Louis Duc (Class40 - Carac) : touché mais déterminé à revenir en course

Vendredi 9 novembre 2018 à 11h26


Christophe Breschi

Une avarie d’étai (câble qui tient le mât) a contraint le skipper Louis Duc (Class40 Carac) à lever le pied mercredi soir et à s’éloigner de la route directe. Il était alors en 2e position, à la bagarre en tête de flotte depuis le départ de cette Route du Rhum – Destination Guadeloupe. Il naviguait dans des conditions musclées, mais maîtrisées. Le skipper Normand se déroute sur Porto pour réparer.

Louis n’a pas, une seule seconde, envisagé abandonner. Après avoir espéré pouvoir réparer en mer, il a décidé hier matin de faire une escale technique à Vigo : « Je suis monté dans le mât ce matin, c’était la guerre, par 30 noeuds et une mer toujours costaud. J’avais ballasté le bateau pour le stabiliser un peu. J’ai mis une heure pour monter… et il m’a fallu ensuite 40’ pour couper mon Solent et autant pour libérer l’étai. A chaque vague, il fallait faire attention de ne pas se prendre un coup de couteau dans le nez ! Le souci c’est qu’avec les tensions et les frottements au niveau de l’attache de l’étai de trinquette : il est tombé lui aussi ! Le mât ne tient plus que par des drisses. Il faut donc passer par la case « Portugal » pour réparer. Mais l’objectif reste de repartir au plus vite avec un bateau à nouveau en état de performer. »

Louis Duc espère rallier Porto dans la journée et repartir demain à l'assaut de sa transat.

A lire aussi :

La cellule de routage du Multi50 Arkema : une mécanique bien huilée

Jean-Luc Van Den Heede décide de continuer à concourir pour la GGR


SERVICE:
Pour préparer vos escales en toute sérénité, téléchargez l'appli Guides Escales du Bloc Marine.
Toutes les prévisions météo du littoral et en mer pour la France par téléphone au 3201*.
Toutes les prévisions météo de vos voyages et vos navigations à l'étranger au 0899 70 12 34**.
Recevez gratuitement
la newsletter
tous les jeudis
Fermer
Recevez chaque jeudi les coups de coeur de la rédaction