Quand les coraux ingèrent du plastique

Mardi 24 février 2015 à 09h20

Mots clés :

Les coraux de la Grande Barrière australienne ingèrent de petits débris de plastique dont le Pacifique est abondamment pollué, ont constaté des chercheurs australiens qui s'alarment des conséquences écologiques de ce phénomène.


Publiée dans le journal Marine Biology, cette étude réalisée en laboratoire révèle que les coraux "mangent le plastique à un rythme à peine inférieur à celui auquel ils consomment habituellement le plancton".

"Si la pollution aux microparticules de plastique augmente sur la Grande Barrière, les coraux pourraient être affectés au fur et à mesure que les cavités de leur petit estomac se bouchent avec du plastique inassimilable", a expliqué Mia Hoogenboom, de l'université James Cook, dans le Queensland (nord-est).

Les microplastiques sont définis comme des particules mesurant moins d'un demi centimètre.

Du plastique a été retrouvé "en profondeur dans les polypes des coraux, recouvert de tissu digestif", et serait susceptible d'altérer la capacité de ces organismes à digérer leur nourriture traditionnelle, ont souligné les scientifiques.

Ils ont également prélevé de l'eau à proximité de la Grande Barrière, inscrite au patrimoine mondial de l'Unesco, et y ont trouvé des microparticules de plastique, dont du polystyrène et du polyéthylène en petites quantités.

Ces découvertes interviennent alors que l'Unesco a d'ores et déja émis des inquiétudes sur l'état de santé de la Grande Barrière, en raison des développements industriels, du déversement de déchets, de la pêche ou encore du réchauffement climatique et de la montée des océans.

 

 


SERVICE:
Pour préparer vos escales en toute sérénité, téléchargez l'appli Guides Escales du Bloc Marine.
Toutes les prévisions météo du littoral et en mer pour la France par téléphone au 3201*.
Toutes les prévisions météo de vos voyages et vos navigations à l'étranger au 0899 70 12 34**.
Recevez gratuitement
la newsletter
tous les jeudis
Fermer
Recevez chaque jeudi les coups de coeur de la rédaction