Jean-Yves Chauve, le Saint-Bernard des skippers

Mardi 1 janvier 2013 à 10h43


Un homme veille nuit et jour sur leur santé des skippers du Vendée Globe: le médecin de la course Jean-Yves Chauve, qui s'impose "une vie monacale" pour être réactif "immédiatement".

 

 

"Je dois pouvoir être accessible en permanence, instantanément, parce que lorsqu'un skipper va appeler, il va être angoissé et s'il doit appeler plusieurs fois, ça va ajouter à son stress", explique-t-il.

 

 

"Pas d'alcool, pas de soirée et je ne bouge pas de chez moi: c'est une vie monacale", reconnaît le Dr Chauve, à l'écoute des soucis physiques et éventuels coups de "blues" des coureurs du Vendée Globe depuis la première édition en 1989-1990.

 

 

Dans son appartement de Pornichet (Loire-Atlantique), face à la mer, il vit avec deux téléphones portables à portée de la main, 24 heures sur 24, depuis le départ de la course le 10 novembre des Sables-d'Olonne (Vendée). Il en sera ainsi jusqu'à l'arrivée du dernier des 13 navigateurs encore en course, dans plus de deux mois.

 

 

"Mon appartement, c'est mon carré. Un peu plus grand tout de même qu'une cabine de 60 pieds (ndlr: les bateaux de la course autour du monde en solitaire et sans escale, longs de 18,28 m)... Et puis, j'ai de la chance, c'est stable et ça ne bouge pas", plaisante-t-il.

 

 

"S'ils appellent, c'est que c'est urgent, qu'il y a un problème. Il faut être hyper réactif, ajoute le Dr Chauve. C'est la raison pour laquelle je reste chez moi, pour avoir tous les moyens de liaison instantanément disponibles (téléphone, internet) et recevoir les images du bateau, des blessures éventuelles pour proposer les soins les plus adaptés".

 

 

"Je connais les dossiers médicaux de tous les skippers, c'est ma Bible, précise-t-il. Avant de leur proposer un traitement, je révise mes dossiers..."

 

 

"Je regarde régulièrement les positions des concurrents, souligne le Dr Chauve. Ça commence vers 07h00 et se termine vers 22h00. Je ne suis pas beaucoup intervenu depuis le départ", note-t-il, citant "un problème respiratoire, des petites blessures aux mains et au visage, quelques contusions".

 

 

"Et puis évidemment la dent de Bernard" Stamm, le skipper suisse de Cheminées Poujoulat, qui -après l'avoir consulté au téléphone- s'est improvisé dentiste le 11 décembre pour soigner une molaire cassée. Le tout dans un bateau transformé en shaker et avec des instruments très sommaires!

 

 

"Ils ont tous des personnalités différentes mais tous ont la capacité à se prendre en charge, à être autonome, observe le Dr Chauve. Et certains vont masquer leurs problèmes pour qu'on ne leur dise pas d'arrêter la course".

 

 

Evoquant le formidable mano a mano auquel se livrent depuis plusieurs jours en tête de course François Gabart (1er) et Armel Le Cléac'h (2e), il met en garde contre les risques de surrégime. "Le Vendée Globe est devenu une Solitaire du Figaro. Grâce à l'AIS (ndlr: système permettant le repérage et l'identification des bateaux), ils se voient en permanence: si l'un ralentit, l'autre reprend ses réglages pour le dépasser..."

 

 


SERVICE:
Pour préparer vos escales en toute sérénité, téléchargez l'appli Guides Escales du Bloc Marine.
Toutes les prévisions météo du littoral et en mer pour la France par téléphone au 3201*.
Toutes les prévisions météo de vos voyages et vos navigations à l'étranger au 0899 70 12 34**.
Recevez gratuitement
la newsletter
tous les jeudis
Fermer
Recevez chaque jeudi les coups de coeur de la rédaction