Blog de Michel Ulrich

Promenade en mer à Parati

Mercredi 9 mai 2018 à 17h07

Je n’étais pas revenu à Parati depuis treize ans... Et que de changements ! La vieille ville était sous les eaux de la marée haute, il y avait beaucoup plus de touristes brésiliens, plus de bars et plus de gîtes. Et surtout beaucoup plus de bateaux dans la baie...


Mer et montagne / Michel Ulrich

Dans la baie d’Ilha Grande, autour de Parati et du fjord de Mamangua, il y a maintenant trois marinas, deux ports de pêche, un dock pour passagers et des dizaines de mouillages pour la journée ou pour une escale prolongée – la mer est en général calme surtout pendant l’été austral. On trouve plusieurs chantiers de maintenance pour l’entretien de bateaux de plaisance et de pêche locaux, pour faire le plein, louer un canot à moteur et bien sûr se ravitailler – toujours dans la bonne humeur du Brésil.

Marina sous les tropiques / Michel Ulrich

On croise dans la baie des Swift Trawler de chez Beneteau, des Sun Odyssey de chez Jeanneau, des Bavaria, des bateaux locaux pour promer les touristes (saveiros), mais aussi le navire d’Amyr Klink, (navigateur aventurier brésilien aux 15 expéditions en Antarctique), dont le port d’attache est Parati.

Le bateau d'Amyr Klink / Michel Ulrich

Lovée au fond de la baie, dans des eaux protégées et bien défendue de l’accès des assaillants par les reliefs de la côte, Parati ne renonce pas à sa vocation maritime ancestrale. C’était le port de départ de l’or et de toutes les richesses extraites dans le Minais Gerais au 17ème et 18ème siècles. De véritables cargaisons étaient acheminées sur 600 km à dos de mules le long d’une piste (O Caminho de Ouro ou Chemin de l’Or) à travers la montagne, puis chargées sur des caboteurs pour rejoindre Rio de Janeiro par la mer avant une traversée maritime vers le Portugal.

Bateau de pêche / Michel Ulrich

Pendant trois siècles, on allait à Parati par la mer ou par cette piste, déjà pratiquée il y a fort longtemps par les indiens Guaianas, et où circulaient des troupes de 50 à 300 mules portant chacune 100 à 180 kilos. Grâce à ces difficultés d’accès, les demeures, églises et bâtiments du port de Parati, au style colonial « portugais » époustouflant, ont pu traverser le temps sans être altérés. Plus récemment et jusqu’à l’ouverture de la route Santos-Rio (BR 101) dans les années 80, on ne pouvait accéder à Parati que par une mauvaise route qui descendait vertigineusement vers la côte.

Le long du Chemin de l'Or / Michel Ulrich

Et pourquoi ne pas arriver à Parati en crapahutant le long de ces anciennes pistes partiellement restaurées, dont certains tronçons sont encore pavés, pour aller naviguer dans la baie, prendre un mouillage à Parati-Mirim, boire une Caipirinha, déguster un Churrasco (grillade au barbecue), arrosé d’une bière locale ? Un grand moment à la découverte du Brésil !

Passé historique / Michel Ulrich

A lire aussi :

Buenos Aires, la Venise portègne

Punta Arenas, dernier arrêt avant l'Antarctique


SERVICES :
Pour préparer vos escales en toute sérénité, téléchargez l'appli Guides Escales du Bloc Marine.
Toutes les prévisions météo du littoral et en mer pour la France par téléphone au 3201*.
Toutes les prévisions météo de vos voyages et vos navigations à l'étranger au 0899 70 12 34**.
BLOG
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son TARGA 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
* 3201 : Prévisions pour la France - 2,99€ par appel   ** 0899 70 12 34 : Prévisions pour le Monde - 2,99€ par appel
Fermer
Recevez chaque jeudi les coups de coeur de la rédaction