Réunion : les champions de surf prennent le large

Lundi 20 avril 2015 à 15h15

Mots clés :


Les spots de La Réunion comptent parmi les plus réputés au monde et ses surfeurs collectionnent les médailles à chaque championnat de France. Mais aujourd'hui, ces sportifs de haut niveau sont obligés de quitter leur île, traumatisés par les attaques de requins.

"J'ai décidé d'arrêter de surfer à La Réunion en 2011 après la mort de mon ami Mathieu Schiller" (champion de bodyboard tué par un requin à quelques mètres du rivage, ndlr), lâche Hugo Savalli, champion de France de surf en 2012.

"L'année dernière, je me suis mis à l'eau deux fois, et encore, à deux mètres du bord comme un ti marmaille!" ("petit enfant" en créole réunionnais, ndlr), raconte-t-il.

Le 12 avril, les attaques de squale ont fait un septième mort depuis 2011 : un ado de 13 ans, qui était déjà un surfeur confirmé. Elio, champion de La Réunion benjamin en 2013, était l'un des éléments les plus prometteurs du pôle espoir de la ligue locale.

Sa mort a mis en lumière de façon dramatique les menaces qui pèsent sur le surf de compétition à La Réunion, d'autant que toutes les attaques ont eu lieu sur la côte ouest, où se trouvent les plus beaux spots.



"En 2011, avant la crise requin, nous avions 1.600 licenciés. Il en reste à peine 400", se désole Eric Sparton, président de la ligue locale. "Et encore, certains sont restés licenciés chez nous par solidarité, mais ils ne pratiquent plus du tout à La Réunion", soupire Christophe Mulquin, entraîneur des équipes de France espoir, minimes, cadets et juniors. Un crève-coeur quand on sait que La Réunion est "la plus grosse pourvoyeuse de champions français".


Le nombre d'écoles de surf a lui aussi fondu. Elles étaient 14 avant la crise, il n'en reste qu'une. "C'est préoccupant car les écoles sont le vivier où le pôle Espoir puisait les meilleurs éléments", s'alarme Nicolas Berthé, conseiller technique national de surf et entraîneur des 25 sociétaires du pôle Espoir.

Depuis 2013, un arrêté préfectoral interdit la baignade et les activités nautiques hors du lagon et des zones surveillées. Cela a considérablement réduit le terrain d'entraînement des surfeurs. Pénalisant lorsqu'on pratique à haut niveau. Du coup, la Ligue a mis en place un dispositif pour permettre aux meilleurs espoirs de s'entraîner loin de La Réunion.

 

Après des mois d'étude, un dispositif expérimental de surveillance, autorisé par le préfet, s'apprêtait à entrer en vigueur au moment où Elio a été tué. Depuis le drame, aucune date n'a été fixée pour le lancement de ces zones sécurisées, avec vigies immergées, bateaux de surveillance et caméras. Après sa visite sur l'île en début de semaine, le président de la Fédération française de surf, Jean-Luc Arassus, sera reçu lundi par la ministre des Outre-mer, George Pau-Langevin.

Beaucoup de surfeurs pensent qu'il sera très dur de revenir à la situation d'avant la crise. Mais ils espèrent sauver leur sport.

"Nous ne voulons pas que tout s'arrête", martèle Anne-Gaëlle Hoarau, plusieurs fois championne de France et d'Europe, avant de montrer l'océan: "On ne peut pas l'admettre lorsqu'on a ça devant soi".

 


SERVICE:
Pour préparer vos escales en toute sérénité, téléchargez l'appli Guides Escales du Bloc Marine.
Toutes les prévisions météo du littoral et en mer pour la France par téléphone au 3201*.
Toutes les prévisions météo de vos voyages et vos navigations à l'étranger au 0899 70 12 34**.
Recevez gratuitement
la newsletter
tous les jeudis
Fermer
Recevez chaque jeudi les coups de coeur de la rédaction