Exercice de prévention au tsunami en Guadeloupe

Lundi 21 mars 2016 à 07h05

Mots clés : , , ,

Des vagues de plusieurs mètres de haut touchant les côtes moins de deux heures après la survenue d'un séisme d'une très forte magnitude au large du Venezuela : la Guadeloupe a participé jeudi à un exercice international de prévention au tsunami : "Caribe Wave".


sous licence creative commons Luca Moglia

Dans le cadre de cette opération, le chef de la police municipale de Pointe-Noire, sur la côte ouest de la Basse-Terre en Guadeloupe, reçoit un message sur son portable : "Exercice, Exercice, Exercice, Alerte rouge tsunami. Rejoignez les hauteurs." Un fax vient préciser le scénario : un séisme d'une magnitude de 8,4 sur l'échelle de Richter s'est produit à 10h00 près des côtes vénézuéliennes à une profondeur de 15 km. La première vague sur la Basse-Terre est attendue à 11h32.

Premier réflexe pour la brigade : vérifier que les écoles les plus menacées par le tsunami, à moins de 30 mètres de la mer, sont bien en cours d'évacuation. Mais à son arrivée, l'exercice est terminé ou presque pour les 160 enfants et personnel qui regagnent leurs établissements. Car le rectorat a alerté la maternelle avant l'alerte officielle de la préfecture. Du coup, à 10H05, "on a lancé le signal sonore puis nous nous sommes regroupés dans la cour", explique à l'AFP la secrétaire de l'école primaire. En six minutes, ils avaient rejoint le point haut désigné. "Pour les enfants c'était un amusement, ils avaient été prévenus", ajoute-t-elle.

La patrouille des forces de l'ordre se poursuit, pour prévenir habitants et touristes sur l'une des plages de la commune. Mais pas de sirène pour ne pas paniquer la population selon les instructions. Parallèlement, six bâtiments municipaux près de la place de la mairie ont été évacués. "Il faut habituer psychologiquement la population, mais reste à savoir comment les gens vont réagir quand il y aura vraiment un tsunami", analyse un habitant, témoin de la scène.

"Faire un exercice permet de voir les limites et comment améliorer les choses. Il faudrait sans doute avoir des véhicules de police équipées en permanence de haut-parleurs ou qui puissent l'être très rapidement", explique Eric Gabon en charge de la sécurité de la ville.

La Guadeloupe peut connaître deux types de tsunami : local, pouvant frapper les côtes en quelques minutes, et d'origine lointaine ou régionale, laissant entre quelques dizaines de minutes et plusieurs heures.
D'autres territoires français des Caraïbes comme la Martinique ont aussi participé à l'exercice.


A lire aussi :

Méditerranée : «un tsunami possible à n’importe quel moment»
Un mur géant anti-tsunami au Japon


SERVICE:
Pour préparer vos escales en toute sérénité, téléchargez l'appli Guides Escales du Bloc Marine.
Toutes les prévisions météo du littoral et en mer pour la France par téléphone au 3201*.
Toutes les prévisions météo de vos voyages et vos navigations à l'étranger au 0899 70 12 34**.
Recevez gratuitement
la newsletter
tous les jeudis
Fermer
Recevez chaque jeudi les coups de coeur de la rédaction