A Djerba, le tourisme tunisien voit poindre une éclaircie

Lundi 22 mai 2017 à 14h30

"Il faut rester vigilant, mais cette embellie, on prend!", s'exclame Noureddine Gharbi, directeur d'un hôtel de Djerba. Après des années de disette, cette île emblématique du tourisme balnéaire tunisien voit poindre une éclaircie.


Ce secteur clé de l'économie nationale a d'abord souffert de l'instabilité post-révolution de 2011, avant de plonger dans le noir suite à la série d'attaques jihadistes de 2015-2016, dans laquelle 59 touristes ont notamment péri. Un an et demi plus tard, si la menace reste présente -l'état d'urgence en vigueur depuis fin 2015 vient d'être prolongé- les autorités l'ont martelé sur tous les tons le week-end dernier à Djerba (sud), en marge du pèlerinage juif de la Ghriba: la sécurité est désormais "maîtrisée en Tunisie", et la destination de retour sur la carte de la Méditerranée. "Du 1er janvier à aujourd'hui (...), la croissance sur un an est importante, de l'ordre de 34%. C'est très bon signe", a indiqué à l'AFP la ministre du Tourisme Selma Elloumi à l'occasion de ce pèlerinage qui marque traditionnellement le début de la saison estivale sur l'île. "La Tunisie est un pays sûr (...). Les chiffres du tourisme sont prometteurs", a renchéri le chef du gouvernement Youssef Chahed, lui aussi venu à la Ghriba.

En ces premiers jours de chaleur, l'optimisme est également de rigueur chez les professionnels. Parmi eux, Noureddine Gharbi, directeur du Rym Beach, un hôtel de la "zone touristique". "C'est plus qu'un frémissement", se félicite-t-il sur fond de mer cristalline. Même sans vacances scolaires, son établissement est plein aux deux tiers, note-t-il. Malgré l'éclaircie, M. Gharbi assure toutefois ne rien oublier des difficultés des dernières années: le mot d'ordre reste "vigilance, vigilance, vigilance!", résume-t-il.

Mais la grande affaire reste la clientèle française, qui a atteint 1,5 million de visiteurs par le passé et dont la reprise est actuellement la plus notable en Europe.

Président du syndicat des tour-opérateurs français (Seto), René-Marc Chikli évoque une hausse de 113% des réservations par rapport à l'an dernier. Mais "ça reste sur des petits chiffres, on est reparti de zéro. (...) La reprise d'une destination comme ça, c'est plusieurs années", tempère-t-il.

 

A lire aussi :

Les touristes français reprennent timidement le chemin de la Tunisie

Découverte du port de Djerba, à travers une interview exclusive


SERVICE:
Toutes les prévisions météo du littoral et en mer pour la France par téléphone au 3201*.
Toutes les prévisions météo de vos voyages et vos navigations à l'étranger au 3264**.
Recevez la newsletter
tous les jeudis
Fermer
Recevez chaque jeudi les coups de coeur de la rédaction