Les moules du banc d'Arguin dans le bassin d'Arcachon sont de nouveau consommables

Samedi 27 août 2016 à 14h24

Les moules du banc d'Arguin, sur le Bassin d'Arcachon (Gironde), qui avaient été temporairement interdites de pêche et consommation il y a deux semaines en raison d'une toxine liée à une micro-algue, sont de nouveau propres à la consommation, a annoncé la préfecture jeudi.


Les résultats des analyses par le réseau de surveillance de l'Ifremer (Institut français de Recherche pour l'Exploitation de la Mer) ont révélé "la chute très nette de la contamination des moules en provenance du banc d'Arguin, par les toxines lipophiles", a indiqué la préfecture dans un communiqué. Les derniers prélèvements confirment "la bonne qualité sanitaire des moules dans cette zone".

Le préfet de Gironde, en concertation avec les organisations professionnelles des pêches et de conchyliculture, a donc décidé jeudi de "lever l'interdiction concernant la pêche la commercialisation des moules du banc d'Arguin". Les moules peuvent de nouveau être consommées "dans l'ensemble du bassin d'Arcachon".

Les huîtres et coquillages du Bassin, ou du Pertuis d'Antioche, le détroit entre l'île de Ré et l'île d'Oléron en Charente-Maritime, ont connu ces dernières années des périodes sporadiques d'interdiction de consommation, allant de quelques jours à quelques semaines, en raison de la présence de toxines liées à une micro-algue ingérée par les coquillages. Ce phénomène naturel, en partie saisonnier, est associé à un réchauffement rapide de l'eau.


A lire aussi :
Le bassin d'Arcachon et ses incontournables
Des cygnes décapités dérivent sur le Bassin d'Arcachon
 


SERVICE:
Pour préparer vos escales en toute sérénité, téléchargez l'appli Guides Escales du Bloc Marine.
Toutes les prévisions météo du littoral et en mer pour la France par téléphone au 3201*.
Toutes les prévisions météo de vos voyages et vos navigations à l'étranger au 0899 70 12 34**.
Recevez gratuitement
la newsletter
tous les jeudis
Fermer
Recevez chaque jeudi les coups de coeur de la rédaction