objet est d'expliquer le droit de la plaisance et de mettre en relation les spécialistes du droit et les plaisanciers. Actuellement, Jérôme Heilikman prépare une thèse de doctorat sur la réglementation de la construction et du recyclage des navires de plaisance.
* 3201 : Prévisions pour la France - 2,99€ par appel   ** 0899 70 12 34 : Prévisions pour le Monde - 2,99€ par appel
Fermer
Recevez chaque jeudi les coups de coeur de la rédaction