Vendée Globe : 12 en mer !

Jeudi 26 janvier 2017 à 11h34

Après les incroyables arrivées de trois solitaires en trois heures, Les Sables d'Olonne se tournent vers le prochain concurrent attendu en début de semaine puisque Louis Burton est encore à 2 200 milles de l'arrivée, quand Sébastien Destremau ferme la marche à 8 000 milles de la Vendée…  


Pas de tempête en vue : le Vendée Globe est plutôt paisible ce jeudi matin après l'exceptionnelle arrivée de trois bateaux en trois heures ! Une première sur un tour du monde en solitaire sans escale et une ambiance incroyable sur les pontons lorsque le public est venu en masse accueillir Jean-Pierre Dick (StMichel-Virbac), Yann Éliès (Quéguiner-Leucémie Espoir) et Jean Le Cam (Finistère Mer Vent)… Si les pavillons ont tremblé, ce n'était pas à cause d'une brise fort légère au large du phare de Barges, mais bien parce que le skippers et tous leurs accompagnateurs ont fait vibrer la ville jusqu'à pas d'heure !

Le Pacifique en mode actif

À 12 000 km de là, Sébastien Destremau (TechnoFirst-faceOcean) n'avait pas cette problématique : il a dû ralentir pour laisser passer une violente dépression qui déboule sur le détroit de Drake ces prochains jours. En arrière du centre, le solitaire va toucher un flux de Sud glacial mais efficace pour progresser vers le cap Horn distant de 970 milles. Et de l'autre côté de ce célèbre promontoire, Pieter Heerema (No Way Back) file sereinement vers les Falkland dans un flux de Nord-Ouest modéré qui va tourner à l'Ouest, lui permettant de remonter vers le cap Frio assez rapidement ces prochains jours.

Au large du Rio de la Plata, Romain Attanasio (Famille Mary-Étamine du Lys) devient de plus en plus pressant sur Didac Costa (One Planet-One Ocean) : les deux marins naviguent dans un flux de Sud-Est d'une vingtaine de nœuds mais ils auront dès demain soir une zone de transition compliquée à négocier puisqu'ils rentreront alors dans le régime que subissent leurs quatre prédécesseurs.

En effet, c'est une brise de Nord avec laquelle doivent composer Rich Wilson (Great American IV) légèrement en retrait, mais aussi Alan Roura (La Fabrique), Fabrice Amedeo (Newrest-Matmut) et Arnaud Boissières (La Mie Câline). Tous les quatre sont au près, parfois au louvoyage avec une régate au contact étonnante à moins de 5 000 milles de l'arrivée entre deux solitaires à l'image de ce qu'ont connu Yann Éliès et Jean Le Cam ! Il y a nettement moins de pression pour Éric Bellion (CommeUnSeulHomme) qui contrôle le néo-Zélandais Conrad Colman (Foresight Natural Energy) qui lui rend 250 milles plus au Sud. Les deux skippers sont encore dans les alizés de l'anticyclone de Sainte-Hélène, alizés très modérés d'Est qui devraient tourner au Sud-Est à l'approche de Recife.

La porte des dépressions

Nándor Fa (Spirit of Hungary) a traversé le Pot au Noir comme une lettre à la poste ! Le Hongrois est désormais dans les alizés de l'hémisphère Nord d'une petite quinzaine de nœuds en suivant la trace de Louis Burton. À 2 200 milles de l'arrivée, le skipper de Bureau Vallée a commencé à obliquer vers la Vendée après sa longue ligne droite vers Terre-Neuve. Le solitaire a en effet accroché la queue d'une dépression atlantique avec un vent de Sud qui va progressivement se renforcer en atteignant plus de trente nœuds en traversant les Açores. La porte des dépressions est dorénavant ouverte et le train des perturbations canadiennes va apporter plus de douceur dès le week-end prochain, mais aussi plus d'humidité…


A lire aussi :

Jean-Pierre Dick, quatrième du Vendée Globe
« Je ne sais même plus à quoi ressemble un visage en trois dimensions »


SERVICE:
Pour préparer vos escales en toute sérénité, téléchargez l'appli Guides Escales du Bloc Marine.
Toutes les prévisions météo du littoral et en mer pour la France par téléphone au 3201*.
Toutes les prévisions météo de vos voyages et vos navigations à l'étranger au 0899 70 12 34**.
Recevez gratuitement
la newsletter
tous les jeudis
Fermer
Recevez chaque jeudi les coups de coeur de la rédaction