Transat Jacques Vabre : une entame tonique pour Lalou Roucayrol et Alex Pella

Lundi 6 novembre 2017 à 11h42

Ce dimanche à 13h35, Lalou Roucayrol et Alex Pella ont pris au Havre le départ de la Transat Jacques Vabre. Quelques heures avant le grand saut, Lalou, Alex et Karine ont livré leurs derniers sentiments…


Vincent Olivaud / Team Arkema Lalou Multi

Lalou, Alex, prenez-vous le départ de la Transat Jacques Vabre avec le niveau de préparation que vous escomptiez ?

Lalou Roucayrol : « Nous avons clairement parcouru moins de milles ensemble que nos concurrents en Multi 50. Nous manquons de pratique en commun mais à nous deux on cumule beaucoup d’expérience. C’est notre point fort, on a le métier pour nous ! »

Alex Pella : « Niveau navigation, on aurait aimé faire plus. Nous n’avons pas vraiment pu chercher des conditions soutenues durant la préparation mais je me sens en confiance et valorisé dans cette équipe, l’adaptation a été très rapide. Tout est nickel sur le bateau, le team est bien structuré, cela facilite les choses et je pars confiant sur la Transat Jacques Vabre. »

En double, l’aspect humain est primordial. L’entente entre vous est-elle toujours aussi bonne ?

Lalou : « Oui, cela fait trois semaines que nous sommes tous les jours ensemble et tout se passe parfaitement bien. Nous avons toujours des sujets de conversation en dehors de la voile, nous passons du bon temps ensemble. Alex se met au service de l’écurie, c’est très agréable. »

Alex : « Les choses sont claires entre nous : sur ce projet, Lalou est le leader car il connaît son bateau bien mieux que moi. J’intègre l’équipe pour aider et faire profiter de mon expérience. Il y aura forcément des moments de stress et de fatigue en course, mais cela fait partie du jeu. »

Les conditions des premiers jours semblent en tout cas favorables : vous aimez tous les deux la brise et le Multi 50 Arkema exprime tout son potentiel dans ces conditions…

Lalou : « Oui, globalement Arkema est un bateau de brise. Ca va aller vite dès le début, ce ne sera pas confortable et on s’attend à ne pas beaucoup dormir durant les trois ou quatre premiers jours. Ces conditions sont typiques des courses de novembre comme la Transat Jacques Vabre ou la Route du Rhum. On fait avec ! En tout cas, on s’attend à une course rapide. »

Quels sentiments prédominent au moment de s’élancer pour ce parcours de 4 350 milles à destination de Salvador de Bahia ? Le stress ? L’excitation ? L’impatience ?

Alex : « Je me sens calme et serein. Le bateau est bien prêt depuis plusieurs jours, donc pas de stress. Maintenant il faut y aller, il est temps ! »

Lalou : « J’en suis à mon neuvième départ de Transat Jacques Vabre donc je connais l’exercice. Mais c’est toujours un engagement, il n’est pas simple de s’arracher à l’attraction terrestre, à la famille, au confort… La transition est brutale car les sollicitations sont nombreuses avant le départ. Mais au bout d’environ 24 heures, on sera complètement en mode marin, on profitera à fond de périodes de glisse jouissives ! »

L’objectif affiché est la victoire ?

Lalou : « Nous sommes des professionnels. Nous formons un bon duo et une équipe à terre au top, avec Karine Fauconnier et Eric Mas (de METEO CONSULT) qui nous aident sur la partie météo. Nous avons le bateau et les compétences pour aller chercher un beau résultat. »

Karine Fauconnier, en charge du routage à terre : « On forme un trio de choc avec Lalou et Alex »

 

A lire aussi :

Tour du monde à l’envers en solitaire : Yves le Blevec fait demi-tour

Multi50 Arkema : une recherche constante d’innovation et de performance

 


SERVICE:
Pour préparer vos escales en toute sérénité, téléchargez l'appli Guides Escales du Bloc Marine.
Toutes les prévisions météo du littoral et en mer pour la France par téléphone au 3201*.
Toutes les prévisions météo de vos voyages et vos navigations à l'étranger au 0899 70 12 34**.
Recevez gratuitement
la newsletter
tous les jeudis
Fermer
Recevez chaque jeudi les coups de coeur de la rédaction