Kayak solaire pour expédition polaire

Mardi 16 juin 2015 à 07h42

Mots clés : ,

Entre Canada et Groenland, Pacifique et Atlantique, avec un coup de pouce du soleil qui brille en permanence sur ces étendues polaires: la Bretonne Anne Quéméré et le Suisse Raphaël Domjan vont tenter la première traversée en kayak du passage du Nord-Ouest, en Arctique.


Crédit photo : Gauthier Mesnil-Blanc

Leur tentative commencera, selon les conditions météo, dans les jours qui arrivent, dans ce passage mythique situé aux confins glacés du nord du Canada, qui s'ouvre à la navigation lors de la débâcle de la banquise en été. Et cette première est en fait double: le kayak de Raphaël Domjan a été transformé en embarcation expérimentale solaire.
Il est équipé, sur les plages avant et arrière, de 3 m2 de panneaux voltaïques pour alimenter en énergie propre un petit moteur électrique qui permet d'atteindre une vitesse de 5 à 10 km/h. "Ma démarche est avant tout scientifique. Je vais tenter la première traversée polaire solaire en testant, pendant le jour permanent de l'été boréal, la capacité de captation de l'énergie solaire dans ces très hautes latitudes avec une température légèrement supérieure à 0°C".


Le but : développer la technologie qui pourrait permettre à terme "des déplacements "propres" dans cette région au fragile écosystème, déjà mise à mal par le réchauffement climatique". Sur le papier, l'énergie solaire emmagasinée devrait alimenter en électricité non seulement le petit moteur du kayak, mais aussi l'équipement photo, vidéo, informatique et transmissions embarqué.

 


3.000 km en 3 mois 


Anne Quéméré et Raphaël Domjan partiront du bourg inuit de Tuktoyaktuk, à l'embouchure de la rivière Mackenzie sur la côte Nord du Canada. Avant que la banquise se referme en automne, ils ont trois mois pour couvrir les quelque 3.000 km qui les séparent de la mer de Baffin à l'ouest du Groenland.


Dire que le chemin est tortueux et semé d'embûches est un euphémisme: tracé aléatoire en fonction des zones englacées ou non, météo capricieuse et souvent imprévisible, multitude d'îles et îlots à contourner, nuées de moustiques dans les terres rendues marécageuses par la fonte... Pour couronner le tout: la présence intimidante du seigneur des lieux et redoutable prédateur, l'ours polaire.
L'année dernière, Anne Quéméré avait fait une première tentative de franchissement du passage en solitaire, mais avait dû abandonner en raison d'une météo interdisant toute progression.


"C'est la première fois que je ne pars pas en solitaire et pour moi c'est une révolution. Nous allons devoir nous adapter chacun au rythme de l'autre, faire certainement des compromis". Avec toutefois de gros avantages: "l'esprit d'entraide et de solidarité, notamment en ce qui concerne la sécurité et la tenue de quart de veille permettant à l'autre de bien dormir et bien récupérer".
 


SERVICE:
Pour préparer vos escales en toute sérénité, téléchargez l'appli Guides Escales du Bloc Marine.
Toutes les prévisions météo du littoral et en mer pour la France par téléphone au 3201*.
Toutes les prévisions météo de vos voyages et vos navigations à l'étranger au 0899 70 12 34**.
Recevez gratuitement
la newsletter
tous les jeudis
Fermer
Recevez chaque jeudi les coups de coeur de la rédaction