Costa s'explique sur son programme de commémorations

Samedi 1 décembre 2012 à 11h12


La compagnie Costa Croisières a indiqué vendredi que le programme des commémorations du premier anniversaire de l'échouage de son paquebot Concordia "est en cours de définition", et sera fait "dans le respect de la douleur des victimes et de leurs familles".

 

Ce communiqué fait suite à un autre, mardi, du collectif des naufragés français de la catastrophe, qui avait jugé "insultante" une proposition de la compagnie visant à transporter sur place les familles de décédés et à ne proposer qu'une messe à Paris aux autres.

 

Costa Croisières "a pris connaissance des déclarations de (Anne) Decré, la présidente du Collectif (...) et souhaite préciser que le programme des cérémonies commémoratives sur l’île du Giglio le 13 janvier 2013 est en cours de définition, sous la supervision des autorités locales compétentes", écrit la compagnie dans son communiqué.

 

Elle indique être "dans l’impossibilité, pour des raisons purement logistiques, d’accueillir sur l’île toutes les personnes qui souhaiteraient être présentes"et prévoit donc "d’organiser une cérémonie du souvenir dans plusieurs pays dont sont issus passagers et membres d’équipage", précise-t-elle, ajoutant : "c’est ainsi qu’une messe œcuménique pourrait être organisée à Paris, lieu central le plus facile d’accès pour la grande majorité des passagers français."

 

La compagnie conclut que "le drame du Costa Concordia n’est pas et ne sera jamais oublié", et qu'elle "comprend la douleur et l’émotion des personnes qui vont vécu l’échouage". "Les commémorations seront organisées dans le respect de la douleur des victimes et de leurs familles", assure-t-elle.

 

Mme Decré avait estimé pour sa part que Costa "ne (prenait) toujours pas ses victimes en considération". "Nous avons besoin les uns des autres ce soir-là (...) et il n'est pas envisageable pour les familles de victimes de s'y rendre sans les rescapés et pour les rescapés de se rendre dans quelque église que ce soit et où que ce soit".

 

"Et pourquoi une église? Et pourquoi à Paris?", avait-elle ajouté, observant : "Nous n'avons pas fait naufrage dans la Seine jusqu'à preuve du contraire".

 

Dix personnes, dont principalement le capitaine Francesco Schettino, sont mises en cause dans le naufrage qui a fait 32 morts, tandis que l'épave gît toujours sur le flanc devant le port de Giglio.
 


SERVICE:
Toutes les prévisions météo du littoral et en mer pour la France par téléphone au 3201*.
Toutes les prévisions météo de vos voyages et vos navigations à l'étranger au 3264**.
Recevez la newsletter
tous les jeudis
Fermer
Recevez chaque jeudi les coups de coeur de la rédaction