Sea Shepherd répond aux dresseurs du Marineland d'Antibes

Mercredi 17 mai 2017 à 15h39

L'arrêté du 3 mai 2017, en plus d'imposer quelques mesures visant à rendre un peu moins pénible la privation de liberté imposée aux cétacés, a réservé une surprise de taille aux delphinariums : la fin de la reproduction des individus captifs - assortie d'une interdiction d'importation - et donc à terme, la fin de la captivité en France.


L'annonce a fait l'effet d'une bombe du côté des delphinariums, en particulier au Marineland d'Antibes. Et pour cause, elle sonne le glas, à moyen terme d'une industrie lucrative, particulièrement pour le fond de pension britannique Arle Capital Partners, principal actionnaire de Parques Reunidos, multinationale aujourd'hui propriétaire du Marineland, qui affichait en 2014 un résultat net de 5,5 millions d'euros.

Dans une lettre ouverte en réaction au passage de l'arrêté les dresseurs du Marineland s'insurgent contre les accusations de maltraitance qui ne s'appuient selon eux, sur rien de scientifique.

 

A lire aussi  :

Un nouveau patrouilleur pour Sea Shepherd

Accord conclu entre les baleiniers japonais et Sea Shepherd


SERVICE:
Pour préparer vos escales en toute sérénité, téléchargez l'appli Guides Escales du Bloc Marine.
Toutes les prévisions météo du littoral et en mer pour la France par téléphone au 3201*.
Toutes les prévisions météo de vos voyages et vos navigations à l'étranger au 0899 70 12 34**.
Recevez gratuitement
la newsletter
tous les jeudis
Fermer
Recevez chaque jeudi les coups de coeur de la rédaction