Le Razzle-Dazzle, ou l'art de camoufler les bateaux, dévoilé à Brest
16/12 14:31

Basée sur le principe de l'illusion d'optique et s'inspirant du cubisme, cette technique également appelée Dazzle Painting, a été imaginée en 1917 par des peintres mobilisés aux Etats-Unis, en France et en Grande-Bretagne, et notamment par le Britannique Norman Wilkinson. L'objectif était de tromper les sous-marins allemands en créant de faux effets de perspective.

Il ne s'agissait pas ainsi de tenter de masquer les navires, mais plutôt de rendre plus difficile le calcul de leur cap et de leur vitesse --des données nécessaires pour déterminer l'endroit où faire feu--, ainsi que de cacher certaines parties sensibles, comme la passerelle ou la salle radio. Et ce, alors que les sous-marins à l'époque étaient contraints de remonter à la surface pour obtenir ces informations, mais sans trop s'y attarder au risque de se faire repérer.

Au total, quelque 4.000 bateaux ont été ornés à cette époque de triangles, zébrures ou zigzags aux couleurs contrastées et vives. Plus aucun de ces navires n'est désormais visible. La technique du Razzle Dazzle, proche du trompe-l'oeil, sera reprise par les Américains pendant la Seconde Guerre mondiale, ainsi que par d'autres pays, dont le Japon, bien que de manière partielle.

Après avoir disparu avec l'arrivée du sonar puis du radar, cette technique de maquillage revient aujourd'hui sur un certain nombre de bâtiments de guerre, notamment dans les marines américaine, suédoise et finlandaise, afin de perturber en particulier la vision des navires par rapport au trait de côte.

Parallèlement, les motifs Razzle Dazzle (tape-à-l'oeil, en français) ont toujours été présents dans l'art, le design ou le prêt-à-porter, ainsi que le montrent les objets présentés à Brest, comme des baskets zébrées d'une célèbre marque de chaussures ou une planche de surf, elle aussi striée de noir et blanc. "Le motif du Razzle Dazzle, que l'on connait tous finalement sans forcément en connaître l'origine, a perduré dans les arts, la mode ou le design", souligne Jean-Yves Besselièvre.

L'exposition "Razzle Dazzle, l'art contre-attaque!" présente sur 220 m2 une centaine d'oeuvres originales, dont des planches, maquettes et peintures représentant ces étranges navires. Cette rare exposition sera présentée jusqu'en décembre 2018 dans le cadre des commémorations du centenaire de la Première Guerre mondiale.

 

A lire aussi :

Quatre livres maritimes à offrir pour Noël

Tour Voile 2018 : 17 jours intenses au programme !

Rendez-vous en novembre 2018 pour la 1ère édition de la Martinique Flying Regatta
16/12 11:31

La voile à foil est l’autre versant du projet : une révolution technologique initiée par le choix de l’America’s Cup en 2013, passant du monocoque traditionnel à des catamarans futuristes de 21 m atteignant les 45 nœuds. Depuis le foil conquiert tous les domaines de la voile de compétition que ce soit dans la régate ou dans la course au large. La Martinique Flying Regatta se donne donc comme objectifs la promotion internationale de l’image de La Martinique, le développement touristique en avant-saison et la dynamisation du nautisme.

Pour la première édition programmée du 17 au 24 novembre 2018 ce sont 5 séries qui sont attendues en Martinique et qui représentent les séries les plus compétitives :

- Le GC 32, petit frère des AC 50 de la dernière America’s Cup et support des circuits CG32 Racing Tour et Extreme Sailing Series, 12 m et 41 nœuds de vitesse de pointe.

- L'Easy To Fly : développé par la structure Absolute Dreamer de Jean-Pierre Dick, ce foiler de 8m est conçu pour voler en toute sécurité à partir de 8 nœuds de vent avec 3 personnes à bord.

- Le Flying Phantom : issu du légendaire F 18, catamaran à foil en double lancé en 2014, le FP est capable d’atteindre 30 nœuds

- Le Moth à Foil : le support en solitaire à foil par excellence, 3 m et pouvant aussi atteindre 30 nœuds.

- Le Onefly : une nouvelle approche du foiler en solitaire, un support monotype très simple d’emploi.

 

A lire aussi :

Marina High Tech : 1er salon dédié aux nouvelles technologies en faveur de l'environnement

Barcelona World Race : coup d'envoi le 12 janvier 2019 !

Premier championnat du monde de GC32 sur le Lac de Garde en mai 2018
16/12 07:11

Simon Delzoppo, Président de l'Association Internationale de la Classe GC32, a commenté : "Au nom de l'Association Internationale de la Classe GC32, je tiens à remercier World Sailing d'avoir reconnu la Classe GC32. Le Championnat du Monde sera l'événement phare de la saison GC32. C'est une belle reconnaissance pour la Classe GC32, qui va aider à attirer un nombre record de catamarans à foils pour s'aligner sur la même ligne de départ."

Le champion en titre, Oman Air, vainqueur du premier championnat de GC32 à Mascate, Oman, en mars 2017, sera de retour pour défendre son titre.

De retour à Garda pour la première fois depuis sa victoire sur la GC32 Riva Cup et son titre de champion sur le GC32 Racing Tour en 2016, on retrouvera le skipper Français de la dernière America's Cup, Franck Cammas, avec NORAUTO powered by Team France. L'ancien vainqueur de la Volvo Ocean Race est heureux que le GC32 ait reçu la reconnaissance de World Sailing : « Cette classe est très agréable car c'est la seule classe internationale de « gros bateaux » de type catamaran à foils, et c'est bon d'avoir tous ceux qui aiment voler à bord ici. » Franck Cammas est déjà un champion de catamaran volant, ayant remporté les deux derniers championnats internationaux de Class C à Falmouth et à Genève.

La GC32 Riva Cup organisée devant Riva del Garda a été l'événement d'ouverture des deux dernières saisons du GC32 Racing Tour, et pour les participants du GC32 Racing Tour, le Championnat du Monde sera également la première étape de leur saison 2018.

 

A lire aussi :

L'AG de l'IMOCA fixe les grandes orientations jusqu'en 2020

Golden Globe Race : retour à l'âge d'or de la voile en solitaire

 

Arrivée de François Gabart prévue dimanche matin !
15/12 18:23

Parti le 4 novembre au large d'Ouessant, Gabart file à toute vitesse avec presque 6 jours d'avance sur le record en cours, établi il y a un an par Thomas Coville (Sodebo Ultim') en 49 jours et 3 heures.

Jeudi matin, il a affronté l'anticyclone des Açores, pour lequel il a réussi à éviter le centre où l'absence de vents est pénalisante. Gabart n'était plus jeudi qu'à 1000 milles (1850 km) de la ligne virtuelle au large d'Ouessant qu'il devrait couper dimanche, plus vraisemblablement dans la matinée, pour valider cet incroyable exploit de faire le tour du monde en solitaire en 43 jours. Le marin rejoindra ensuite la rade de Brest où famille, amis et public seront là pour l'accueillir.

Gabart n'en est qu'à son premier tour du monde en multicoques et à sa 2e circumnavigation après sa victoire lors du Vendée Globe 2012/2013 (en monocoque).

 

A lire aussi :

Chavirage de l'Ultim Actual au large du Cap Horn : Yves le Blevec a été hélitreuillé

Barcelona World Race : coup d'envoi le 12 janvier 2019 !

24e édition des Nautiques de Port-Camargue du 30 mars au 2 avril 2018
15/12 17:04

Un nouveau rendez-vous est donné à tous les plaisanciers durant le long week-end pascal, dans l'un des plus grands ports de plaisance d’Europe, pour son grand salon du bateau neuf et d’occasion.

Quatre jours de fête et d’animations sur les pontons sont au programme dont des initiations à certaines disciplines nautiques, des conférences de navigateurs ou d'aventuriers en tous genres, des démonstrations e sports nautiques avec la nouvelle école de mer, du paddle au kite surf en passant par le canoë et la voile légère avec initiations et petites compétitions sur le plan d’eau aménagé à cet effet.

Plus de 600 unités, voile ou moteur, seront exposées à terre et à flot par des professionnels et des particuliers. Du plus petit dériveur au prestigieux yacht de croisière, il y en aura pour tous les goûts et tous les budgets. Les Nautiques de Port-Camargue sont également l'occasion de découvrir des nouveautés en matière d’équipements pour les bateaux et les marins.

Rendez-vous donc pour cette 24e édition des Nautiques de Port-Camargue, du 30 mars au 2 avril 2018.

 

A lire aussi :

Honda renouvelle son partenariat avec Under The Pole

Golden Globe Race : retour à l'âge d'or de la voile en solitaire

Volvo Ocean Race : une grosse dépression pour cette 3e étape !
15/12 14:02

Au dernier classement, hier à 13:00 UTC, Charles Caudrelier et son équipage tenaient bon, avec 8,7 milles d'avance sur la team Mapfre, avec une navigation à plus de 25,3 noeuds, contre 23,5 pour les Espagnols. Dongfeng est toujours devant à près de 500 milles nautiques.

"Depuis 24 heures, on a changé de mode et on a touché le vent le plus fort de cette étape. Une grosse dépression avec des vitesses records pour ce bateau, 33 noeuds, dans les rafales (allant jusqu’à 56 noeuds), avec le magique Stu à la barre ! C’est la première fois que je vois un brin de stress en lui… Une nuit difficile et depuis ce matin, l’état de la mer est terrible, ce qui anéantit les batteries. Le programme pour les prochains jours est un peu mieux, sans être vraiment excitant : 4 jours remplis d’empannages le long de la zone d’exclusion." écrivait hier Charles Caudrelier.

Seulement 6 milles séparent le bateau chinois de cette zone d'exclusion, alors pourquoi naviguer aussi sud ? Pour limiter la distance parcourue. Plus l'on navigue proche du pôle sud, moins on a de distance à couvrir, et c'est la stratégie qui semble avoir été choisie par quatre des sept Volvo Ocean 65, qui se tiennent tous à moins de 25nm de cette zone.

A lire aussi :

Gabart ne lâche rien à 3 jours de l'arrivée

Barcelona World Race : coup d'envoi le 12 janvier 2019 !

Marina High Tech : 1er salon dédié aux nouvelles technologies en faveur de l'environnement
15/12 07:05

Cette rencontre entre innovation nautique et développement durable souhaite démontrer que les nouvelles technologies peuvent contribuer à la protection de notre environnement marin souvent malmené. L’engagement étant de plus en plus marqué tant de la part des acteurs économiques nautiques que pour les utilisateurs de plus en plus sensibles à la protection de la faune et la flore de la Méditerranée.   Les exposants attendus seront des marques, entreprises et tous professionnels issus des marchés aux thématiques de l’innovation technologique, développement durable et protection de l’environnement marin. Une nouvelle génération de bateaux high-tech et structures nautiques en lien avec les thèmes disposeront d’un accès à l’eau. 15 places de 10 à 25 mètres et même plus suivant les unités, sont proposées : les bateaux Nouvelle Génération comme les bateaux solaires, électriques, hybrides, à propulsion photovoltaïque présenteront leurs caractéristiques et innovations technologiques.   Des tables rondes se dérouleront tout au long de la manifestation avec de nombreux intervenants, spécialistes sur de nombreuses thématiques : économique, légal, juridique, commercial... Le Prix du Meilleur Entrepreneur Français ou Etranger sera remis le soir du vendredi 25 mai avec une récompense financière, un concours ouvert à tous participants.

A lire aussi :

Golden Globe Race : retour à l'âge d'or de la voile en solitaire

L'AG de l'IMOCA fixe les grandes orientations jusqu'en 2020

Barcelona World Race : coup d'envoi le 12 janvier 2019 !
14/12 17:07

C'est le 12 janvier 2019 que sera donné le coup d'envoi de la nouvelle édition pendant laquelle, pour la première fois, les IMOCA 60 effectueront une escale obligatoire à Sydney, ce qui permet une véritable ouverture pour la course et la classe au niveau international.

16 équipes l'ont déjà inscrite à leur calendrier dont 11 disposent déjà d'un IMOCA 60 et 26 skippers de différentes nationalités se sont par ailleurs informés auprès de la Direction de Course. Parmi ces skippers : Alex Thompson, Arnaud Boissières, Samantha Davies  Kito de Pavant ou encore Alan Roura. 

La course comprendra deux étapes. La première, Barcelone - Sydney, de 13 500 milles nautiques, avec une arrivée prévue dans la ville australienne fin février ; et la seconde, de 12 500 milles nautiques, avec un départ de Sydney le 9 mars et une arrivée à Barcelone à la mi-avril. Par ailleurs Jacques Caraës a dévoilé la possibilité d'un changement de co-skipper pour la deuxième étape ainsi que les modes de qualification pour la course.

"La Barcelona World Race sera doté d'un coefficient de 9 pour les Globe series, le Championnat du Monde IMOCA. L'une des étapes permettra de se qualifier pour le Vendée Globe 2020. Nous avons cherché à donner le maximum de chance aux équipes de terminer la course : une escale technique par étape sera autorisée, d'une durée minimum de 48 heures chacune. "

A lire aussi :

François Gabart dessine un exploit en 43 jours

Golden Globe Race : retour à l'âge d'or de la voile en solitaire

Chavirage de l'Ultim Actual au large du Cap Horn : Yves le Blevec a été hélitreuillé
14/12 16:14

Le skipper Actual avait doublé le cap dur à 1h 34min dans la nuit de mercredi à jeudi 14 décembre, dans des conditions météo difficiles : 30 à 50 nœuds, rafales à 70 juste avant le franchissement du Cap, une mer de 5 à 6 mètres de creux.

A 4h21, ce jeudi matin, Yves le Blevec déclenchait sa première balise de détresse. 40 minutes plus tard, il actionnait sa 2e balise, confirmant la gravité de la situation. Le CROSS a immédiatement alerté le MRCC Chilien, organisme en charge de la sécurité en mer pour cette zone. Le team technique a pu joindre Yves : il n’est pas blessé, il est en sécurité à l’intérieur de son bateau en attendant les secours.

L’un des bras de liaison bâbord du trimaran a cassé, provoquant le chavirage de l’Ultim. Le vent de secteur ouest-nord-ouest soufflait à 30 – 40 nœuds au moment du chavirage, il y avait 5m de creux.

Yves le Blevec a été hélitreuillé en tout début d’après-midi par les gardes côtes chiliens. Déposé dans un premier temps à Puerto William (port chilien de l’île Navarino, situe dans le canal de Beagle) il a ensuite été pris en charge par les militaires pour être conduit à Punta Arenas.

 

A lire aussi :

François Gabart dessine un exploit en 43 jours

L'AG de l'IMOCA fixe les grandes orientations jusqu'en 2020

François Gabart dessine un exploit en 43 jours
14/12 14:35

Une raclée de six jours ! Voilà ce qui attend très probablement le record en cours, établi il y a un an par Thomas Coville (Sodebo Ultim') en 49 jours et 3 heures, au terme de cinq tentatives. Coville avait pourtant fait sensation en s'emparant d'un record qui tenait depuis huit ans et en le pulvérisant de huit jours.

"J'avais dit avant le départ que ça serait dur et que pour battre le record, il faudrait trois paramètres: une bonne météo, un bon bateau et bien naviguer. La météo, on a clairement eu une super fenêtre. Même si ça s'annonce plus compliqué sur la fin et que je ne vais pas aller vite sur les trois derniers jours, sur les 41 précédents, à part la dépression dans l'Indien, j'aurai été plutôt chanceux", a commenté le skipper. "Ensuite, le bateau: il va très vite et surtout, il est capable d'aller vite longtemps (...). Enfin, bien naviguer: pour l'instant, je ne vais pas me jeter des fleurs, mais je pense quand même avoir fait du bon boulot".

Pour battre le record de Thomas Coville, Gabart, qui affichait mercredi 39 jours de navigation à son compteur, doit arriver avant 13h09 (heure française) le samedi 23 décembre.

A lire aussi :

Chavirage de l'Ultim Actual au large du Cap Horn

L'AG de l'IMOCA fixe les grandes orientations jusqu'en 2020

L'AG de l'IMOCA fixe les grandes orientations jusqu'en 2020
14/12 11:31

L'Assemblée Générale de la classe IMOCA a permis de dresser le bilan de l'année écoulée et de se projeter sur l'année suivante. Le calendrier pour la saison 2018-2020 a été planifié avec notamment la création des Globe Serie, avec un système de points et de coefficients sur quatre ans, en vue du Vendée Globe.

"L'idée est d'organiser chaque année deux grands événements réunissant des flottes importantes, ainsi que d'autres épreuves, appelées « courses exhibition ». En 2018, les deux événements majeurs seront constituées par une nouvelle course organisée à Monaco début juin (dont le nom sera révélé en début d'année), puis la Route du Rhum, destination Guadeloupe en novembre. En 2019, nous aurons la Barcelona World Race et la Transat Jacques Vabre. Puis en 2020, année de Vendée Globe, les skippers de la classe prendront part à The Transat et à la New York-Vendée." a expliqué Antoine Mermod, Président de la classe.

Les IMOCA vont envahir la Méditerranée : après le Grand Prix Guyader à Douarnenez, une course en solitaire sera organisée vers Cascais au Portugal, qui sera qualificative pour la Route du Rhum. Une proposition va être également faite aux organisateurs de la Giraglia pour inscrire la classe IMOCA.

Quant à la Barcelona World Race, elle est prévue pour le 12 janvier 2019 et est en cours d'organisation.

 

A lire aussi :

Record tour du monde solitaire: un dimanche à Brest pour Gabart

Les Bénéteau Antares se refont une beauté !

Australie : des drones surveillent les plages à la recherche de requins
13/12 17:11

"On repère les requins et on alerte les nageurs et les surfeurs en temps réel pour qu'ils rentrent sur la plage", dit à l'AFP Nabin Sharma, concepteur de logiciel à l'Université technologique de Sydney. "Nous pouvons identifier 16 objets différents, comme les requins, les baleines, les dauphins, divers types de bateaux et plein d'autres choses intéressantes",poursuit-il.

Le logiciel peut faire la différence entre les différents habitants de la mer comme les requins, qu'il identifie avec un taux de réussite de 90%, contre 16% à l'oeil nu. Le drone est également capable de larguer des équipements aux personnes en difficultés, quelques secondes à peine après les avoir repérées.

Certaines plages australiennes sont équipées de filets antirequins mais ils ne garantissent pas totalement la sécurité, tout en provoquant d'importants dégâts sur la faune marine, selon une étude gouvernementale publiée cette semaine qui appelle à leur disparition progressive.

Il y a eu plusieurs attaques de squales cette année. D'après les spécialistes, les incidents sont en augmentation à cause de la popularité croissante des sports nautiques et du fait que certaines catégories de poissons se rapprochent des plages. Mais les attaques mortelles sont rares, 47 au cours des 50 dernières années.

 

A lire aussi :

Un eden du Pacifique oblige les touristes à prêter serment à l'environnement

Golden Globe Race : un tour du monde à l'ancienne en 2018

Salon 'Loisirs d'eau' à Eurexpo Lyon du 8 au 11 février
13/12 14:31

Première nouveauté : Loisirs d'Eau 2018 passera de 3 à 4 jours et ouvrira ses portes le jeudi 8 février au lieu du vendredi. Ce sera aussi l'occasion de découvrir les dernières nouveautés que ce soit du secteur piscine ou du nautisme. On pourra ainsi voir, par exemple, les objets connectés pour gérer sa piscine à distance, de piloter les appareils à distance et d'analyser l'eau, de découvrir de nouveaux abris au design et optimisés... mais aussi des nouveautés bateaux. De nombreuses marques leader ont confirmé leur présence aussi bien en Piscines & Spas (Abrideal, Europe Spa, Mirisport Desjoyaux...) qu'en Nautisme et sports d'eau (Bénéteau, Brunswick, Evinrude...).

Un nouveau secteur Bien-Etre fait son apparition cette année ! Croisières, hôtellerie, destinations touristiques, stations balnéaires, parcs d'attractions aquatiques, thermalisme, thalasso, cosmétique, massages, etc. seront proposés dans ce nouvel espace.

A lire aussi :

L’Icam Bretagne, école d'ingénieurs, déniche un tissu lumineux innovant pour SNA

Les Bénéteau Antares se refont une beauté !

Record tour du monde solitaire: un dimanche à Brest pour Gabart
13/12 11:32

Parti le 4 novembre sur une ligne déterminée à Ouessant, Gabart file à des vitesses impressionnantes et rien ne semble ralentir ce phénomène de la course au large qui court après le record établi il y a un an par Thomas Coville (Sodebo Ultim') en 49 jours et 3 heures.

Mardi, Gabart était au large des Canaries sur une mer agitée par un vent qui approchait les 45 km/h et lui-même naviguait à une vitesse élevée de 30 noeuds (55 km/h). La suite de sa route doit le mener vers l'anticyclone des Açores avant de tracer vers la Bretagne. Cette ultime partie du périple reste encore incertaine quant aux conditions météo. Pour cette raison, les dernières estimations communiquées mardi par son équipe situent l'arrivée du skipper dimanche entre 9h10 et 16h15 (heure française). Mais il est également bien possible que Gabart boucle samedi sa circumnavigation.

Ces dernières heures, Gabart a branché le pilote automatique pour pouvoir se reposer. "François n'est pas une tête brûlée", confirme à l'AFP Christian Le Pape, directeur du Pôle Finistère course au large à Port-la-Forêt, et qui connaît bien le marin.

Pour battre le record, Gabart doit arriver avant 13h09 (heure française) le samedi 23 décembre.

A lire aussi :

Golden Globe Race : un tour du monde à l'ancienne en 2018

La longue route à la voile partira en 2018

L’Icam Bretagne, école d'ingénieurs, déniche un tissu lumineux innovant pour SNA
13/12 07:11

Pour répondre à la demande grandissante d'installer des éclairages outdoor sans contrainte, SNA contacte l’Icam courant 2016 afin de travailler sur un tissu lumineux pour des bateaux notamment.

Après avoir rencontré SNA pour échanger sur son activité et ses besoins, l’équipe de l’Icam a réalisé un état de l’art et une étude de faisabilité. Une technologie française, utilisée jusqu’ici dans la décoration, a été retenue. La deuxième étape consistait en la réalisation de tests pour une adaptation dans un environnement marin et de calculs de puissance électrique. Début 2017, l’Icam a présenté à SNA une maquette et un plan du boîtier électrique. Kanvaslight se présente aujourd’hui comme un tissu éclairant basé sur la diffusion de la lumière par fibre optique. Le tissage est inerte, aucune électricité ne circule permettant un usage sans risque au contact de l’eau. Le produit est résistant aux UV (fibres lumineuses, fibres textiles) avec un échauffement très faible. « L’Icam nous a permis de trouver la bonne technologie pour développer ce produit. Les bateaux de plaisance pourront désormais disposer d’espaces naturellement éclairés sur le pont, sans une installation électrique compliquée. Kanvaslight est désormais commercialisé en sur-mesure uniquement », précise Thierry Plagué, dirigeant de SNA.

 

A lire aussi :

Les Bénéteau Antares se refont une beauté !

Alessandra Sublet, marraine des Voiles de Saint-Barth 2018

Golden Globe Race : un tour du monde à l'ancienne en 2018
12/12 17:07

La Golden Globe Race 2018 marche sur la trace de la Golden Globe Challenge, un rendez-vous unique légendaire fait d'exploits et de drames en 1968/1969 et qui a inspiré le mythique Vendée Globe.

Le 1er juillet prochain, plusieurs navigateurs effectueront un retour aux sources pour 300 jours de navigation avec comme seuls outils un sextant, des cartes en papier et un chronomètre à remontoir.

Le voilier - toutefois équipé de balises de suivi de position, de détresse et d'un téléphone pour communiquer hebdomadairement avec le PC course - ne doit faire guère plus de 11 mètres et être construit avant 1988. "C'est une course particulière comme il n'en existe plus. C'est une sorte de retour à la vraie navigation", a relevé l'un des 23 inscrits à ce jour, le Français Jean-Luc van den Heede (Matmut).

Pour Philippe Chéré (PRB), un Breton de 56 ans exilé depuis 20 ans en Australie et qui a remporté 2 fois le Trophée Jules Verne, cet événement est l'occasion de "réapprendre des gestes qu'on a oubliés avec les outils modernes". "Comme sortir les seaux quand il pleut pour récupérer l'eau car on n'a pas de dessalinisateur!" explique-t-il, assurant qu'ils ne sont pas "une bande de fous".

La course version 2018, fondée par l'Australien Don Mc Intyre, est ouverte à 30 concurrents maximum. Quatorze nationalités sont déjà représentées.

En 1968, ils étaient 9. Seul Robin Knox-Johnston (GBR) a bouclé le tour, pour devenir le 12 avril 1969 le premier homme à avoir navigué seul autour du globe sans escale, soit 313 jours de périple. Donald Crowhurst (GBR), qui a fait croire qu'il réalisait le tour du monde alors qu'il n'avait jamais bougé de l'Atlantique, s'est suicidé. Nigel Tetley (AFS), dont le trimaran a sombré à quelque 2000 km de la ligne d'arrivée, s'est pendu en 1972. Enfin, le Français Bernard Moitessier, en position de vainqueur, a poursuivi sa route jusqu'à Tahiti parce qu'il se sentait "plus heureux en mer".

 

A lire aussi :

Nice UltiMed, le choc des titans !

Lorient-Les Bermudes-Lorient : la course revient pour ses 40 ans !

 

Un eden du Pacifique oblige les touristes à prêter serment à l'environnement
12/12 14:35

Les autorités de l'archipel de 20.000 habitants, qui parlent de première mondiale, espèrent ainsi limiter les dégâts infligés à l'environnement par la fréquentation touristique.

"Le serment des Palaos" est tamponné sur le passeport du visiteur à son arrivée dans ce pays du Pacifique ouest, à peu près à mi-chemin entre l'Australie et le Japon. "Je vous fais le serment comme invité de protéger et préserver votre magnifique archipel", peut-on y lire. "Je promets de marcher avec légèreté, de me comporter avec bienveillance et d'explorer avec discernement". Les touristes sont tenus de signer le texte.

Avec ses eaux cristallines, ses récifs coralliens intacts et sa vie marine abondante, les Palaos sont considérés comme un des meilleurs spots de plongée au monde. C'était jadis une destination confidentielle réservée aux connaisseurs. Mais ces dernières années, le nombre de touristes, en particulier chinois, a explosé, faisant pression à la fois sur les infrastructures et sur le paysage.

Le texte du serment a été écrit avec l'aide des enfants des écoles et le président Tommy Remengesau a expliqué qu'il s'agissait de préserver l'environnement pour les générations futures. "La protection de l'environnement est au coeur de notre culture. Nous avons besoin de l'environnement pour survivre et si nous abandonnons notre beau pays aux dégradations écologiques, notre génération sera la dernière à jouir de sa beauté et de sa biodiversité".

En 2016, les Palaos ont accueilli 150.000 touristes, en hausse de 70% par rapport à 2010.

Certains d'entre eux ont scandalisé les habitants en capturant des tortues de mer pour prendre des selfies, en marchant sur les coraux ou en abandonnant des déchets sur la plage. "Le serment des Palaos veut encourager les comportements environnementaux responsables chez les visiteurs", a dit le gouvernement dans un communiqué. "Si nous n'agissons pas maintenant, il sera trop tard pour protéger les sites les plus uniques du pays".

 

A lire aussi :

Le lagon calédonien, le paradis de la plaisance

Saint-Barth, joyau des Petites Antilles et paradis de Johnny !

La longue route à la voile partira en 2018
12/12 11:29

"Guy (Bernardin) était persuadé qu'il fallait faire confiance au marin et ne rien imposer. La consigne est l'absence de consignes. C'est la liberté du bateau, de l'équipement, la liberté de communiquer ou pas", a souligné Merbau.

Il ne s'agit pas d'une course mais d'un "pèlerinage", selon Merbau. L'idée est de faire le tour du monde en solitaire et sans escale autour des trois caps (Bonne-Espérance, Leeuwin et Horn) en hommage au Français Bernard Moitessier, qui, il y a 50 ans, avait réalisé ce qu'il avait appelé "la longue Route".

Engagé en 1968 sur la Golden Globe Challenge, première course autour du monde sans escale en solo, Moitessier était en position de vainqueur quand il décida de ne pas revenir à son point d'arrivée pour poursuivre sa route jusqu'à Tahiti parce qu'il se sentait "plus heureux en mer".

Pour l'aventure 2018, il n'y a pas de règlement, pas de droits d'inscription, pas de ports de départ et d'arrivée imposés et pas de classement.

Les marins -une vingtaine de bateaux de tout type sont attendus- pourront partir entre le 18 juin et le 30 septembre 2018, d'un port au nord du 45° Nord de la côte européenne, ou du 41° Nord de la côte Est américaine. Le port de départ sera identique au port de retour.

Ils sont déjà 24 navigateurs (dont 2 femmes) à s'être engagés de six nationalités.

Un grand rendez-vous festif avec une dizaine de concurrents sera organisé les 16 et 17 juin au Bono (Morbihan), lieu de sépulture de Moitessier.

A lire aussi :

Nice UltiMed, le choc des titans !

Succès pour la 1ère vente aux enchères du Nautic !

Alessandra Sublet, marraine des Voiles de Saint-Barth 2018
12/12 07:07

Pour François Tolède, l'un des Directeur des Voiles de Saint-Barth, ce choix était une évidence : « Il était effectivement très important pour nous que ce soit une personne en adéquation avec ce que nous venons de vivre. Alessandra Sublet a ses parents sur l’île depuis plus de 20 ans et y séjourne régulièrement. De plus, elle aime la mer puisque par le passé, elle a été monitrice de voile. Le fait qu’elle ait accepté d’être la marraine de l’épreuve a donc vraiment du sens ».

« C'était naturel pour moi d'être solidaire et puis les Voiles de Saint-Barth, c'est un événement ! Je suis très fière d'en être la marraine cette année, une année si particulière pour l'île. D'ailleurs j'en profite pour saluer le courage de la population et des organisateurs pour maintenir ces événements qui font vivre Saint-Barth », déclare l’animatrice qui a fait ses armes aux Glénans avant de devenir GO Voile.

Cette année, la couleur du logo est passé du bleu au vert, couleur de l'espoir, avec un message clair "Ready for the launch". Les organisateurs ont choisi de se recentrer sur les fondamentaux, avec plus de convivialité, de solidarité mais aussi plus de compétition, avec des nombreuses nouveautés, notamment une 5e journée et l'arrivée d'une nouvelle classe. Plus de précisions en janvier !

A lire aussi :

Saint-Barth, joyau des Petites Antilles et paradis de Johnny !

Saint-Barth, paradis hivernal pour les sports nautiques

Acte 3 du Monaco Sportsboat Winter Series : c'est fini, rendez-vous en 2018
11/12 17:02

Honneur aux dames

Le scénario ne fait que se répéter au fil des rendez-vous. Valeria Kovalenko (Art Tube) s’est de nouveau emparée de la victoire en J/70 faisant preuve d’une régularité digne d'un métronome. C’est un véritable parcours sans faute auquel se livre l’équipage russe depuis le début de la saison. Mais les efforts déployés à l’arrière n’auront pas été vains en témoigne la superbe 2e place de Stefano Roberti (Piccinina) du Y.C.M., venu bousculer l’ordre établi dans un podium très international, complété par les Suisses de W.A.T.C.H.

Ouvert sur l’international

Certains sont même venus de très loin pour s’aligner au départ de la régate à l’instar des Brésiliens de Manda Chuva, deuxièmes la saison passée. A noter également la présence du français Jean-Baptiste Bernaz, lasériste aux trois olympiades ou de Elliot Willis, membre de l’équipe de voile britannique et brillant régatier de 470, « j’étais déjà venu à l’acte précédent. A chaque fois c’est un réel plaisir tant au niveau des conditions que de l’organisation. C’est super de rencontrer de nouveaux équipages et de pouvoir venir naviguer ici en plein hiver. »

Junda – Banca del Sempione persiste et signe

Quelques mois à peine après avoir débuté en Melges 20, Ludovico Fassitelli (Junda – Banca del Sempione) continue sur sa lancée. Victorieux du premier acte, le sociétaire du Y.C.M. enchaîne les succès en montant sur la deuxième marche du podium remporté cette fois-ci par les Russes de Rocknrolla. Alex Team mené par Alexander Mikhaylik termine troisième.

Le troisième acte des Monaco Sportsboat Winter Series et dernier de l’année 2017 vient donc de s’achever. Les équipages se retrouveront du 19 au 21 janvier 2018 pour la suite des régates avant le rendez-vous incontournable de la Primo Cup - Trophée Credit Suisse du 9-11 février 2018.

Classement Général Final Acte III – J/70

1er : Valeria Kovalenko – RUS (Art Tube) -  4 points

2e : 2e : Stefano Roberti – MON (Piccinina) – 7 points

3e : Jacques Leveque – SUI (W.A.T.C.H) – 7 points

Classement Général Final Acte III – Melges 20

1er : Dmitry Samokhin – RUS (Rocknrolla) – 5 points

2e : Ludovico Fassitelli – MON (Junda Banca del Sempione) – 7 points

3e : Alexander Mikhaylik – RUS (Alex Team) – 10 points

Classement Général Provisoire après trois Actes – J/70

1er : Valeria Kovalenko – RUS (Art Tube) -  18 points

2e : Stefano Roberti – MON (Piccinina) – 65 points

3e : Germano Scarpa – ITA (Sport Cube) – 67 points

Classement Général Provisoire après trois Actes – Melges20

1er : Alexander Mikhaylik – RUS (Alex Team) – 36 points

2e : Ludovico Fassitelli – MON (Junda Banca del Sempione) – 38 points

3e : Maxim Titarenko – RUS (Leviathan) – 47 points

 

A lire aussi :

Volvo Ocean Race : à l'assaut de l'Indien pour la 3e étape !

Nice UltiMed, le choc des titans !

Recevez la newsletter
tous les jeudis
Fermer
Recevez chaque jeudi les coups de coeur de la rédaction