Des navires chinois dans les eaux territoriales des Senkaku

Lundi 7 janvier 2013 à 11h35


Quatre navires gouvernementaux chinois sont entrés ce lundi dans les eaux territoriales d'îles contrôlées par le Japon en mer de Chine orientale mais revendiquées par Pékin, ont annoncé les garde-côtes nippons.


Les quatre bâtiments ont été repérés vers midi à 12 milles nautiques des îles Senkaku, réclamées par la Chine sous le nom de Diaoyu.


C'est la première incursion maritime chinoise depuis le début de cette année, et la 21ème depuis que le Japon a nationalisé trois des cinq îles à la mi-septembre dernier en les achetant à leur propriétaire privé nippon.


Le conflit s'est aggravé immédiatement après cette nationalisation, provoquant au passage d'importantes répercussions économiques pour de nombreuses entreprises japonaises, notamment dans le secteur automobile.


Des manifestations antijaponaises, parfois violentes, avaient eu lieu dans de nombreuses villes chinoises pendant une semaine, avant que Pékin ne mette le holà. Mais des navires gouvernementaux chinois croisent depuis lors près ou dans les eaux territoriales de ces îlots.


Fin décembre, un avion de surveillance maritime chinois avait survolé l'archipel. Le Japon, qui avait parlé de la toute première violation de son espace aérien de l'histoire par les Chinois, avait immédiatement fait décoller des chasseurs F-15.


L'archipel inhabité est situé à 200 km au nord-est des côtes de Taïwan et 400 km à l'ouest de l'île d'Okinawa (sud du Japon), en mer de Chine orientale. Outre sa position hautement stratégique, l'archipel recèlerait des hydrocarbures dans ses fonds marins.
 


SERVICE:
Pour préparer vos escales en toute sérénité, téléchargez l'appli Guides Escales du Bloc Marine.
Toutes les prévisions météo du littoral et en mer pour la France par téléphone au 3201*.
Toutes les prévisions météo de vos voyages et vos navigations à l'étranger au 0899 70 12 34**.
Recevez gratuitement
la newsletter
tous les jeudis
Fermer
Recevez chaque jeudi les coups de coeur de la rédaction