80.000 déchets collectés par Surfrider dans le bassin de l'Adour

Mercredi 19 octobre 2016 à 11h21

Environ 80.000 déchets, pour la plupart en plastique, ont été collectés depuis avril 2014 en plusieurs endroits de l'Adour (Bassin aquitain) et de deux de ses affluents, a indiqué mardi l'ONG Surfrider, qui incrimine notamment la gestion d'anciennes décharges.


Sur ces déchets ramassés d'avril 2014 à août 2016, 87,2% sont du plastique, 2,9% du métal, 1,7% du verre et 1,9% des déchets sanitaires et médicaux, 6,3% d'autres substances (tissu, papier, céramique, polluants divers), détaille-t-elle dans une enquête.

L'ONG a collecté une fois par mois les déchets d'une taille supérieure à 0,5 cm sur plusieurs zones de 100 m2. Huit points de collecte, situés sur l'Adour, de sa source à son embouchure, sur la Midouze ou sur le Gave, ont été choisis en fonction de la pression agricole, touristique ou urbaine qui s'y exerce. L'enquête visait à comprendre l'origine des déchets dans les rivières pour mieux lutter contre leur prolifération, a expliqué l'ONG.

Selon Surfrider, cette accumulation de détritus est due à des "incivilités", des "problèmes au sein des stations d'épuration" et aux décharges, sauvages ou légales. "Lors de notre enquête, nous avons découvert de nombreux écueils en termes de réglementations et de gestion de certaines décharges, possédant pourtant des autorisations en règle", écrit l'ONG.

Selon Antoine Bruge, responsable du projet, de petites communes peinent à gérer des décharges autrefois prises en charge par un regroupement de communes, et aujourd'hui fermées. Elles ont du mal à trouver des financements pour les entretenir correctement, explique-t-il, citant l'exemple d'une ancienne décharge située près de Pau qui a été emportée par une crue du Gave, entraînant la pollution de la rivière. "Un déchet jeté dans le lit d'un cours d'eau, c'est un déchet qui se dirige vers l'océan", rappelle Gilles Asenjo, président de Surfrider Foundation Europe dans un communiqué, appelant à "agir dès l'amont pour stopper" leur arrivée dans la mer.

L'ONG envisage de procéder à une enquête similaire sur le Var.


A lire aussi :

Une pollution aux déchets plastique incontrôlable
Les plastiques, "premiers prédateurs" des océans


SERVICE:
Pour préparer vos escales en toute sérénité, téléchargez l'appli Guides Escales du Bloc Marine.
Toutes les prévisions météo du littoral et en mer pour la France par téléphone au 3201*.
Toutes les prévisions météo de vos voyages et vos navigations à l'étranger au 0899 70 12 34**.
Recevez gratuitement
la newsletter
tous les jeudis
Fermer
Recevez chaque jeudi les coups de coeur de la rédaction