Virtual Regatta : à la barre d'un voilier

Vendredi 16 novembre 2012 à 07h51

Mots clés : ,


Des centaines de milliers d'internautes tiennent actuellement la barre virtuelle d'un voilier du Vendée Globe, se levant parfois la nuit pour changer de cap grâce à un jeu en ligne à rendre accros les plus réfractaires : Virtual Regatta.


"Je suis dedans depuis le début grâce aux données météorologiques en temps réel. Le jour du départ (des Sables-d'Olonne en Vendée, le 10 novembre, ndlr) il y avait deux routes possibles. J'ai choisi de descendre plein sud avant l'accalmie puis j'ai mis le cap à l'ouest", raconte Philippe Barrier, 38 ans, cameraman chez les pompiers en région parisienne et passionné de voile.


Comme lui et sans jamais avoir mis le pied sur un bateau parfois, près de 300.000 internautes participent virtuellement sur Internet (www.virtualregatta.com) à la mythique course.


"On s'amuse. On peut s'échouer, faire demi-tour, être presque à l'arrêt mais contrairement aux skippeurs, on ne risque pas de percuter un chalutier", explique Louis André, chef de produit à Many Players. Basée en Ile-de-France, et spécialisée dans l'édition de jeux en ligne, cette société a mis au point Virtual Regatta en 2006.


"Notre objectif était de faire connaître la voile au plus grand nombre. Il est largement atteint", explique Louis André.


Néanmoins, à la suite d'une "avarie" informatique qui a planté le site pendant cinq heures dans la nuit de mercredi, certains joueurs ont perdu jusqu’à 25.000 places, engendrant une grogne sur les forums Le comité de course, composé de joueurs expérimentés et de membres de Many Players, planche sur le problème.

 

LIRE AUSSI :

500.000 joueurs sont attendus sur le Vendée Globe virtuel

Nos derniers pronostics sur le Vendée Globe

 

 


SERVICE:
Toutes les prévisions météo du littoral et en mer pour la France par téléphone au 3201*.
Toutes les prévisions météo de vos voyages et vos navigations à l'étranger au 3264**.
Recevez la newsletter
tous les jeudis
Fermer
Recevez chaque jeudi les coups de coeur de la rédaction