Hydroliennes : les industriels se mettent en ordre de marche

Mercredi 6 février 2013 à 17h50


L'électricité des courants marins, prochain bataille navale industrielle? Avec EDF et GDF Suez côté électriciens et Alstom et DCNS côté industriels, quatre géants français ont récemment accéléré sur le créneau des hydroliennes, avec des milliards d'euros espérés au fond de la mer.

 

"Après l'éolien en mer posé, c'est l'énergie marine la plus mature", souligne Antoine Rabain, expert du domaine au sein du cabinet de conseil Indicta.

 

Actionnés par la marée, ces grands rotors immergés -aux airs d'immenses réacteurs d'avion- peuvent produire de l'électricité au fond des mers à fort courant, comme la Manche.

 

Dans le seul Raz Blanchard, au large du Cotentin, le courant pourrait générer deux fois plus d'électricité que le réacteur nucléaire EPR en chantier juste en face, à Flamanville (Manche).

 

"On estime le potentiel mondial entre 75 et 100 gigawatts, soit l'équivalent du parc électrique français. La France a un gros potentiel avec environ 3 gigawatts, et donc toutes les chances de devenir un acteur majeur, d'autant qu'il y aura certainement une prime au premier entrant", souligne M. Rabain.

 

Les énergies marines (éolien offshore et flottant, hydroliennes, énergie thermique des mers...) étaient en vedette mercredi d'Euromaritime, premier salon consacré à l'économie de la mer à Paris.


SERVICE:
Pour préparer vos escales en toute sérénité, téléchargez l'appli Guides Escales du Bloc Marine.
Toutes les prévisions météo du littoral et en mer pour la France par téléphone au 3201*.
Toutes les prévisions météo de vos voyages et vos navigations à l'étranger au 0899 70 12 34**.
Recevez gratuitement
la newsletter
tous les jeudis
Fermer
Recevez chaque jeudi les coups de coeur de la rédaction