Transat AG2R LA MONDIALE : contre le vent et à travers la nuit noire

Jeudi 7 avril 2016 à 13h00

Mots clés : , , ,

« Ca allume pas mal. Ce n’est vraiment pas facile car la nuit est complètement noire. On ne voit absolument rien. » racontait à la vacation Nicolas Lunven (Generali), toujours en tête du classement ce matin à 5h. Cette nuit, les marins de la Transat AG2R LA MONDIALE se sont donnés à fond changeant de barreur toutes les heures, voire toutes les 40 mn pour l’équipage de Fulgur Evapco (Kolacek/Brasseur).


Transat AG2R LA MONDIALE @Alexis Courcoux

A l’approche de la latitude de Lisbonne, le vent souffle entre 25 et 35 nœuds, poussant les Figaro Bénéteau 2 à des vitesses moyennes de 12 nœuds, jusqu’à 17 nœuds en pointe. La stratégie bat son plein et tous réfléchissent déjà à l’atterrissage sur les Canaries qu’ils devraient atteindre en début de week-end.

Depuis hier soir, le pont est recouvert d’eau. A l’intérieur, le marin hors quart dispose de moins d’une heure pour tenter de trouver le sommeil dans un bruit permanent. Il faut se relayer souvent pour garder une concentration maximale à la barre. Aucune visibilité, il fait nuit noire, les vagues résonnent comme des coups de boutoir… Du pilotage à l’aveugle. Cette descente le long des côtes portugaises sollicite mentalement et physiquement les skippers qui tentent de trouver la meilleure trajectoire.

Empannages et recalages

Depuis hier, le jeu des empannages a commencé. Generali toujours en tête continue sur sa route ouest, toujours pourchassé par Agir Recouvrement qui a choisi de se recaler plus proche de la route directe. Les deux tandems Skipper Macif et Gedimat demeurent au coude à coude sensiblement sur la même trajectoire, sachant que le duo Chabagny/Tabarly, depuis le départ, ne reçoit aucun classement, conséquence de problèmes de réception des fichiers ! Ils font donc leur route, seuls contre tous…

Dans ces conditions musclées, les figaristes affûtés sortent leur épingle du jeu. Bretagne-CMB Performance (5e au classement) réduit quelque peu son écart : Xavier Macaire, surnommé le marcassin, aime ces conditions de brise sous spi et doit s’en donner à cœur joie pour réduit l’écart avec le quatuor de tête. En queue de flotte, derrière les Anglais d’Artemis, cinq bateaux se sont laissé distancer : Les Saintes, Marie-Galante, Lorientreprendre, Guadeloupe et Free Dom Services à Domicile (à 124 milles de Generali) font désormais leur course dans la course.


SERVICE:
Pour préparer vos escales en toute sérénité, téléchargez l'appli Guides Escales du Bloc Marine.
Toutes les prévisions météo du littoral et en mer pour la France par téléphone au 3201*.
Toutes les prévisions météo de vos voyages et vos navigations à l'étranger au 0899 70 12 34**.
Recevez gratuitement
la newsletter
tous les jeudis
Fermer
Recevez chaque jeudi les coups de coeur de la rédaction