Trophée Jules-Verne : Joyon veut retrouver "l'esprit d'aventure"

Lundi 5 octobre 2015 à 08h42

Chasseur de records émérite, le navigateur Francis Joyon va se lancer dans quelques semaines sur les traces du Trophée Jules-Verne, un tour du Monde en équipage, sur son nouveau trimaran Idec Sport, mis à l'eau vendredi à Vannes (Bretagne).


« En général, les projets en équipage sont extrêmement bien construits et il y a une part d'aventure réduite au minimum. Là, on part avec l'esprit d'aventure. J'ai eu beaucoup d'équipiers qui souhaitaient venir parce que ça leur plaisait de retrouver cet esprit d'aventure », raconte le skipper. Idec Sport, tout juste sorti des chantiers Multiplast, n'est pas n'importe quel bateau. Il s'agit de l'ancien Groupama 3 mis à l'eau en 2006 et qui a été le premier à passer sous la barre des 50 jours au Trophée Jules-Verne, en 48 jours 7 heures 44 minutes et 52 secondes en 2010, barré par Franck Cammas. Rebaptisé Banques Populaires VII en 2013, il avait battu plusieurs records avec Armel Le Cléac'h aux commandes, avant que celui-ci se blesse à la main et laisse Loïck Peyron remporter la dernière Route du Rhum, avec le record de l'épreuve.

 


Sous ses nouvelles couleurs, le maxi-trimaran de 31,50 mètres a un calendrier très serré: Joyon espère partir dès cet automne pour tenter de battre le record détenu depuis 2013 par le maxi-trimaran Banque Populaire V (40 mètres) en 45 jours 13 heures 42 minutes 53 secondes. « On espère être prêts au plus tard le 1er novembre mais, si on peut gratter deux ou trois jours, on sera contents », explique le marin. Après quelques semaines de préparation et de prise en main, Idec Sports « sera en stand-by à Brest pour être tout près de la zone de départ ».

 

« La notion ludique n'est pas encore apparue pour le moment », reconnaît Joyon, qui confesse avoir subi « beaucoup de pression, beaucoup de stress pour respecter les délais très courts ». Mais l'expérimenté navigateur est très motivé par ce projet dans un format qu'il connaît peu. « En solitaire, on est obligé un peu de faire l'homme-orchestre. On n'est pas toujours très professionnel. En équipage, il va y avoir une rigueur plus professionnelle et ça m'intéresse de découvrir aussi cette facette du métier de marin », admet-il. L'équipage sera réduit au minimum, six personnes dont Joyon, pour limiter le poids du bateau, qui sera confronté à la concurrence du géant des mers Spindrift 2 (40 mètres).


SERVICE:
Toutes les prévisions météo du littoral et en mer pour la France par téléphone au 3201*.
Toutes les prévisions météo de vos voyages et vos navigations à l'étranger au 3264**.
Recevez la newsletter
tous les jeudis
Fermer
Recevez chaque jeudi les coups de coeur de la rédaction