Mayotte doit développer le tourisme

Mardi 23 août 2016 à 06h52

Le développement du port de Longoni constitue un atout considérable pour le développement du tourisme dans le département, estime un expert du tourisme mahorais, qui invite à promouvoir l'emploi des jeunes Mahorais et à développer les particularités et traditions de l'île.


Intervenant lors d'un récent séminaire organisé par l'association des Cocos clubs séniors de Pamandzi, Florent Raddas, chargé de développement touristique chez Mayotte Channel Gateway S.A.S, société ayant obtenu la délégation du service public du port de Longoni (nord de l'île) pour 15 ans, défend la nécessité de développer les infrastructures autour du port, pour améliorer l'accueil des croisiéristes.

Il précise aussi que le tourisme à Mayotte gagnerait à offrir des débouchés aux nombreux jeunes diplômés en mal d'emplois. "On parle souvent de la culture et des traditions. Des jeunes revenant de France avec des niveaux Bac + 2, + 3, + 4, +5, des licences et des masters (...) pourraient être des traducteurs en français et en shimaoré (langue locale) et s'intégrer progressivement dans les entreprises locales", a expliqué M. Raddas à l'AFP.

Florent Raddas reconnaît que tout en faisant partie des îles Vanilles (Maurice, Réunion, Madagascar, Seychelles), Mayotte se retrouve aujourd'hui en dernière position. "Gardons un tourisme local, un tourisme vrai, qui consiste à faire découvrir nos traditions. Nous avons un bon nombre de caractéristiques qui font que Mayotte a sa propre identité: le lagon, la barge, les brochettis, les minzizani (masques de beauté des femmes mahoraises), les manzaraka (cérémonies festives des mariages), les voulés (pique-niques au bord de la mer), les merengues... Essayons de vendre Mayotte avec des hébergements de petites capacités, où lorsqu'on viendra dans un gîte ou dans une maison d'hôtes, on sera accueilli comme si on était chez soi à la maison."

Il reconnaît toutefois que les coûts élevés des prestations aériennes dus au monopole des deux compagnies Air Austral et Corsair handicapent l'essor touristique. "Ce qu'il faut pour Mayotte, c'est une vraie concurrence, en faisant venir d'autres transporteurs aériens qui feraient bouger les lignes", souligne-t-il.

Florent Raddas insiste aussi sur la nécessité de mieux sécuriser les sites touristiques devenus inaccessibles du fait de l'insécurité, et sur l'effort à poursuivre en matière de propreté de l'environnement.


A lire aussi : 
Le lagon de Mayotte, terrain de jeu des plongeurs

Le marché de la croisière a le vent en poupe dans les Îles Vanille !


SERVICE:
Pour préparer vos escales en toute sérénité, téléchargez l'appli Guides Escales du Bloc Marine.
Toutes les prévisions météo du littoral et en mer pour la France par téléphone au 3201*.
Toutes les prévisions météo de vos voyages et vos navigations à l'étranger au 0899 70 12 34**.
Recevez gratuitement
la newsletter
tous les jeudis
Fermer
Recevez chaque jeudi les coups de coeur de la rédaction