Le Class40 Oman Sail en compétition après le départ de la Rolex Fastnet Race

Lundi 7 août 2017 à 17h01

Après plus de 24 heures de course, l’équipe Oman Sail est au contact des bateaux les plus rapides de la flotte des Class40. Selon les derniers trackings, le Class40 Oman Sail est 6ème d’une flotte de 26 bateaux qui évoluait tôt ce lundi matin au large du Cap Lizard à l’extrémité sud de la Grande Bretagne.


Cette année, c’est une flotte de 368 bateaux qui a pris le départ du Solent dimanche matin. C’est un record depuis la création de la course, en 1925. Cette classique de 605 milles se joue dans des conditions tout aussi classiques avec un départ au près dans un vent 15 à 20 nœuds et sous un soleil éclatant.

Le parcours s’étend du Sud de l’Angleterre jusqu’au rocher du Fastnet dans le Sud de l’Irlande avant de revenir par la mer d’Irlande et d’arriver à Plymouth.

Contacté avant le départ, Sidney Gavignet expliquait : « Les conditions météo annoncent du près pour aller jusqu’au Fastnet et du portant pour revenir du Fastnet jusqu’à Plymouth. Notre but est de finir en un seul morceau, de profiter de la course et de continuer à apprendre. Il s’agit d’avancer pas à pas et de continuer à progresser. » Et il ajoute : « je ne veux surtout pas parler de résultat. Pour nous, il s’agit de faire une jolie course et si nous avons le sentiment d’avoir tiré le meilleur du bateau, ça sera un beau résultat. »

Gavignet navigue avec son co-skipper habituel, l’Omanais Fahad Al Hasni, et ils ont été rejoint sur cette course par le marin omanais Sami Al Shukaili ainsi qu’Alex Pella, un Espagnol spécialiste du Class40. Les quatre hommes ont déjà eu l’occasion de naviguer ensemble à bord du trimaran MOD 70 Musandam-Oman Sail.

« Nous serons concentrés sur la vitesse du bateau et ferons tout pour conserver le même rythme en fonction des différents quarts » explique Gavignet. « Mon travail est de faire en sorte que les gars soient toujours à 100 % mais ils ont tous de l’énergie à revendre. Il faut aussi être capable de lever le pied quand c’est nécessaire. C’est un sport mécanique dont il faut savoir préserver le bateau. Parfois il faut faire avec ce que l’on a et être malin. »

Lors de l’entraînement avant le départ, Al Hasni expliquait : « Nous faisons des progrès avec le bateau. C’est formidable de naviguer à nouveau avec Sami et nous avons Alex à bord. Il va beaucoup nous apporter. »

Les premières heures de course auront permis aux quatre hommes de trouver leurs marques avec, pour commencer, la paire Gavignet / Al Hasni aux commandes alors que Pella et Shukaili se sont occupés des ballasts et de déplacer les voiles pour assurer la meilleure assiette.

Lors du coup d’envoi, hier, le jury a considéré que le Class 40 était au-dessus de la ligne au moment du coup de canon et a contraint l’équipage à revenir sur ces pas. Malgré cette pénalité qui leur a coûté de précieuses minutes, l’équipage a réussi à revenir au contact dès les premières heures de course.

Pour Sidney Gavignet et Fahad Al Hasni, le Fastnet est un nouveau pas dans la préparation de la Transat Jacques Vabre. Cette Transat en double au départ du Havre est le point majeur de cette saison 2018.

 

A lire aussi :

Première victoire japonaise sur le GC32 Racing Tour

L'Egérie dense, encombrante visiteuse végétale des canaux du Sud-Ouest


SERVICE:
Pour préparer vos escales en toute sérénité, téléchargez l'appli Guides Escales du Bloc Marine.
Toutes les prévisions météo du littoral et en mer pour la France par téléphone au 3201*.
Toutes les prévisions météo de vos voyages et vos navigations à l'étranger au 0899 70 12 34**.
Recevez gratuitement
la newsletter
tous les jeudis
Fermer
Recevez chaque jeudi les coups de coeur de la rédaction