Armel Le Cléac'h attendu au cap Horn à la mi-journée

Vendredi 23 décembre 2016 à 11h27

C'est aux alentours de midi ce vendredi qu'Armel Le Cléac'h devrait franchir le mythique cap Horn et ainsi laisser les mers du Sud dans son tableau arrière. Le temps de référence établi en 2012 par François Gabart à cette marque de parcours devrait être amélioré de plus de cinq jours ! Alex Thomson est attendu au cap Horn pour Noël, ce dimanche en début de soirée. Pour les autres concurrents encore en lice, le Horn n'est pas une perspective à court terme. Quatre concurrents n'ont pas encore franchi le cap Leeuwin…  


Armel Le Cléac'h à quelques encablures du cap Horn : le précédent temps de référence pulvérisé !
Armel Le Cléac'h (Banque Populaire VIII) a longé la Cordillère des Andes la nuit dernière. Le vent a adonné et Armel profite désormais d'un flux d'Ouest soutenu (20 nœuds fichiers). Il progressait à près de 16 nœuds au pointage de 5h. Armel va devoir négocier un voire deux empannages avant de franchir la longitude du cap Horn, probablement entre midi et 13h, soit après 47 jours de mer. Il devrait donc améliorer de plus de cinq jours le précédent temps de référence entre les Sables d'Olonne et ce cap mythique, établi il y a quatre ans par François Gabart en 52 jours, 06 heures et 18 minutes.
Alex Thomson (Hugo Boss) est de son côté englué dans une zone sans vent. Au relevé de 5h, le Britannique affichait une vitesse de… 1,6 nœud ! Alex va retoucher du vent dans la matinée, mais de secteur Sud-Est, ce qui va l'obliger à naviguer au près serré. Le vent va mollir mais adonner en approche du cap Horn qu'il pourrait franchir le jour de Noël, ce dimanche 25 décembre vers 18h, avec donc plus de 48 heures de retard sur Armel.

Beyou a réparé sa pénalité, Dick sous la menace d'Eliès et Le Cam
Jérémie Beyou a affiché une trajectoire un peu étrange en début de nuit. Mais pas d'inquiétude : le skipper de Maître CoQ a réparé une pénalité de deux heures infligée par le Jury. « Au début de l'océan Indien, Jérémie avait chuté et embrayé accidentellement son arbre d'hélice et cassé le plombage du moteur. Il a profité de conditions opportunes (5 à 10 nœuds de vent) pour stopper sa progression durant deux heures puis a repris sa route vers l'Est », explique Jacques Caraës, le directeur de course du huitième Vendée Globe. Jérémie progresse ce matin à faible allure puisqu'il bute dans une zone de transition.
Conditions légères également pour Jean-Pierre Dick (StMichel-Virbac) qui évolue dans un système perturbé. Il devra sûrement patienter jusqu'à dimanche après-midi pour toucher du vent plus soutenu. Les routages le font arriver au cap Horn dans six jours, le jeudi 29 décembre. On note le joli retour des inséparables Yann Eliès (Quéguiner-Leucémie Espoir) et Jean Le Cam (Finistère Mer Vent) qui grappillent les milles sur Jean-Pierre. Ce matin à 5h, Yann n'était plus qu'à 137 milles de Dick (contre 250 milles hier à la même heure).

Scission dans le groupe des cinq qui accueille un nouveau membre
Si Louis Burton (Bureau Vallée), Nandor Fa (Spirit of Hungary) et Conrad Colman (Foresight Natural Energy) naviguent bien seuls, ce n'est pas le cas de leurs premiers poursuivants. Joint ce matin en vacation, Arnaud Boissières (La Mie Câline) voit revenir fort le groupe de cinq coureurs lancé à sa poursuite. « C'est rigolo de retrouver d'autres concurrents qui naviguent sur des bateaux aux beaux potentiels », se réjouit Arnaud. « Cette situation me relance et me stimule après des journées difficiles à beaucoup bricoler. Mes camarades devraient profiter de leur décalage dans le Sud pour encore gagner du terrain. Mais la course est très longue et il reste des coups à jouer. »
Eric Bellion (CommeUnSeulHomme) est décidément très en forme : il a été le plus rapide ces dernières 24 heures et a encore gagné une place au détriment de l'Irlandais Enda O'Coineen (Kilcullen Voyager-Team Ireland). Eric part maintenant en chasse de l'étonnant Alan Roura (La Fabrique). Fabrice Amedeo (Newrest-Matmut) a abattu en grand hier soir pour réparer sa grand-voile. Il a repris sa route dans la nuit. Rich Wilson (Great American IV) a lui aussi cédé du terrain ces dernières heures. S'il accueille un nouveau membre (Arnaud Boissières), le groupe des cinq se désolidarise donc quelque peu…
Notons enfin qu'à l'heure où le leader s'apprête à passer le cap Horn, quatre coureurs n'ont pas encore franchi le cap Leeuwin, au Sud-Ouest de l'Australie : Pieter Heerema (No Way Back), Didac Costa (One Planet One Ocean), Romain Attanasio (Famille Mary-Etamine du Lys) et Sébastien Destremau (TechnoFirst-faceOcean).


A lire aussi :

Le Cap Horn, rocher mythique
"Vive le vent"? Plutôt "Douce nuit", espèrent les skippers du Vendée Globe pour Noël


SERVICE:
Toutes les prévisions météo du littoral et en mer pour la France par téléphone au 3201*.
Toutes les prévisions météo de vos voyages et vos navigations à l'étranger au 3264**.
Recevez la newsletter
tous les jeudis
Fermer
Recevez chaque jeudi les coups de coeur de la rédaction