Retour du vent en tête de la flotte



Mots clés :

Les premiers effets de la dépression de sud-ouest se font sentir ce mercredi matin pour les leaders qui affichent désormais des vitesses de plus de 10 noeuds.



Les trois leaders, François Gabart (Macif), Armel Le Cléac’h (Banque Populaire) et Bernard Stamm (Cheminées Poujoulat) commencent à toucher ce mercredi matin les effets de la dépression de sud-ouest et naviguaient entre 10 et 13 nœuds à l’approche du sud des Açores. Il sera surtout intéressant de suivre la progression du groupe positionné le plus au nord qui bénéficie d’un flux plus soutenu depuis quelques heures. C’est le cas de Jean-Pierre Dick (Virbac Paprec), Jérémie Beyou (Maître CoQ), Alex Thomson (Hugo Boss) et Vincent Riou (PRB). Vont-ils réussir à combler une partie des 120 milles qui les séparent de François Gabart ? Réponse dans la journée.
En queue de peloton. Le Polonais Zbigniew Gutkowski (Energa), 17ème, et Bertrand de Broc (Votre Nom Autour du Monde avec EDM Projets), 18ème, sont en mesure de pouvoir contourner la dépression par le nord et de bénéficier ainsi de vents portants. Le seul risque de cette stratégie, qui leur permettrait de rattraper une partie de leur retard sur les premiers, est de devoir affronter des vent très forts (plus de 40 nœuds) qui soufflent sur la partie septentrionale de ce phénomène orageux.



Repos et bricolage


Dans cet épisode de pétole qui a marqué mardi la troisième journée de course, la plupart des marins en ont profité pour vérifier leur monture et pour sortir la caisse à outils. Les premières quarante-huit heures sportives ont forcément sollicité le matériel et occasionné quelques menus dégâts. Sam Davies (Savéol) devait réparer son bloqueur de drisse de grand-voile, Alex Thomson (Hugo Boss) son ballast avant. Jérémie Beyou, confiait être en pleine séance de bricole. Ils ne sont certainement pas les seuls... Tous en ont aussi profité pour se requinquer physiquement : multiplier les tranches sommeil, s’alimenter plus copieusement, faire sécher les cirés. Les hommes et le matériel devront être en parfait état pour aborder les conditions musclées de ces prochaines heures.

Les voix du large


Javier Sanso (Acciona 100% EcoPowered) : « Je navigue en ce moment dans très peu de vent, presque encalminé. Je suis presque tout le temps à la barre pour ne pas perdre un mille car PRB est tout près. J’ai eu une journée épuisante et pas très efficace. Je ne me suis pas arrêté une minute. Même pour manger, j’ai dû m’y prendre entre deux manœuvres. C’était une journée plutôt stressante mais je pense en voir le bout, du vent commence à venir devant. Pour écrire ce mail, je me suis mis sous code zéro et gennaker. Je suis sorti 4 ou 5 fois, le vent vient de tous les côtés, j’espère que ça va se stabiliser en venant de l’ouest pour pouvoir ensuite aller vers le Sud rapidement. J'ai appris pour Kito, quelle déception ce doit être pour lui. Ce qui lui est arrivé est une de mes plus grandes craintes lorsque je suis en mer. Au moins il va bien... J’embrasse également Marc, qui doit lui aussi être en pleine désillusion d'avoir eu à abandonner si tôt après tant de mois de préparation... ».





Mike Golding (Gamesa) : « C’est difficile de ne pas suivre la brise dont je bénéficie. Si les modèles indiquent de faire de l’ouest, cela ne semble pas avantageux pour moi dans l’immédiat. Je vais profiter d’une petite compression de l’écart avec les leaders qui est toujours bonne à prendre. Je commence à rencontrer quelques trous de vent. La vraie question est de savoir quand aller à l’ouest. Je ne voulais pas être le premier, comme je ne veux pas non plus être le dernier. Mon objectif est de vraiment rester dans le flux de pression dont je bénéficie actuellement, et je sens que cela se passe plutôt bien jusqu’à maintenant. Par ailleurs, faire très tôt de l’ouest suppose de se rapprocher très vite du centre de la dépression, assez creuse, et qui se déplace lentement, avec le risque de rencontrer des vents très forts. Je n’ai pas forcément envie de me prendre un coup de pied si tôt dans la course ».



 

Classement à 9 heures :

 

1.François Gabart (Macif) à 23 028 milles de la ligne d’arrivée
2.Armel Le Cléac´h (Banque Populaire) à 40,6 milles du leader
3. Bernard Stamm (Cheminées Poujoulat) à 48,7 m
4.Jean Le Cam (SynerCiel) à 68,8 m
5.Mike Golding (Gamesa) à 76,6 m
6.Jean-Pierre Dick (Virbac Paprec) à 97,0 m
7.Arnaud Boissières (Akéna Vérandas) à 98,4 m
8.Jérémie Beyou (Maître CoQ) à 104,7 m
9.Vincent Riou (PRB) à 108,1 m
10.Alex Thomson (Hugo Boss) à 119,0 m
11.Javier Sanso (Acciona 100% EcoPowered) à 157.3 m
12.Dominique Wavre (Mirabaud) à 195,9 m
13.Samantha Davies (Savéol) à 210,3 m
14.Tanguy de Lamotte (Initiatives coeur) à 246,8 m
15.Louis Burton (Bureau Vallée) à 298,0 m
16. Alessandro di Benedetto (Team Plastique) à 346,3 m
17.Zbigniew Gutkowski (Energa) à 482,6 m
18.Bertrand de Broc (Votre Nom Autour du Monde avec EDM Projets) à 492.1 m
Abandon : Marc Guillemot (Safran); Kito de Pavant (Groupe Bel).

 

 

LIRE AUSSI :

Louis Burton entre en collision avec un chalutier

Course au large : de plus en plus de collisions avec les géants des mers



SERVICE:
Toutes les prévisions météo du littoral et en mer pour la France par téléphone au 3201*.
Toutes les prévisions météo de vos voyages et vos navigations à l'étranger au 3264**.
* 3201 : Prévisions pour la France - 2,99€ par appel   ** 3264 : Prévisions pour le Monde - 2,99€ par appel
Fermer
Recevez chaque jeudi les coups de coeur de la rédaction