L'olicharque, un métal antique retrouvé dans une épave

Samedi 31 janvier 2015 à 07h26

Mots clés : , ,

Selon nos confrères du site discovery.fr, des plongeurs auraient retrouvé des lingots d'orichalque, un métal légendaire de l'Atlandide, sur un bateau coulé il y a 2600 ans et retrouvé au large de la Sicile à 300m de profondeur. L'Atlantide engloutie aurait emporté toute trace de ce métal précieux dont il ne restait que des mentions ou des descriptions dans les textes de Platon ou d'Hésiode.


creative commons Eric Durand

Orichalque, métal légendaire

Ce mystérieux métal, décrit dans les textes comme "brillant d'un éclat de feu",  était considéré dans l'antiquité comme le métal le plus précieux après l'or. L'orichalque, littéralement "le cuivre des montagnes" est un alliage devenu légendaire, mentionné par Platon ou Hésiode.

D'après l'archéologue des fonds marins, Sebastiano Tusa, les lingots du précieux métal provenaient de Grèce ou d'Asie Mineure jusqu'à Géla en Sicile. Le bateau qui les transportait a probablement été pris dans une tempête et coulé alors qu’il était sur le point d'entrer dans le port.

Les 39 lingots trouvés dans le sable représentent une découverte unique, car aucun trésor de cette importance n'a été découvert jusqu'à présent, puisqu'on ne connaissait ce métal qu'à travers des textes. Il aurait été inventé par Cadmus un personnage greco-phénicien et aurait recouvert les mur du temple de Poséidon sur l'Atlantide et aurait disparu englouti avec l'île.

Après analyse il s'avère que l'alliage est composé de 75-80% de cuivre et 15-20% de zinc, auquell s'ajoutent de faibles quantités de nickel, de plomb et de fer.


SERVICE:
Pour préparer vos escales en toute sérénité, téléchargez l'appli Guides Escales du Bloc Marine.
Toutes les prévisions météo du littoral et en mer pour la France par téléphone au 3201*.
Toutes les prévisions météo de vos voyages et vos navigations à l'étranger au 0899 70 12 34**.
Recevez gratuitement
la newsletter
tous les jeudis
Fermer
Recevez chaque jeudi les coups de coeur de la rédaction