Xynthia : Trois ans après, hommage aux victimes

Lundi 4 mars 2013 à 10h42

Mots clés :


Élus, familles de victimes et autorités ont rendu hommage dimanche, pour la première fois ensemble, aux 29 personnes décédées lors de la tempête Xynthia dans la nuit du 27 au 28 février 2010 à La Faute-sur-Mer.


Environ 400 personnes ont participé à cette cérémonie qui, malgré les tensions perceptibles sur place, réunissait les autorités dont le préfet de la Vendée, Bernard Schmeltz, les associations de familles de victimes mais aussi les élus dont le maire de La Faute-sur-mer, René Marratier.


Les années précédentes les familles de victimes avaient toujours refusé de commémorer le souvenir de leurs proches avec les élus ou les autorités.


La cérémonie a commencé à 11h00 avec un dépôt de gerbe devant une plaque commémorative installée sur un pont reliant La Faute et L'Aiguillon-sur-mer. Plusieurs tags avaient été inscrits sur ce pont avant la cérémonie dont "Trois ans et toujours rien", relevant l'exaspération de certains habitants de ne pas avoir de vrai lieu de mémoire pour les disparus trois ans après la tempête.


Aucun discours n'a été prononcé et les participants ont ensuite entamé ensemble, dans un silence pesant, une marche le long de la rive du Lay, séparant les deux communes.


Ils se sont rendus jusqu'au site où devrait être érigé le futur mémorial en hommage aux victimes, non loin de la "cuvette mortifère" de La Faute-sur-mer où la plupart des victimes ont perdu la vie, piégées dans leurs maisons submergées.


Depuis 2010, à l'issue d'une longue procédure à l'amiable, l’État a racheté 688 maisons sur les deux communes en vue de les détruire. Il reste encore dix maisons à La Faute-sur-mer et 93 à l'Aiguillon-sur-mer dont les propriétaires ont refusé de céder leurs biens pourtant situés sur des zones définies par l’État comme étant à risques.


Ces derniers cas sont entre les mains de la justice dans le cadre de procédures d'expropriation.


Une information judiciaire pour "homicide involontaire", "mise en danger de la vie d'autrui", "abstention de combattre un sinistre" et "prise illégale d'intérêt", a été ouverte après la tempête: cinq personnes sont mises en examen dans ce dossier dont René Marratier, deux de ses adjoints, un promoteur immobilier local et un fonctionnaire de l'ancienne Direction départementale de l’Équipement.
 


SERVICE:
Pour préparer vos escales en toute sérénité, téléchargez l'appli Guides Escales du Bloc Marine.
Toutes les prévisions météo du littoral et en mer pour la France par téléphone au 3201*.
Toutes les prévisions météo de vos voyages et vos navigations à l'étranger au 0899 70 12 34**.
Recevez gratuitement
la newsletter
tous les jeudis
Fermer
Recevez chaque jeudi les coups de coeur de la rédaction