Record tour du monde solitaire : plus de 2 jours d'avance pour Gabart et un exploit au cap de Bonne-Espérance
17/11 16:33

Arrivé jeudi au cap des Aiguilles en 11 jours 22 heures, Gabart pointait avec 2 j et 06 heures d'avance sur le record du tour du monde en cours, détenu par Thomas Coville depuis le 25 décembre 2016 (49 j 3 h), selon son équipe. Celui-ci avait mis 14 j 04 h 58 min. "C'est une surprise géniale. Honnêtement je suis un rêveur, quand tu pars pour un tour du monde comme ça, tu imagines les meilleurs scénarii mais je n'aurais jamais pensé ou imaginé que ça pourrait aller aussi vite", s'est réjoui Gabart lors d'une vacation jeudi.

Gabart a amélioré jeudi de 1 h 38 min le temps de référence entre Ouessant et le cap de Bonne-Espérance (11 j 20 h 10 min), détenu par Loïck Peyron (Banque Populaire V) lors de son tour du monde en équipage 2011/2012 (Trophée Jules-Verne).

Deux heures plus tard, à bord de son maxi-trimaran, il a atteint le cap des Aiguilles (le point le plus au sud du continent africain et qui sert de référence pour l'homologation des records) en 11 j 22 h 20 min, soit 1 h 29 min de mieux que Peyron (11 j 23 h 49 min).

"Je reste persuadé que ça va être très compliqué de battre le record", a-t-il répété jeudi. "Evidemment mes chances de le battre aujourd'hui sont bien plus élevées qu'elles ne l'étaient il y a 12 jours au départ à Ouessant. Le pourcentage de réussite a augmenté et c'est clairement une surprise". Les conditions à venir ne sont pas "géniales" selon Gabart, avec "une grosse dépression qui arrive".

Le marin de 34 ans n'a fait le tour du monde qu'une seule fois dans sa carrière, lors de sa victoire sur le Vendée Globe en 2012/2013 (en monocoque).

A lire aussi :

Réauté Chocolat troisième Multi50 à Salvador de Bahia

FenêtréA-Mix Buffet : deuxième Multi50 à Salvador de Bahia

Transat Jacques Vabre : un Ultime démâte, un Imoca attendu samedi en star !
17/11 11:14

Démâtage de Prince de Bretagne

Aucun des deux marins n'a été blessé quand le multicoque de 24 m de large pour 18 m de long a démâté à moins de 200 km des côtes brésiliennes et à quelques heures de couper la ligne d'arrivée de la course en double, en 3e position. "On est contents d'être là. On aurait préféré arriver hier soir (mercredi) mais le destin en a décidé autrement. J'ai fait 3 Transat Jacques-Vabre et j'en ai pas fini une seule. J'avais à coeur de finir celle-là", a dit Lemonchois, pris par l'émotion.

Le Français, associé cette année au Suisse Stamm, avait dû abandonner en 2011 suite à une avarie (avec Matthieu Souben) et en 2015 après le chavirage du bateau (avec Roland Jourdain). "J'ai appris ce matin que j'allais être grand-père, ça permet de relativiser", a-t-il dit, les larmes aux yeux.

St Michel-Virbac : vainqueur de la catégorie Imoca ce samedi ?

Le duo formé par Jean-Pierre Dick et Yann Eliès (St Michel-Virbac) devrait franchir samedi la ligne d'arrivée en vainqueur de la catégorie Imoca, celle qui fait les beaux jours du Vendée Globe.

Après les Ultimes (maxi-trimaran de 32 m de long) qui ont fait le show dans le port de Salvador de Bahia lundi, le premier monocoque Imoca devrait boucler cette transatlantique en double samedi vers 19 heure locale (15h heure française). "On a une grosse faim d'en finir et surtout à la première place. On a envie d'arriver à Bahia pour boire cette fameuse caïpirinha du vainqueur", a lancé jeudi Jean-Pierre Dick lors d'une vacation avec les organisateurs.

Le bateau de Dick/Eliès se trouvait jeudi à 16 h heure française à 720 milles de l'arrivée (environ 1333 km), avec une nette avance de 77,87 milles (144 km) sur son poursuivant direct, le tandem Paul Meilhat/Gwénolé Gahinet (SMA).

 

A lire aussi :

Ça mouille très fort pour Initiatives-Coeur !

FenêtréA-Mix Buffet : deuxième Multi50 à Salvador de Bahia

Réauté Chocolat troisième Multi50 à Salvador de Bahia
17/11 09:42

Le duo aura mis 11 jours 19 heures 44 minutes 22 secondes pour parcourir les 4 350 milles théoriques depuis Le Havre à la vitesse moyenne de 15,35 nœuds, mais il a réellement parcouru 4 728 milles à 16,66 nœuds. Son écart au premier Arkema est de 1 jour 0 heure 30 minutes 3 secondes.

Une belle performance pour ce duo qui découvrait sur cette Route du Café les manettes du Multi50 à foils à bord de l’ancien bateau d’Yves Le Blevec (lancé en 2009) remis au goût du jour. Le tandem, avant même le départ du Havre, savait que la concurrence serait rude mais le parti pris était bien « d’arriver de l’autre côté et si possible de performer ». Contrat rempli ! Réauté Chocolat a joué d’emblée la carte de la sécurité en choisissant une route très Est sitôt la pointe de Bretagne dépassée. Armel et Vincent n’iront pas chercher le front mais piqueront au sud au risque de toucher moins de vent. Au grand large de Lisbonne, le tandem rejoint le groupe de Multi50 partis dans l’ouest, et recolle à 6 milles dans le tableau arrière de Ciela Village. En doublant l’archipel des Açores, Réauté Chocolat s’empare de la troisième place pour ne plus jamais la lâcher. Dans la nuit noire bahianaise, Armel Tripon et Vincent Barnaud ont franchi la ligne d’arrivée devant Salvador de Bahia heureux… tellement heureux d’avoir navigué proprement et engrangé un maximum d’expérience.

 

A lire aussi :

FenêtréA-Mix Buffet : deuxième Multi50 à Salvador de Bahia

Victoire d'Arkema, sur la Transat Jacques Vabre en Multi50

Direction le Canada avec Le Boat en 2018
17/11 07:10

Le Boat possède une importante flotte de bateaux sans permis à louer pour naviguer sur les fleuves de France et d'Europe : 900 bateaux, de 2 à 12 couchages pour découvrir la Bretagne, la Charente, la Camargue, l'Alasace, l'Italie, la Hollande, l'Angleterre, l'Ecosse... Des vacances accessibles à tous les budgets, pour découvrir l'Hexagone et ses voisins depuis l'intérieur, avec au programme : détente, gastronomie, culture et nature.

Pour la saison 2018, Le Boat traverse l'Atlantique direction le Canada. Pays immense (20 fois la France), il est en très grande partie occupé par des lacs et des rivières : la destination idéale donc pour Le Boat. Et la meilleure croisière pour découvrir le Canada, sa nature et sa culture, est de naviguer sur le Canal Rideau. Classé au patrimoine mondial de l'Unesco, il est le plus vieux réseau de canaux toujours en activité en Amérique du Nord. Il est long de 202 km, entre Ottawa et Kingston. Au fil de l'eau, vous rencontrez de nombreux animaux sauvages, vous pourrez vous arrêter pique-niquer dans le Rideau River Provincial Park, faire du vélo sur la rive ou encore vous initier au paddle ou au kayak... sans oublier de visiter les innombrables monuments et sites historiques que vous croiserez durant votre croisière.

Le Boat inaugure une nouvelle base à Smith Falls, à mi-chemin entre Ottawa et Kingston, avec une flotte de 16 bateaux de la gamme Horizon.

 

A lire aussi :

Envie d'une semaine au bout du monde ?

Comment choisir la bonne annexe ?

 

FenêtréA-Mix Buffet : deuxième Multi50 à Salvador de Bahia
16/11 16:56

Avec trois victoires (dont deux consécutives 2013 et 2015) sur la Transat Jacques Vabre, Erwan Le Roux avait toutes les cartes en main pour s’offrir une quatrième victoire en Multi50. Il avait choisi un as de la course au large Vincent Riou pour courir sa 7e Route du Café. Le mano a mano avec Arkema fut des plus passionnants, les deux tandems poussant leurs bolides à 100% de leur potentiel. Après un départ et un début de course canon d’Arkema, FenêtréA-Mix Buffet parvient à reprendre les commandes de la course juste derrière le front sur une mer démontée. Chassé puis chasseur, il réussit à creuser l’écart pour devancer de 100 milles son rival avant l’entrée dans le Pot au noir. Une avarie de drisse de gennaker de son concurrent et un Pot particulièrement bien négocié par le duo Roucayrol/Pella relègue FenêtréA-Mix Buffet dans le tableau arrière d’Arkema. Dans les alizés de l’hémisphère sud Erwan Le Roux et Vincent Riou sont contraints de s’abriter sous le vent de l’île de Fernando de Noronha pour monter au mât. Jamais ils ne pourront rattraper Arkema mais réussiront à maintenir une belle cadence jusqu’à la ligne d’arrivée devant Salvador de Bahia…

 

A lire aussi :

Victoire d'Arkema, sur la Transat Jacques Vabre en Multi50

Fountaine Pajot dévoile son nouveau navire amiral

Deux nouveautés Azimut en avant-première mondiale à Düsseldorf
16/11 14:56

L'Azimut Atlantis 51 a été réalisé par Marco Biaggi et Filippo Salvetti, comme le reste de la gamme depuis 2009. Performance et espace sont les deux maîtres mots de ce nouveau bateau, long de 4,5 mètres. L'Atlantis 51 est complètement ouvert, avec un pont principal aménagé en véritable espace lounge. Il possède également trois cabines spacieuses et un espace de vie qui peut se transformer rapidement et facilement en coin-repas.

L'Atlantis 51 est équipé de deux moteurs Volvo 800 avec transmission IPS, lui permettant d'atteindre les 35 noeuds, toute en gardant une grande facilité de manoeuvre.

L'Azimut 55 Fly possède des lignes fluides et un intérieur très cosy et design, avec un mélange de matériaux différents : chêne foncé, laque noire brillante ou encore inserts en bronze et en acier. Ce qui frappe en premier sont les contours du flybridge qui s'étend encore plus loin que la poupe, pour créer un deuxième espace lounge extérieur composés de deux canapés, à l'abri des regards indiscrets !

Quant au pont principal, il dispose d'une grande zone de repos à ciel ouvert, aux formes circulaires pour un esprit cocooning. Le profond bimini permet également de se protéger du soleil.

L'espace intérieur est totalement ouvert vers l'extérieur et très lumineux. Au pont inférieur, on trouvera trois cabines doubles et deux salles de bain.

Côté motorisation, elle est la même que l'Azimut Atlantis 51 avec deux Volvo 800 ch, mais avec une transmission en ligne d'arbre ici, propulsant alors le bateau à une vitesse maximale de 31 noeuds.

 

A lire aussi :

Une nouvelle génération Grand Banks

Indispensable à bord !

Victoire d'Arkema, sur la Transat Jacques Vabre en Multi50
16/11 07:19

Quand les planètes s’alignent… Lalou Roucayrol : « C’était le bon bateau et le bon équipier pour la bonne course ! Tous les ingrédients étaient réunis pour aller vite et gagner. Nous nous sommes régalés du début à la fin. Il s’agissait de ma neuvième participation à la Transat Jacques Vabre, et la troisième avec le Multi50 Arkema (chavirage en 2013, 3e place en 2015, [NDR]). Il y a deux ans je m’étais arrêté ici à Salvador de Bahia pour réparer le bateau avant de repartir vers Itajaí. Cette fois la Transat s’arrête à Salvador et nous décrochons une victoire magistrale avec Alex. C’est énorme, indescriptible. »

Le Multi50 Arkema, un bateau au top Lalou : « Le Multi50 Arkema est magnifique, nous avons rencontré quelques soucis techniques mais ils étaient mineurs. Le bateau arrive au Brésil en super état et pourtant nous avons tiré dessus durant cette course musclée ! L’équipe à terre a fait du bon boulot pour préparer la machine. Je note que les foils apportent un vrai gain, à la fois en termes de performance et de sécurité. Grâce à ces appendices, on gagne énormément en vitesse sans l’angoisse d’avoir le flotteur constamment sous l’eau. Et on peut abattre avec moins de risque que le bateau décroche. On gagne en équilibre longitudinal et donc en stabilité et en confort de pilotage. » Alex : « J’ai pris beaucoup de plaisir sur ce bateau au potentiel énorme. J’ai compris le mode d’emploi au fur et à mesure. Le Multi50 Arkema est très nerveux, une vraie ‘mobylette’! Il faut être sur les écoutes tout le temps et trouver où placer le curseur entre attaque et préservation du matériel. »

Arkema vs FenêtréA-Mix Buffet : Duel épique sur l’Atlantique Lalou : « On a attaqué dur dès le début, avec un départ magnifique, et on n’a jamais rien lâché. Nous avons mis beaucoup d’engagement dans cette course. En vitesse pure, nous étions meilleurs que FenêtréA-Mix Buffet. Quelques petites erreurs ont coûté cher et nous accusions presque 100 milles de retard sur Erwan (Le Roux) et Vincent (Riou) avant d’attaquer le Pot au noir. Mais on ne s’est pas démobilisés car ce n’est pas à l’entrée mais bien à la sortie du Pot au noir qu’il faut faire les comptes. Bien aidés à terre par Karine Fauconnier et Éric Mas (Meteo Consult), nous avons fait une très belle trajectoire, en manœuvrant beaucoup. » Alex : « Le duel a été passionnant. C’est un honneur de les battre ! Je tiens à saluer le travail exceptionnel de Karine Fauconnier et Éric Mas qui ont su nous guider de belle manière, la communication avec eux a été très bonne. »

 

A lire aussi :

Comment choisir la bonne annexe ?

Le Bloc Marine est bientôt disponible...

Le Nautic Street Fishing, seconde édition, le samedi 9 décembre !
16/11 07:05

Nouvelle pratique très en vogue dans les métropoles, le street fishing consiste à pêcher en ville les plus gros poissons possibles, les mesurer puis les relâcher sans les blesser. Quand on réalise la taille des silures frayant dans les eaux parisiennes, cela peut donner de belles images sinon de belles frayeurs !

Organisé en partenariat avec French Touch Fishing, créateur des premiers Open Street, l’Union des Pêcheurs de Paris, qui gère depuis plus d’un siècle les droits de pêche à Paris, avec le soutien de Suzuki Marine, des Comptoirs des Pêcheurs et de Uship, cette compétition urbaine a de grandes ambitions et partage les valeurs du Nautic : convivialité, simplicité d’accès, respect et découverte de l’environnement, plaisir partagé entre les générations de pêcheurs et de plaisanciers. Pour les passionnés, il faudra suivre les stars de la discipline pour découvrir leurs méthodes et leurs meilleurs coins de pêche parisiens, impossibles à dissimuler.

Ouvert à tous, les inscriptions et toutes les informations sur le Nautic Street Fishing sont possibles via ce lien.

 

A lire aussi :

Sea Beyond, nouvelle application chez Royal Caribbean Cruises
15/11 17:09

Le but premier de cette application est de faciliter la vie des passagers à bord du navire, de le faire gagner le plus de temps possible pour profiter des infrastructures de leur paquebot et ne pas perdre de temps avec les formalités classiques : « Le temps passé à attendre sa commande, à attendre ses bagages, ou de voir ses documents vérifiés pour une embarcation ou une excursion est du temps de vacances perdu. » a déclaré Jay Schneider, vice-président de RCCL. Balises Bluetooth, localisation GPS, reconnaissance faciale... embarquent à bord !

Grâce à Sea Beyond, les passagers pourront embarquer plus rapidement avec la reconnaissance faciale, commander au bar un cocktail et se faire servir à l'endroit exact où ils se trouvent sur le bateau sans avoir à faire la queue, réserver une table ou un soin au spa... L'application permettra également de gérer le confort de leur cabine en contrôlant la luminosité, la température ou encore les ambiances projetées sur les murs de la cabine.

Sea Beyond est aussi une application pour l'équipage, qui pourra gérer plus facilement les missions quotidiennes mais également rester en contact avec leurs proches.

Autre innovation technologique : la réalité augmentée va investir les centres de commandement pour faciliter la navigation et les manoeuves quotidiennes.

L'objectif de RCCL est d'équiper au moins 15% de sa flotte avec Sea Beyond d'ici la fin de l'année 2017.

 

A lire aussi :

Une nouvelle génération Grand Banks

Où se baigner dans une eau à plus de 25°C ?

RÉAUTÉ CHOCOLAT dans l'hémisphère sud!
15/11 14:03

« On a coupé l’équateur de nuit, donc avec Armel on a décidé de se garder la petite bouteille de champagne prévue pour l’occasion pour ce midi, histoire de mieux profiter du moment ! » Un coup d’œil aux compteurs pour se rendre compte que le ralentissement dans le Pot au Noir n’est plus qu’un mauvais souvenir … Est-ce à dire qu’Armel et Vincent vont lever le pied ? Pas vraiment. « On a toujours navigué avec ce que nous estimions être notre rythme de compétition : quand on trouvait que certains attaquaient trop on n’y allait pas aussi fort qu’eux, mais si ça ralentit derrière, on ne va pas ralentir pour autant. On va à notre rythme en essayant de réduire l’écart avec les deux de devant, de naviguer propre », raconte Vincent Barnaud.

Et ça va vite dans l’hémisphère sud où, comme annoncé, les foils font merveille : « ça fume… on a entre 15 et 20 nœuds de vent et notre vitesse est toujours supérieure à 20 nœuds, les milles défilent vers le Brésil. On était en train de regarder que peut-être nous n’aurions même pas d’empannage à faire dans le final et que le vent devrait être présent jusqu’à l’arrivée, peut-être juste un petit ralentissement sur la fin… » L’arrivée, déjà ? « L’ordinateur nous voit dès la nuit de jeudi à vendredi à Salvador, mais je dirais plutôt vendredi matin » estime Vincent Barnaud. D’ici là, il faudra être vigilant – comme à chaque instant en multicoque, d’ailleurs ! – pour ne pas faire de bêtise et bien aborder la navigation le long de la corne du Brésil.

Classement des Multi50 à 14h :

1. Arkema / 375.7 nm

2. FenêtréA - Mix Buffet / 500.2 nm

3. Réauté Chocolat / 758.1 nm

 

A lire aussi :

Tour du monde en solitaire : Gabart bat le record sur 24 heures et franchit les 800 milles

Mini-Transat La Boulangère : Ian Lipinski vient de franchir la ligne d'arrivée de la 2e étape

Tour du monde en solitaire : Gabart bat le record sur 24 heures et franchit les 800 milles
15/11 11:37

La Français de 34 ans a parcouru 826 milles (1529,75 kilomètres) entre lundi et mardi après-midi. Et ce chiffre pourrait encore évoluer dans la soirée, indique l'équipe Macif sur son site internet. Mais le vainqueur du Vendée Globe 2013 pulvérise déjà son ancien record, datant de juillet 2016, où il avait parcouru 784 milles. Sa vitesse moyenne a été de 34,4 noeuds, soit 63 km/h.

"J'en suis ravi. Les records sont faits pour être battus, c'est comme ça qu'on progresse", a déclaré Gabart. "Les sensations à ces vitesses sont assez extraordinaires, le bateau vole, c'est un mélange de puissance et de légèreté". "Maintenant, ce n'est pas l'objectif prioritaire, l'idée est d'abord de finir ce tour du monde", a toutefois aussitôt ajouté le navigateur.

Après avoir passé l'Equateur vendredi en 5 jours 20 heures et 45 minutes, soit avec trois heures de retard sur le précédent record, Gabart a depuis fortement accéléré pour éviter d'être rattrapé par des vents trop forts dans son dos.

Le Français, qui fait le tour du monde pour la première fois de sa vie de marin en multicoque, espère toujours battre le record de Thomas Coville, qui avait fait le tour de la planète en solitaire en 49 jours 3 heures et 4 minutes, fin 2016.

 

A lire aussi :

Ça mouille très fort pour Initiatives-Coeur !

Mini-Transat La Boulangère : Ian Lipinski vient de franchir la ligne d'arrivée de la 2e étape

Transat Jacques Vabre : AINA Enfance et Avenir en Class40 dans un mouchoir de poche
14/11 16:35

En jouant judicieusement dans les petits airs, la nuit dernière, et en se positionnant au mieux pour négocier les dévents des îles du Cap Vert qu’ils sont en train de déborder, le duo d’AINA Enfance et Avenir est, en effet, parvenu à doubler V and B ce matin. « On est super content de notre course. La cadence est assez importante mais on a réussi à bien se reposer ces derniers jours ce qui nous permet d’être à bien à l’attaque. On essaie vraiment de tout donner, mais on se concentre avant tout sur notre stratégie. Bien sûr, on garde un œil sur nos petits camarades mais on fait notre propre route. C’est ainsi que l’on fonctionne depuis le début et ça nous réussit assez bien », a déclaré Arthur Le Vaillant, ce matin.

Le Pot-au-Noir en ligne de mire

« On a eu du vent dans tous les sens, avec des angles de fous. Il a vraiment fallu être dessus et régler le spi constamment. Avec Aymeric, on s’est relayé très régulièrement. On a fait la trajectoire qu’on pensait la bonne pour traverser les dévents de l’archipel du Cap Vert. Pour l’instant, on a passé une première grosse île sans trop d’encombres et la prochaine devrait être un peu plus facile », a ajouté le co-skipper d’AINA Enfance et Avenir, qui se focalise pleinement sur le prochain obstacle du parcours, le fameux le Pot-au-Noir. « On l’observe depuis déjà deux jours. Le but va être de se positionner au meilleur endroit pour y entrer, et faire en sorte d’en sortir en premier. On est très attentifs aux fichiers car on le sait assez actif », a souligné Arthur. Affaire à suivre donc.

 

A lire aussi :

57,97 nœuds en kitesurf : record battu !

Mini-Transat La Boulangère : un doublé historique pour Ian Lipinski ?

Mini-Transat La Boulangère : Ian Lipinski vient de franchir la ligne d'arrivée de la 2e étape
14/11 14:32

Ian Lipinski ( Griffon.fr) a franchi la ligne d'arrivée en première position de la 2ème étape de la Mini Transat La Boulangère à 14H30'34'' (heure française).

Son temps de course sur cette 2ème étape est de 13 jours 22 minutes 34 secondes à une vitesse moyenne de 9,41 noeuds. Son temps total de course est de 22 jours, 23 heures, 52 minutes, 46 secondes. 

Ian Lipinski avait remporté la première étape entre La Rochelle et Las Palmas aux Canaries pour 113 secondes. Cette fois, il n’aura pas laissé beaucoup de places à ses adversaires. Ian entre dans l’histoire de la Classe Mini et de la course au large en devenant le premier marin à gagner la Mini Transat en voilier de série et en prototype, le tout consécutivement.

Ian Lipinski à son arrivée : « Je suis très très heureux. Ce n’est peut-être ma plus belle victoire mais elle est belle. Cette Mini était très différente qu’en 2015 déjà parce que j’étais en proto mais aussi parce que le parcours était plus long.  J’ai très envie maintenant de me tourner vers la Transat AG2R La Mondiale en Figaro. Je cherche un embarquement, avis aux amateurs. »

 

A lire aussi :

Transat Jacques Vabre : AINA Enfance et Avenir en Class40 dans un mouchoir de poche

57,97 nœuds en kitesurf : record battu !

 

Après le succès de la Villette, une baignade au Bois de Vincennes en 2019
14/11 11:38

Le projet de cette nouvelle zone de baignade parisienne, dont le coût est estimé à 9,5 millions d'euros, sera présenté en Conseil de Paris la semaine prochaine, a indiqué devant la presse Jean-François Martins, adjoint aux sports de la maire PS de Paris Anne Hidalgo.

Une aire de quelque 8.000 m2, divisée en trois zones de baignade plus ou moins profondes - de 70 cm à 2,5 m - sera ouverte l'été, de 10H00 à 20H00, de mi-juin à mi-septembre, et pourra accueillir 2.200 baigneurs par jour. L'accès sera surveillé et la zone équipée de cabines et de douches.

L'aire de baignade, séparée par des parois de béton du lac qui est déjà une construction artificielle du XIXe siècle, sera alimentée en eau non potable filtrée de manière naturelle par des végétaux, comme dans les piscines écologiques, et mise en mouvement par une pompe sous terre. Le fond sera recouvert d'une membrane géo-textile.

Quelque 4.200 m2 de chemins environnants seront revégétalisés.

Cet aménagement fait partie du plan "Nager à Paris". Il suit celui du bassin de la Villette (XIXe) fréquenté cet été par 53.000 personnes et préfigure la promesse d'Anne Hidalgo de pouvoir se baigner dans la Seine pour les jeux Olympiques de 2024.

 

A lire aussi :

Victoire d'Arkema, sur la Transat Jacques Vabre en Multi50

Sea Beyond, nouvelle application chez Royal Caribbean Cruises

57,97 nœuds en kitesurf : record battu !
14/11 10:08

Le rider provençal entre à nouveau dans l’histoire de son sport et des records de vitesse au sens strict et se rapproche un peu plus des 65,45 nœuds du Sail Rocket, détenteur du record de vitesse absolu à la voile. Dans des conditions dantesques, un mistral soufflant parfois à plus de 50 nœuds, Charlotte Consorti, détentrice du record féminin, et Alexandre Caizergues ont enchaîné les runs toute la journée. Ils ont tutoyé des vitesses supersoniques pour des engins à voile. Le Salt and Speed acte 5 a débuté de la meilleure des manières. L’Américain Rob Douglas rejoindra Charlotte et le « Usain Bolt » du kite dans les jours qui viennent afin d’aller encore plus vite !

Alex Caizergues : « Quel super lundi ! C’est extra ! Contrairement à 2013 où je n’avais fait qu’un seul gros run, hier, j’ai été trois fois au dessus des 57 nœuds sur 500 mètres ! Je suis très, très content. Ce nouveau record est le fruit de beaucoup de travail à l’entraînement et avec mes partenaires techniques. Nous avions une équipe en or à l’organisation de cette session de folie. Je tiens à remercier l’ensemble du staff du Salt and Speed, les partenaires de l’épreuve et mes propres soutiens. Le Salt and Speed continue jusque début décembre. La barre des 60 nœuds n’est pas loin. »

Pascal Maka, observateur du WSSRC, World Sailing Speed Record Council, était sur place. Ce record est maintenant en attente de validation définitive par l’organisme.

 

A lire aussi :

Mini-Transat La Boulangère : un doublé historique pour Ian Lipinski ?

Découvrez l'Europe à bord du Symphony of the Seas

Mini-Transat La Boulangère : un doublé historique pour Ian Lipinski ?
14/11 07:11

Sur deux routes convergentes, Ian Lipinski (Griffon.fr) et Jörg Riechers (Lilienthal) font route vers la Martinique qu'ils devraient tous deux rallier dans la journée de mardi. Suivront ensuite Simon Koster (Eight Cube Sersa) et Andrea Fornaro (Sideral)…

En série, le benjamin de la course Erwan Le Draoulec (Emile Henry) continue de museler son opposition avec la maturité d'un baroudeur. On imagine ce qui doit traverser l'esprit du jeune homme, animé d'une folle envie de victoire, mais aussi profondément émotif et sensible. Gagner la Mini-Transat à 21 ans, n'est pas donné à tout le monde. Derrière lui, Clarisse Crémer (TBS) ne cesse de se découvrir de nouveaux prétendants. Hier encore, c'est Tom Dolan (offshoresailing.fr) qui tenait la corde. Ce soir, le navigateur irlandais s'est vu souffler l'objectif d'attraper la belle par Tanguy Bouroullec (Kerhis Cerfrance) revenu du diable vauvert sur son option sud et Benoît Sineau (Cachaça II).

Du côté des Pogo 2, c'est de nouveau Frédéric Moreau (Petit Auguste et Cie) qui mène la danse devant Mathieu Lambert (Presta Service bat) et Estelle Greck (Starfish). Ces trois-là se tiennent en moins de dix milles ; tout est encore possible. Ils sont talonnés par Victor Barriquand (Charente Maritime) et Guillaume Combescure (Mini Oiri).

Pointage le 13 novembre à 16h (TU+1)

Prototypes

1 Ian Lipinski (Griffon.fr) à 217,4 milles de l'arrivée

2 Jorg Riechers (Lilienthal) à 80 milles

3 Simon Koster (Eight Cube Sersa) à 155,3 milles

4 Andrea Fornaro (Sideral) à 182,6 milles

5 Keni Piperol (Région Guadeloupe) à 251,7 milles

Série

1 Erwan Le Draoulec (Emile Henry) à 464,5 milles de l'arrivée

2 Clarisse Crémer (TBS) à 99,5 milles – pointage de 13.00 TU au lieu de 14.00 TU

3 Tanguy Bouroullec (Kerhis Cerfrance) à 104,9 milles

4 Benoît Sineau (Cachaça 2) à 109,3 milles

5 Tom Dolan (offshoresailing.fr) à 115,2 milles

 

A lire aussi :

Victoire de Sodebo sur la Transat Jacques Vabre

La Transat AG2R LA MONDIALE prend un nouveau départ en 2018

Découvrez l'Europe à bord du Symphony of the Seas
13/11 17:06

En faisant ses débuts à Barcelone, en Espagne, le Symphony of the Seas naviguera sur les eaux bleues méditerranéennes pour sa saison inaugurale.

Dès le 21 avril, le navire proposera des itinéraires de 7 nuits au départ de Barcelone pour rejoindre Palma de Majorque en Espagne, la Provence française, Florence, Pise, Rome, Naples et Capri en Italie.

La nouveauté de 2018, le Vision of the Seas rejoindra le Symphony pour la saison, et offrira des séjours de 12 nuits depuis Barcelone avec escales à Rome, Nice, Santorin et Athènes.

En Europe du Nord, le nouvel itinéraire de 12 nuits du Brilliance of the Seas, au départ d’Amsterdam, desservira les Pays Baltes, la Norvège et les îles britanniques, incluant Holyhead, au Pays de Galle.

A lire aussi :

Royal Caribbean ouvre de nouvelles lignes vers Cuba

Une croisière sous le soleil des Caraïbes

 

 

Victoire de Sodebo sur la Transat Jacques Vabre
13/11 15:56

Après 7 jours, 22 heures, 7 minutes et 27 secondes, Thomas Coville et Jean-Luc Nélias remportent la Transat Jacques Vabre. Ils ont parcouru les 4742 milles de la course à près de 25 nœuds de moyenne à bord de leur trimaran Sodebo. Félicitations à eux !

La Transat AG2R LA MONDIALE prend un nouveau départ en 2018
13/11 14:33

La Transat AG2R LA MONDIALE est désormais inscrite au Championnat de France Elite de Course au Large.« Nous avons travaillé main dans la main et de façon constructive avec la Classe Figaro Bénéteau et la FFVoile pour que la Transat AG2R LA MONDIALE fasse désormais partie du Championnat de France Elite de Course au Large. Cela renforce encore la légitimité de cette course largement reconnue par l’ensemble des acteurs de cette discipline. » confie Mathieu Sarrot, Directeur des évènements OC Sport PENDUICK.

Bienvenue aux amateurs

OC Sport PENDUICK et AG2R LA MONDIALE ont décidé pour 2018 de déployer un dispositif qui leur sera totalement dédié, afin de les aider à construire leur projet pour participer à la Transat. Pour Nicolas Hénard, nouveau Président de la FFVoile : « C’est une belle opportunité offerte aux amateurs de réaliser leur rêve. Ces marins éclairés ont déjà un très bon niveau de pratique et navigueront dans des conditions optimales sur le plan de la sécurité. En participant à la course, ils bénéficieront aussi d’une belle visibilité médiatique.  » 

Vers toujours plus de médiatisation

Pour la première fois dans l’histoire de la classe Figaro Bénéteau, les marins avaient pu envoyer par satellite des vidéos de leur navigation, certains même avaient embarqué des drones pour partager des images inédites. Au regard du succès remporté par ce dispositif, il sera réitéré en 2018.

 

A lire aussi :

Un départ tonique pour la Volvo Ocean Race !

Quicksilver : une nouvelle gamme bowriders

Anne Quéméré et Arctic Solar : première expédition solaire en juillet 2018
13/11 11:32

C’est ainsi que la navigatrice partira de Tuktoyaktuk, sur les rives de la mer de Beaufort dans les Territoires du Nord-Ouest du Canada, pour rejoindre Pond Inlet, au nord-est du pays. Un parcours d’environ 3500 kilomètres (2000 milles nautiques) au coeur d’un milieu exigeant tant au niveau de l’environnement que de la navigation.

Le SolarBoat, aux couleurs d’Icade, partenaire de l'expédition, sera propulsé par un moteur électrique alimenté par des panneaux solaires spécialement conçus pour l’expédition, ne créant donc aucune pollution dans ces contrées aujourd’hui fragilisées. L’expédition, totalement inédite, est placée sous le signe de l’innovation écologique, du développement durable et de la mobilité douce, des thèmes chers à Icade et à Anne Quéméré.

Cette aventure écologique et sportive permettra également d’attirer l’attention sur des territoires et paysages extraordinaires qui doivent être préservés et ce, malgré l’activité humaine qui s’y développe progressivement compte tenu du réchauffement climatique.

 

A lire aussi :

Le passage du Nord-Ouest, ultime route polaire ouverte à la navigation

Passage du Nord-Ouest, une traversée mythique

Recevez la newsletter
tous les jeudis
Fermer
Recevez chaque jeudi les coups de coeur de la rédaction