Guyane : éradiquer la pêche illégale

Vendredi 8 février 2013 à 10h48


La police des pêches va être renforcée en Guyane, aidée par une surveillance satellite, pour "éradiquer" la pêche illégale des Brésiliens dans les eaux territoriales, ont annoncé les ministres des Outre-mer et de la Mer dans un communiqué.


En matière diplomatique, "une démarche a été initiée mardi en direction des autorités brésiliennes qui ont reconnu l'existence du problème et se sont montrées ouvertes à une coopération avec la France", ont dit les deux ministres, après avoir reçu les parlementaires et les exécutifs du conseil régional et du conseil général de la Guyane mercredi soir.


La prochaine commission mixte transfrontalière France-Brésil qui doit se tenir à Cayenne début mars abordera cette question, ont ajouté Victorin Lurel et Frédéric Cuvillier.


Les pêcheurs guyanais, exaspérés par ce qu'ils qualifient de "pillage" de la ressource halieutique, bloquent depuis huit jours le consulat du Brésil à Cayenne. Ils sont aussi mené des actions coups de poing devant la représentation du Suriname, dont certains pêcheurs écument aussi les eaux territoriales.


Selon les estimations de l'Ifremer, la pêche illégale serait de l'ordre de 2.000 tonnes de poisson prélevées, en fourchette basse, soit l'équivalent de ce qui est pêché par les bateaux français dans cette pêche côtière de poissons blancs (acoupa, essentiellement).


Les deux ministres, qui parlent d'"éradication de la pêche illégale" dans le cadre d'une question de "respect de la souveraineté" dans un notable durcissement de ton, ont annoncé "une augmentation du nombre de jours de mer consacrés à la police des pêches et la mise en place de moyens de gendarmerie dédiés".


"De nouveaux moyens de surveillance maritime par satellite en coopération avec le Centre national d'études spatiales (CNES)" ont aussi été annoncés.


"On met en œuvre des moyens satellites pour repérer les tapouilles-mères et les dérouter systématiquement vers Cayenne en vue d'une saisie. On est dans quelque chose qui va être beaucoup plus dur", a dit le ministère des Outre-mer.


Par ailleurs, les pêcheurs demandaient la création d'un fonds d'urgence et d'un fonds de développement. Les ministres proposent de "faciliter un dispositif de redémarrage de l'activité et de structuration de la filière".


Ce dispositif sera financé par "le fonds Shell, les crédits mis à disposition par le Centre spatial guyanais et, le cas échéant, une réallocation de fonds européens (FEDER) ainsi qu'un abondement des collectivités locales volontaires".


Un médiateur est prêt à se rendre un Guyane "dès la levée des barrages" pour mettre en place ce dispositif "en concertation" avec les pêcheurs et les collectivités.
 


SERVICE:
Toutes les prévisions météo du littoral et en mer pour la France par téléphone au 3201*.
Toutes les prévisions météo de vos voyages et vos navigations à l'étranger au 3264**.
Recevez la newsletter
tous les jeudis
Fermer
Recevez chaque jeudi les coups de coeur de la rédaction