Arctic Sunrise : décision du tribunal de la mer le 22 novembre

Mercredi 6 novembre 2013 à 16h26

Mots clés :


Le Tribunal international du droit de la mer rendra sa décision le 22 novembre sur la demande présentée par les Pays-Bas de faire libérer l'équipage d'un navire de Greenpeace, actuellement détenu en Russie.

 

Cette juridiction des Nations unies compétente pour régler les litiges maritimes et présidée par le Japonais Shunji Yanai, avait été saisie par le royaume des Pays-Bas car le bateau en question, "Arctic Sunrise", bat pavillon néerlandais. Les 30 membres d'équipage dont 26 non-Russes ont été interpellés fin septembre et placés en détention en Russie, après avoir tenté d'accrocher une banderole dénonçant les risques d'une exploitation de l'Arctique, sur une plateforme pétrolière située en mer de Barents.

 

"Il existe des motifs suffisants pour une libération immédiate" des membres d'équipage, a déclaré Kumi Naidoo, directeur exécutif de Greenpeace International. "Nous espérons que dans un délai de deux semaines, le tribunal va rendre une décision, que cette décision confirmera la position que nous avons prise et que nos militants seront libérés", a-t-il poursuivi. L'audience du tribunal qui a débuté à 10H00 (9H00 GMT) à Hambourg (nord de l'Allemagne) où il siège, s'est achevée peu avant 13H00 (12H00 GMT).

 

"Le navire se trouvait dans les eaux internationales lorsqu'il a été arraisonné", a souligné M. Naidoo qui affirme qu'une telle démarche ne peut être entreprise que dans les cas de "pêche illégale", de "dommages causés à l'environnement" et dans "un ou deux autres cas". "Nous ne tombons sous le coup d'aucune de ces prescriptions", a-t-il soutenu.

 

Les membres de l'équipage sont actuellement détenus à Mourmansk (nord-ouest de la Russie) et devraient être prochainement transférés à Saint Pétersbourg. "Cela devrait se faire mais nous n'avons pas reçu de confirmation officielle", a indiqué M. Naidoo, estimant que ces militants devraient être "célébrés comme des héros", plutôt que d'être emprisonnés "dans des conditions extrêmement dures".

 

Au cours de l'audience, les Pays-Bas ont fait valoir que la Russie avait "enfreint la liberté de navigation" du navire, soutenant qu'elle n'avait aucun droit d'intervenir "contre un navire sous pavillon d'un Etat tiers", selon les propos tenus par Liesbeth Lijnzaad, conseillère juridique du ministère néerlandais des Affaires étrangères. La Russie, qui a choisi de ne pas prendre part à la procédure devant le tribunal, "a violé les droits de l'homme de cet équipage, notamment la liberté de circulation", a-t-elle soutenu, précisant que leur "détention dure depuis presque sept semaines à compter de l'arraisonnement du navire".


SERVICE:
Toutes les prévisions météo du littoral et en mer pour la France par téléphone au 3201*.
Toutes les prévisions météo de vos voyages et vos navigations à l'étranger au 3264**.
Recevez la newsletter
tous les jeudis
Fermer
Recevez chaque jeudi les coups de coeur de la rédaction