Les premiers mots de Kito de Pavant après la collision

Mots clés : , , , , ,

"L'aventure du Vendée Globe 2012 s'arrête, je suis désolé." Quelques heures après être entré en collision avec un chalutier, Kito de Pavant a confié ses impressions à son équipe technique. 


Kito de Pavant va bien mais le bateau est très endommagé : bout-dehors arraché et outrigger (barre qui soutient le mât) babord cassé, le pont est soulevé sur 2 mètres. Quelques heures après la collision, il s'est confié à son équipe technique:

 

« La probabilité pour entrer en collision avec un bateau, elle est super rare, explique le skipper. Toute la nuit, on a croisé beaucoup de bateaux, des cargos. Notre système AIS marche super bien quand les bateaux sont à 10 milles, l’alarme sonne, donc, ça me permet de gérer, de changer la route du bateau en cas de risque de collision. Le problème, c‘est que ceux qui ne sont pas équipés du système, on ne les détecte pas. Et c’est un piège parce qu’on n’a pas moyen de les voir. Je suis allé me coucher au mauvais moment. Et même si j’avais été debout, à l’heure où on regarde la météo par exemple, où on est sur l’écran, je ne l’aurai pas vu. Il suffit de 5 minutes."

 

 Le choc

 

La position du skipper du Groupe Bel au moment du choc était par 39°56 Nord et 9°56 Ouest, à environ 70 milles au nord de Cascais. Il était en 10e position, à 10 milles nautique derrière Jean Le Cam sur SynerCiel et à 25milles à l'est de Mike Golding sur Gamesa.


"Il n’y a pas eu d’appel à la VHF, rapporte Kito de Pavant. Je pense que sur le chalutier, ils n’étaient pas en veille non plus, ils devaient travailler ou dormir. Quand il y a eu le choc, je me suis réveillé en sursaut. J’ai entendu les mecs gueuler mais c’était trop tard. J’ai bondi sur le pont, fait ce qu’il fallait pour que le mât ne tombe pas. On a sauvé au moins ça, mais bon, ça ne sert pas à grand chose."

Après avoir sécurisé son mât, Kito de Pavant a pris la direction de Cascais, au Portugal. Il navigue sous grand-voile 2 ris, avec une vitesse de 9 nœuds. Son voilier évolue dans 17/18 nœuds de vent de Nord-Ouest avec une houle de Nord-Ouest de 2,5 mètres de haut.


"Je n’ai pas de colère contre les pêcheurs mais contre moi, parce que ce truc là n’aurait pas dû arriver, explique le skipper. On ne pouvait pas le prévoir, mais je m’en veux de m’être couché au mauvais moment. Ce risque de collision existe toujours en solo, avec les cargos, les pêcheurs. Ça peut arriver au Portugal, au Sénégal, au large du Cap Vert ou du Brésil. Partout.
Le bateau est très abîmé. Toute cette énergie qu’on dépense depuis des années et des mois pour préparer tout ça, c’est terrible. Il n’y a plus de bout dehors, il y a un trou à l’avant de la coque, mais le bateau est en sécurité, y’a pas de problème. J’ai sécurisé le mât."

Le skipper pense arriver au Portugal en fin de soirée. "Après, on réfléchira pour savoir ce qu’on fait. Encore une fois, quitter le Vendée Globe après deux jours de course… c’est même pas possible, même pas possible."

 

Le sort s'acharne


Après Marc Guillemot ce week-end, Kito de Pavant pourrait donc être obligé d’abandonner. Lors de sa première vacation, le skipper de groupe Bel se réjouissait pourtant: "Mon dernier Vendée Globe s’était écourté rapidement, il me reste encore quelques heures pour battre mon record de durée! » En 2008, Kito de Pavant avait été contraint à l’abandon après 28 heures de course, suite au démâtage de son bateau dans le golfe de Gascogne.« On a déjà initié des procédures pour le retrouver à Cascais qui est le premier port que l’on trouve en allant vers Lisbonne, annonce Denis Horeau. Il n’y a pas de problème de sécurité mais l’abandon sera très sûrement proclamé de façon officielle dans les heures à venir par le skipper lui-même."

Kito de Pavant, de son vrai prénom Christophe, est un marin expérimenté. Depuis 2007, le skipper a parcouru 100 000 milles nautiques avec son voilier, soit 4 tours du monde. Avant le départ, 8500 collaborateurs de Bel avaient laissé leur empreinte de pouce sur le mât du bateau pour lui porter chance. Mais ce coup de pouce n'aura pas suffi.

Réaction de l'équipe Safran de Marc Guillemot: "Toutes nos pensées vont à Kito et au team, on sait comme cela peut-être dur".

 

 

LIRE AUSSI:

Portrait de Kito de Pavant

La vidéo de Kito de Pavant sur son voilier blessé
 



SERVICE:
Toutes les prévisions météo du littoral et en mer pour la France par téléphone au 3201*.
Toutes les prévisions météo de vos voyages et vos navigations à l'étranger au 3264**.
* 3201 : Prévisions pour la France - 2,99€ par appel   ** 3264 : Prévisions pour le Monde - 2,99€ par appel
Fermer
Recevez chaque jeudi les coups de coeur de la rédaction