Volvo Ocean Race : la longue course mythique ne résiste pas à l'appel des bateaux volants

Dimanche 21 mai 2017 à 11h23

La Volvo Ocean Race, longue course autour du monde à la voile en équipage avec escale créée il y a 44 ans, a choisi de faire sa petite révolution en renouvelant sa flotte avec des bateaux volants pour son édition 2019.


Mark Turner, aux commandes de la course, a fait son annonce officiellement jeudi à Göteborg (Suède), alors que le départ de la prochaine édition sera donné le 22 octobre pour 9 mois de périple sur les mers du globe.

La course, qui se court sur un bateau monotype, se fera en 2019 avec un nouveau monocoque de 60 pieds (18,28 mètres) avec foils, ces fameux appendices latéraux qui permettent au bateau de se sustenter au dessus de l'eau pour aller plus vite. Ils seront dessinés par l'architecte français Guillaume Verdier, à l'origine des foils du bateau Team New Zealand engagé sur la Coupe de l'America en 2013 et qui avait fait sensation.

Outre cette avancée technologique, Mark Turner a indiqué que la course connaîtrait également "d'importants changements sur le format du parcours et des escales au cours des dix prochaines années". "Il faut donner un coup de jeune à la course, il faut des bateaux plus sexy", a commenté pour l'AFP le Français Charles Caudrelier, skipper de DongFeng, 3e de la Volvo en 2014 et au départ de l'édition 2017.

"Aujourd'hui, il y a une vraie révolution dans la voile: les bateaux volent. Ca va évoluer énormément dans les dix prochaines années. On reste sur des monocoques mais la Volvo devra passer aux multicoques un jour ou l'autre", a-t-il dit.

 

A lire aussi :

Volvo Ocean Race : deux femmes à bord de l'équipe chinoise Dongfeng

Début de saison concluant pour Quentin Vlamynck et le Mini 6.50


SERVICE:
Toutes les prévisions météo du littoral et en mer pour la France par téléphone au 3201*.
Toutes les prévisions météo de vos voyages et vos navigations à l'étranger au 3264**.
Recevez la newsletter
tous les jeudis
Fermer
Recevez chaque jeudi les coups de coeur de la rédaction