Samantha Davies, une femme d’excellence

Mots clés : , ,

PORTRAIT : Mais qu’est-ce qu’une jeune maman anglaise vient faire dans ce monde de tontons flingueurs ? Y a du suif chez Tomate ! Qui plus est, Samantha Davies (Savéol) s’offre une deuxième tournée. Cette fois-ci avec un 8 ans d’âge.

 


Crédits photo : Savéol/SamDavies/Curutchet

De sa jeunesse sportive, elle a gardé l’endurance et la rigueur de la natation synchronisée. Des week-ends dans le Solent, des croisières estivales depuis Hayling Island avec ses parents vers la Bretagne Sud, elle transpire iodée. Samantha Davies a toujours fait de l’eau son élément préféré. Sa tasse de thé. Le stimulus pour la compétition à la voile est déclenché par les deux victoires d’étape de sa compatriote Tracy Edwards sur la Whitbread 89. Avec un équipage entièrement féminin et international. « Cela m’a fait rêver. C’était la preuve que c’était accessible aux filles. J’ai donc commencé les régates du dimanche. Dans notre marina, il y avait quelques bateaux qui y participaient. Je suis donc allée frapper sur toutes les coques pour demander s’il ne manquait pas d’équipiers. Je n’y connaissais rien dans les manœuvres en course. Et me voilà Numéro 1... Avec ma première grande course au large, la Fastnet Race sur un Sun Legende 41 », explique-t-elle encore amusée.


Héroïne


Si le papa a dû plus d’une fois détordre le mât de son petit dériveur, il n’a pu que se féliciter des études bien rectilignes de la jeune tête blonde. Ingénieur en mécanique de l’université de Cambridge, Samantha Davies rencontre de nombreux skippers grâce à un stage chez l’architecte naval Rob Humphreys. Tracy Edwards, l’héroïne de sa jeunesse, l’invite à embarquer sur le Trophée Jules Verne en 98. Elle a alors 24 ans : « Ce fut super comme expérience. Malheureusement, nous avons démâté alors que nous étions dans les temps du record. Je n’ai donc pas vu le cap Horn cette fois-là. En rentrant, j’ai aidé bénévolement Ellen MacArthur qui préparait la Route du Rhum 2002. Et elle l’a gagnée. De nos conversations m’était venue l’idée de faire la Mini Transat. On m’offre un bateau et son sponsor et je termine 11e ».


Après de multiples navigations en équipage et emplois par intermittence pour calculer des plans de pont chez un fabricant d’accastillage, voilà qu’elle met le doigt dans un nouvel engrenage. Le circuit Figaro. Une nouvelle vie dans le microcosme des stakhanovistes de l’écoute. Celui de la « vallée des fous ». Elle passe ainsi ses trois premières saisons à Port-la-Forêt pour se forger un tempérament inoxydable.


Belles images


Il y a quatre ans, un sponsor du prêt-à-porter est venu la chercher pour participer au Vendée Globe. Changement de gamme : « On me l’avait déjà proposé avant. Ce n’était pas un rêve mais l’évolution de ma carrière. A l’époque je sentais que j’étais prête pour aller faire ça bien. De cette première expérience, je garde de belles images. Non pas celle du départ où les gens stressent beaucoup pour toi et c’est très difficile à vivre alors que j’étais super heureuse de partir. Il y a le cap Horn et surtout l’arrivée. Je souhaitais faire dans les dix premiers ce qui aurait déjà été une performance énorme avec mon vieux et solide bateau. Finalement je termine 4e. Un samedi matin, avec le soleil et une foule immense aux Sables-d’Olonne et le jour de la Saint-Valentin où m’attend Romain Attanasio, mon compagnon. L’arrivée, dans le chenal, c’est en fait le condensé de tout ce que l’on vient de vivre pendant trois mois ».


Samantha Davies remet donc une tournée cette fois-ci encore sur un 60 pieds ayant un peu de bouteille. Un plan Lombard de 2004 ayant appartenu à Roland Jourdain. « Ce bateau est plus dur mais plus puissant. J’ai énormément navigué avec cette saison mais je pense que je vais encore découvrir des choses sur lui. Je pars donc moins à l’aise que la dernière fois mais moins dans l’inconnu. J’espère du vent mais pas trop. Et puis j’espère faire partager mon aventure à tous les partenaires qui sont avec moi mais aussi au grand public », conclu-t-elle avec enthousiasme et les yeux bleus des mers du Sud souriants.
Bon vent Madame !
 



SERVICE:
Toutes les prévisions météo du littoral et en mer pour la France par téléphone au 3201*.
Toutes les prévisions météo de vos voyages et vos navigations à l'étranger au 3264**.
* 3201 : Prévisions pour la France - 2,99€ par appel   ** 3264 : Prévisions pour le Monde - 2,99€ par appel
Fermer
Recevez chaque jeudi les coups de coeur de la rédaction