La dure loi du Vendée Globe !

Lundi 19 décembre 2016 à 18h04

ls ne sont plus que 20 bateaux en course. Après le démâtage de La Compagnie du Lit-Boulogne Billancourt (Stéphane Le Diraison) samedi soir et l'avarie structurelle sérieuse du Souffle du Nord pour le projet Imagine (Thomas Ruyant) hier après-midi, le nombre d'abandons sur le 8e Vendée Globe, à ce jour, se porte à 9 : 3 démâtages, 5 collisions avec des ofni (objets flottants non identifiés) et 1 avarie de foil . Un tour du globe en solitaire qui parfois joue de malchance, si talentueux et prudents soient les marins… A moins de 1 500 milles du cap Horn, Armel Le Cléac'h (Banque Populaire VIII) accroît son avance sur le Britannique Alex Thomson (Hugo Boss) avec 511 milles d'écart. Un Noël au Horn !


Coup de vent de Nord demain midi pour Thomas Ruyant, la longue route de Stéphane Le Diraison
Choqué, très attristé de stopper si brutalement son premier Vendée Globe porté par des milliers de personnes du Souffle du Nord pour le projet Imagine, Thomas veut plus que tout ramener son bateau à Bluff en Nouvelle-Zélande, même s'il se trouve sur le fil du rasoir. Son Imoca menace de s'ouvrir en deux et il manque de gasoil pour parcourir la totalité des 200 milles qui le séparent de la terre ferme. Pour couronner le tout, une grosse dépression arrive du Nord et dès demain midi les vents pourraient porter jusqu'à 50 nœuds. « Il y a un vent de Nord qui va rentrer assez fort mais le bateau n'est plus capable de le supporter. J'essaye d'aller à l'avant du bateau toutes les 15 minutes pour vérifier que l'avarie ne se dégrade pas » soulignait Thomas au Vendée Live ce midi. Actuellement à 7,7 nœuds, à la voile et au moteur, Le Souffle du Nord pour le projet Imagine ne doit surtout pas traîner en route…
Stéphane Le Diraison, lui, a mis le cap sur Melbourne en Australie. Son gréement de fortune qu'il a mis en place la nuit dernière lui permet d'avancer à 4,7 nœuds à la voile poussé par 25 nœuds de vent d'ouest-sud-ouest. Il reste au skipper de La Compagnie du Lit – Boulogne Billancourt 810 milles à parcourir ! Une très longue route en perspective, au moins dix jours de mer, avant de mettre pied à terre…

Petits et grands écarts
Il est fort à parier qu'au cap Horn les leaders auront au minimum 24 heures d'écart. Certains routages prévoient même deux jours entre Armel Le Cléac'h et Hugo Boss. « J'ai demandé au père Noël de passer le cap Horn en tête, on verra bien. » confiait cet après-midi Armel à la vacation. Derrière, Paul Meilhat (SMA) a bien du mal à se défaire d'un Jérémie Beyou (Maître CoQ) diablement accrocheur et ultra rapide toute la journée (18,5 nœuds ces quatre dernières heures !). 24 milles d'écart seulement, une goutte d'eau au regard des 9 800 milles qui restent encore à parcourir. Du côté des trois Mousquetaires, Le chevalier noir Jean-Pierre Dick (StMichel-Virbac) contient Yann Eliès (Queguiner-Leucémie Espoir) et Jean Le Cam (Finistère Mer Vent). Yann espère recoller à ses copains figaristes : « J'aimerais bien qu'on revienne sur ceux de devant, qu'on ne soit pas trop loin d'eux au cap Horn. Si on pouvait jouer la troisième marche jusqu'à la fin ça serait bien. »

S'échapper avant le gros temps
De Louis Burton (Bureau Vallée), qui continue de creuser l'écart avec ses poursuivants (600 milles avec Nandor Fa sur son Spirit of Hungary), à Pieter Heerema (No Way Back), les conditions s'améliorent. « Ca va mieux. On vivait un peu dans la niche, à quatre pattes. La mer s'est beaucoup calmée depuis ce matin. Il y a 28/30 nœuds. J'approche de la limite de la ZEA, il faudra que je fasse un empannage dans une heure pour enfin glisser plus sereinement » expliquait Arnaud Boissières il y a quelques heures. En queue de flotte, les marins s'attendent à « prendre cher ». Dans 48 heures, 50 à 55 nœuds de vent sont attendus. « Je me barre de là, je pars vers le nord ! » confiait Romain Attanasio (Famille Mary-Etamine du Lys) dans une vidéo envoyée à l'organisation. Les trois derniers doivent donc faire le dos rond et se préparer au pire. Sébastien Destremau (TechnoFirst-faceOcean) qui a stabilisé son mât espère pouvoir renvoyer sa grand-voile rapidement pour résister au mauvais temps : « C'est une crainte d'être si lent, car on est vraiment à la merci de la mer qui peut rouler le bateau comme une crêpe. » expliquait Sébastien dans un message envoyé du bord… au fin fond de l'océan Indien.


A lire aussi : 
Interview exclusive : Jean-Luc van den Heede nous parle du Vendée Globe

Le Vendée Globe 2016 en chiffres
 


SERVICE:
Toutes les prévisions météo du littoral et en mer pour la France par téléphone au 3201*.
Toutes les prévisions météo de vos voyages et vos navigations à l'étranger au 3264**.
Recevez la newsletter
tous les jeudis
Fermer
Recevez chaque jeudi les coups de coeur de la rédaction