Des nouvelles de Jean Le Cam

Mercredi 12 décembre 2012 à 15h55


Jean Le Cam a le nez dans les fichiers météo pour tenter de trouver la porte de sortie d’une situation compliquée : rattrapé par une dorsale, il tente le maximum pour s’échapper mais doit également anticiper le passage d’un « thalweg » qui lui barre la route.


« Ces mots-là n’ont rien de savant ! Je vous explique. La dorsale, c’est une excroissance d’un anticyclone, c’est un peu une langue de haute pressions. Le thalweg, c’est l’inverse, c’est l’excroissance d’une dépression. Ces deux phénomènes météos ont finalement les mêmes manifestations : le vent y est faible et surtout changeant car ces zones marquent des frontières entre deux systèmes météos. Par exemple, devant moi, j’ai du vent de Nord alors qu’en ce moment j’ai du vent de Sud. Le passage de ces zones est toujours délicat car la mer est désordonnée, voir cassante, et le vent fou, explique Jean Le Cam. Dans la réalité, ça donne que je progresse dans 8 nœuds de vent et que je fais mon maximum pour aller vite. J’ai envoyé toute la toile, probablement une des dernières fois que je serai sous grand-voile haute dans le Grand Sud. J’en profite également pour faire fonctionner à plein régime le désalinisateur pour préparer des stocks d’eau. »
 


SERVICE:
Toutes les prévisions météo du littoral et en mer pour la France par téléphone au 3201*.
Toutes les prévisions météo de vos voyages et vos navigations à l'étranger au 3264**.
Recevez la newsletter
tous les jeudis
Fermer
Recevez chaque jeudi les coups de coeur de la rédaction