L'UE s'engage sur dix ans pour sauver les stocks de poissons en Méditerranée

Vendredi 7 avril 2017 à 07h04

L'Union européenne et sept pays de la Méditerranée se sont engagés jeudi pour les dix prochaines années à suivre de près l'évolution des stocks de poissons, fortement menacés dans des eaux appauvries par la surpêche.


Pixabay

"Après des mois de négociations, la Commission européenne a sécurisé aujourd'hui un engagement sur dix ans pour sauver les stocks de poissons en Méditerranée et protéger la richesse économique et écologique de la région", a annoncé l'exécutif européen dans un communiqué.

La Déclaration de Malte dite "MedFish4Ever" a été notamment signée par la Commission européenne, huit Etats membres côtiers de l'UE (Espagne, France, Italie, Malte, Slovénie, Croatie, Grèce, Chypre), sept pays tiers (Maroc, Algérie, Tunisie, Egypte, Turquie, Albanie, Monténégro), l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), la Commission générale des pêches pour la Méditerranée (GFCM) et le Parlement européen.

"J'espère que cette déclaration sera perçue à l'avenir comme un tournant", a commenté Karmenu Vella, le commissaire européen à la Pêche, alors que le stock halieutique de la Méditerranée est en grand danger - on l'estime surexploité à 90%. Les signataires s'engagent à s'assurer que d'ici 2020, les principaux stocks de poissons soient régulièrement évalués de manière précise et scientifique. Ils devront également établir "un plan de gestion pluriannuel pour toutes les zones de pêche-clé" et "éliminer la pêche illégale" d'ici 2020 également. Enfin, ils s'engagent à soutenir financièrement des projets locaux de pêche durable.

Dans un communiqué, le Fonds mondial pour la nature (WWF) a applaudi cet "ambitieux plan stratégique". "Les stocks de poissons méditerranéens ne peuvent plus être soutenus par des mots et des belles intentions", a estimé le directeur de l'Initiative marine méditerranéenne du WWF, Giuseppe Di Carlo. "Il faut des actions concrètes, visibles le long des côtes, en mer et au niveau de la gouvernance", a plaidé M. Di Carlo.

De son côté, l'ONG Oceana a salué un "pacte politique historique". "La reconstitution des stocks halieutiques et leur gestion durable permettront de repeupler la mer Méditerranée de ses poissons, car cette mer renferme un potentiel énorme du point de vue alimentaire, des emplois et de la croissance économique", s'est félicité Lasse Gustavsson, directeur exécutif d'Oceana en Europe.

Plus de 300.000 personnes sont employées dans la flotte de pêche méditerranéenne, majoritairement composée de petits bateaux (80% de navire de moins de 10 mètres de long responsables d'un quart des prises).

 

A lire aussi :

Pêche au bar : une règlementation plus stricte

Le poisson-lion : un véritable fléau aux Antilles


SERVICE:
Toutes les prévisions météo du littoral et en mer pour la France par téléphone au 3201*.
Toutes les prévisions météo de vos voyages et vos navigations à l'étranger au 3264**.
Recevez la newsletter
tous les jeudis
Fermer
Recevez chaque jeudi les coups de coeur de la rédaction