Tsunami : le japon martyrisé

Lundi 11 mars 2013 à 09h47

Mots clés : ,


Tête baissée, yeux fermés, mains jointes, les Japonais ont observé lundi une minute de silence à 14H46, deux ans exactement après un violent séisme suivi d'un tsunami meurtrier et d'un terrible accident nucléaire à Fukushima.


Cette catastrophe dans le nord-est du pays a fait 15.881 morts et 2.668 disparus, auxquels s'ajoutent 2.554 personnes décédées à cause de la dégradation de leurs conditions de vie, selon les tout derniers bilans officiels disponibles lundi.


Dans de nombreuses localités touchées, la vie s'est figée à l'heure dite pour une minute de silence, comme à Ishinomaki, ville martyre traumatisée par le décès de 4.000 personnes, dont plus de 70 élèves de l'école primaire d'Okawa, emportés par les flots au moment où ils tentaient de se réfugier sur les hauteurs.


Les sirènes ont sonné de nouveau pour marquer ce triste anniversaire dans cette localité côtière balayée par un vent glacial lundi, tandis que des cérémonies avaient lieu sur toute la côte ravagée et ailleurs dans le pays.


A Tokyo, l'empereur Akihito s'est incliné à la mémoire des victimes lors d'une commémoration nationale en présence du Premier ministre. Il a souhaité que l'on n'oublie pas ces vies perdues, ni ceux qui vivent "dans ces conditions difficiles, dans les lieux de refuges, dans la région sinistrée".
Il a insisté sur la nécessité d'entraîner la population aux exercices de prévention, afin de sauver le maximum de personnes en cas de nouvelle catastrophe naturelle.


Le Premier ministre, Shinzo Abe, s'est engagé pour sa part à construire un Japon plus résistant aux désastres et a demandé le soutien de la population.


Depuis son retour au pouvoir en décembre, ce chef de la droite japonaise s'est rendu trois fois dans la région sinistrée, alors que la gestion du désastre par ses prédécesseurs de centre gauche avait été très critiquée.


Le vendredi 11 mars 2011 à 14H46 locales (05H46 GMT), le pays était secoué par un terrible séisme de magnitude 9 sous l'océan Pacifique, à quelques dizaines de kilomètres de la côte nord-est de la grande île de Honshu.


Moins d'une heure après, une vague gigantesque dépassant 20 mètres de haut par endroits s'est abattue sur le littoral de la région du Tohoku (nord-est), emportant toute vie sur son passage, détruisant ports, maisons, écoles et usines et entraînant un accident nucléaire majeur à Fukushima.


Deux ans après le raz-de-marée, des plongeurs continuent de rechercher des corps au large d'Ishinomaki, dans des fonds marins encombrés des monceaux de détritus charriés par la déferlante.


La police de la préfecture sinistrée de Miyagi désespère de retrouver encore des corps de disparus, sans lesquels les familles ont du mal à faire leur deuil.


Sur le littoral, les travaux de reconstruction se poursuivent aussi. Beaucoup a été fait pour déblayer les débris, goudronner à nouveau des routes et rebâtir les infrastructures vitales, mais plus de 315.000 personnes habitent toujours dans des logements provisoires.
 


SERVICE:
Pour préparer vos escales en toute sérénité, téléchargez l'appli Guides Escales du Bloc Marine.
Toutes les prévisions météo du littoral et en mer pour la France par téléphone au 3201*.
Toutes les prévisions météo de vos voyages et vos navigations à l'étranger au 0899 70 12 34**.
Recevez gratuitement
la newsletter
tous les jeudis
Fermer
Recevez chaque jeudi les coups de coeur de la rédaction