Vendée Globe : aux portes de l'équateur

Vendredi 6 janvier 2017 à 14h17

À moins de 200 milles de l'équateur, Armel Le Cléac'h commence à sentir les prémices du Pot au Noir : les alizés faiblissent progressivement et Alex Thomson reprend quelques milles depuis le milieu de la nuit. L'Atlantique Sud comme le Pacifique sont plutôt paisibles pour les solitaires du Vendée Globe en ce jour d'Épiphanie…


Le Pot au Noir, Zone de Convergence Inter Tropicale (ZCIT) ne semble pas très favorable pour cette remontée de l'Atlantique : déjà, il est très bas en latitude puisqu'il lèche l'équateur au niveau du Brésil, et plutôt étendu puisqu'il a tendance ces jours prochains à gonfler, tant vers le Sud que vers le Nord. De plus, les alizés de l'hémisphère Nord apparaissent de plus en plus poussifs en raison d'une dépression qui s'est installée entre les Açores et les Canaries, ce qui ne va pas faciliter la tâche des leaders… Mais en ce jour d'Épiphanie, Armel Le Cléac'h (Banque Populaire VIII) bénéfice toujours d'un flux d'alizés de secteur Sud-Est, légèrement plus faible toutefois que celui que reçoit son poursuivant direct, Alex Thomson (Hugo Boss) qui est ainsi un peu plus rapide.

Les faiblesses de Sainte-Hélène

L'anticyclone de Sainte-Hélène n'est pas non plus très puissant ce qui influe sensiblement sur la force des alizés et Jérémie Beyou (Maître CoQ) qui navigue désormais dans un régime d'alizés d'Est modéré ne peut pas encore profiter à plein de son foil. Tout comme Jean-Pierre Dick (StMichel-Virbac) qui peine dans un vent faible au point de s'être fait déborder sous le vent par Yann Éliès (Quéguiner-Leucémie Espoir) et Jean Le Cam (Finistère Mer Vent) qui naviguent à vue ! Les trois « rois mages » rentrent progressivement dans les hautes pressions, au près, face à un vent de Nord qui ne va que faiblir ce vendredi : il faut s'attendre à plusieurs retournements de situation dans le classement pour les heures qui viennent au gré des molles et des virements de bord que ne manquera pas d'effectuer le trio au fur et à mesure que chacun pénétrera plus profondément dans cet anticyclone de Sainte-Hélène.

Le septième solitaire dans l'Atlantique subit ce matin une zone de transition entre deux dépressions : au Nord des Malouines, Louis Burton (Bureau Vallée) va toutefois retrouver rapidement un bon flux de Nord-Nord Ouest qui va lui permettre de monter très vite vers le cap Frio. Il devrait donc combler une bonne partie de son retard sur le triumvirat… Tout comme Nándor Fa (Spirit of Hungary) qui en a fini avec les brises contraires et qui peut allonger la foulée, vent de travers à 850 milles du cap Horn qu'il devrait déborder ce week-end. Le Hongrois en aura terminé alors avec les souffles glacés de l'Antarctique qui laisse traîner deux icebergs bien identifiés légèrement au-dessus de la ZEA.

Derrière, le peloton s'étire dans un anticyclone mal placé qui ralentit les six poursuivants au point que Fabrice Amedeo (Newrest-Matmut) ne progressait qu'à deux nœuds au cœur de ces hautes pressions ! Quant à Didac Costa (One Planet-One Ocean) et Romain Attanasio (Famille Mary-Étamine du Lys), ils sont de plus en plus proches puisque seulement quarante milles les séparent… Sur le dos d'une dépression qui intéresse aussi Pieter Heerema (No Way Back), ils filent plein Est vers le cap Horn. Enfin Sébastien Destremau (TechnoFirst-faceOcean) est encore bloqué dans la baie de l'Espérance : les vents lui sont contraires en Tasmanie et il ne veut pas sortir de ce goulet très étroit.


A lire aussi :

Trophée Jules Verne : IDEC SPORT à mi-parcours en moins de 20 jours
Thomas Coville, ce héros

 


SERVICE:
Pour préparer vos escales en toute sérénité, téléchargez l'appli Guides Escales du Bloc Marine.
Toutes les prévisions météo du littoral et en mer pour la France par téléphone au 3201*.
Toutes les prévisions météo de vos voyages et vos navigations à l'étranger au 0899 70 12 34**.
Recevez gratuitement
la newsletter
tous les jeudis
Fermer
Recevez chaque jeudi les coups de coeur de la rédaction