Route du Rhum - quelques jours de traversée et des nuits sans sommeil

Samedi 3 novembre 2018 à 17h03


Voile Banque Populaire

Ce sera sans doute la traversée de l'Atlantique à la voile la plus rapide de l'histoire. La 11e Route du Rhum pourrait se jouer en 6 jours, ce qui laisse peu de temps au sommeil, avec une première nuit sans presque fermer l'oeil.

La gestion du sommeil est l'un des éléments de la performance pour ces marins hors-normes.

"Je vais faire en sorte d'aller puiser dans mes ressources pour arriver à Pointe-à-Pitre mort de fatigue, à ne pas pouvoir faire 2, 3 journées de plus au même niveau de performance", explique à l'AFP François Gabart (Macif).

Le détenteur du record du tour du monde en solitaire (42 jours 16 heures) sait qu'il sera confronté à la problématique du sommeil dès la première nuit et qu'il devra y trouver un moment pour dormir s'il ne veut pas en faire les frais les deux suivantes.

Gabart est particulièrement attentif à cette donnée. Fidèle à sa façon de fonctionner, il note méticuleusement l'heure à laquelle il se couche et l'heure à laquelle il se réveille, en attribuant une note de 0 à 5 sur la qualité de son sommeil.

Durant cette première nuit, la plupart des navigateurs s'accordent à dire que, s'ils dorment, ce sera de l'ordre d'une micro sieste. Ensuite, ils auront entre 3 et 4 heures de sommeil par 24 heures, fractionnées.

Armel Le Cléac'h (Banque Populaire) a déclaré qu'il pourrait ne pas dormir pendant cette première nuit. Pour Thomas Coville (Sodebo), cette première nuit sera "quasiment blanche". "Il y a 4 ans, je percute un cargo. Quand tu croises des cargos qui vont à 18 noeuds (33 km/h) comme ça m'est arrivé, la première nuit est difficile à gérer parce que les bateaux vont vite. Ce cargo change de route et la vie change. Moi j'étais à 30 noeuds, à 2 ou 3 mètres près, on ne se touchait pas", raconte Coville.

Armel Le Cléac'h puise dans l'imagerie mentale pour réussir à fermer les yeux. "J'utilise le golf pour m'endormir, je visualise le parcours, je vois le trou N.1, je vois mes clubs, je choisis mon club. Ca me permet de couper avec la réalité du moment, d'oublier le stress pendant 10 secondes, de switcher et m'endormir. Il y en a qui comptent les moutons, moi c'est le golf !", souligne le vainqueur du Vendée Globe 2016/17.

Bien évidemment, les pilotes des Ultim ne seront pas les seuls concernés par cette problématique du sommeil mais elle sera à gérer différemment en fonction de la durée de la course, liée à la catégorie du bateau. Quand un Ultim pourrait mettre 6 jours, un class40 (12 m) devrait prendre 3 semaines, et un Imoca (18 m) de 9 à 12 jours.

A lire aussi :

L'aventure... et tous les autres parfums de la Route du Rhum

L'équipage du Maxi Banque Populaire IX est arrivé à Saint-Malo : « une fierté d'être là »

 


SERVICE:
Pour préparer vos escales en toute sérénité, téléchargez l'appli Guides Escales du Bloc Marine.
Toutes les prévisions météo du littoral et en mer pour la France par téléphone au 3201*.
Toutes les prévisions météo de vos voyages et vos navigations à l'étranger au 0899 70 12 34**.
Recevez gratuitement
la newsletter
tous les jeudis
Fermer
Recevez chaque jeudi les coups de coeur de la rédaction