Boulogne-sur-Mer: les pêcheurs filtrent l'accès au port

Vendredi 25 janvier 2013 à 12h49

Mots clés : ,


Les marins-pêcheurs de Boulogne-sur-Mer (Pas-de-Calais) filtraient jeudi l'accès au bassin de débarquement de la pêche dans le port de Boulogne-sur-Mer, empêchant les senneurs néerlandais et britanniques d'y accéder, a-t-on appris de sources concordantes.


"On ne laisse pas rentrer les senneurs: on dispose des bateaux de façon à ce que seuls les petits bateaux puissent passer", a déclaré Bruno Dachicourt, secrétaire général de l'Union nationale du syndicat de marins-pêcheurs CFTC, majoritaire à Boulogne-sur-Mer.


Le filtrage a été mis en place au cours de la nuit de mercredi à jeudi, a-t-on appris auprès de la capitainerie.


"Depuis deux ans, il y a des relations très difficiles avec la flottille étrangère qui utilise la senne danoise, une technique de pêche très efficace qui consomme beaucoup d'espace et laisse peu de chances à la ressource", a expliqué M. Dachicourt, selon lequel une quarantaine de senneurs britanniques et néerlandais pêchent en Manche.


"La Manche est une zone réduite comparée au gigantisme de ces engins", souligne-t-il, en précisant qu'"un senneur équivaut à sept chalutiers".


Selon M. Dachicourt, un conflit existe à propos du stationnement dans le port de pêche entre les marins-pêcheurs boulonnais et les senneurs étrangers.


"Les autorités administratives et portuaires donnent priorité à ces gens-là plutôt qu'à la flottille locale". "Le bassin n'est pas adapté", assure-t-il, affirmant qu'une quinzaine de senneurs stationnent dans le port de Boulogne-sur-Mer "alors que le bassin ne peut en accepter que six".
 


SERVICE:
Pour préparer vos escales en toute sérénité, téléchargez l'appli Guides Escales du Bloc Marine.
Toutes les prévisions météo du littoral et en mer pour la France par téléphone au 3201*.
Toutes les prévisions météo de vos voyages et vos navigations à l'étranger au 0899 70 12 34**.
Recevez gratuitement
la newsletter
tous les jeudis
Fermer
Recevez chaque jeudi les coups de coeur de la rédaction