Cinquième abandon : Jérémie Beyou rentre à la maison

Mots clés : , , ,

Victime d’une avarie de quille, le skipper de Maître Coq a annoncé lundi à la mi-journée qu’il jetait l’éponge.


Sa décision n’a surpris personne. Victime depuis samedi soir d’une avarie sur son système de quille, Jérémie Beyou a annoncé à la mi-journée qu’il abandonnait et rejoignait le port le plus proche au moteur. « J'ai fait sauter mon plomb moteur, j’arrive devant le port et j'attends mon équipe pour faire un diagnostic sérieux », explique Jérémie Beyou ce lundi midi. Samedi soir, le skipper de Maître Coq pointait en sixième position, dans le groupe de tête, premier des bateaux de la génération 2008-2009. Le voilier filait au portant, sans forcer, à 21 nœuds de vitesse, sur la route directe. Jérémie Beyou se reposait à l’intérieur lorsqu’il a entendu un gros « bong ». Le bateau est parti au lof et sa quille a pris 10° d’angle. Le skipper de Maître Coq a vite constaté que la tête de vérin de quille, qui permet de basculer l’appendice en latéral de façon à augmenter son efficacité, avait cassé net.


Une grande frustration


« Quand c’est arrivé, dans les minutes qui ont suivi, j’étais nerveux, témoigne le skipper de Maître Coq. J’étais mort de rire et en même temps je me disais que ce n’était tellement pas possible de rigoler. » Jérémie Beyou n’a pas réussi à fermer l’œil pendant toute la journée d’hier. « Je me suis jetée sur la bouffe et avec une réserve de 90 jours, j’avais de quoi » relève-t-il avec une pointe d’humour amer. « J’ai fini par tomber de sommeil la nuit dernière et maintenant j’ai les idées plus claires. » Pour sécuriser sa quille, à l’aide de cordages, Jérémie Beyou s’est abrité à l’ombre de l’île cap-verdienne de Santo Antao. Mais ces cordages de fortune ne pouvaient pas résister aux milliers de milles à venir sur ce tour du monde, comme l’explique le concurrent malheureux : « Mon diagnostic est assez clair. La façon dont j'ai amarré ma quille est la meilleure pour arriver jusqu'au Cap Vert. Mais cela ne me permet pas d'aller dans les mers du sud. » Une fois rentré au port, Jérémie Beyou et son équipe technique vont démonter le vérin et expertiser les pièces avec l'un des fournisseurs du voilier.


Un favori qui rentre au port

Le sort s’acharne sur le double vainqueur de la Solitaire du Figaro. En 2008, Beyou avait déjà dû arrêter prématurément sa conquête de l’Everest des mers : suite à un problème de gréement, il avait dû s’abandonner à Récife (Brésil). Cette année, le marin faisait figure de candidat très crédible au podium : il naviguait sur l’ancien bateau de Michel Desjoyeaux, tenant du titre.

LIRE AUSSI:

L'avarie de Jérémie Beyou vécue par sa femme

Portrait: Jérémie Beyou, pour enfin savourer

Tout schuss vers le Pot au noir
 



SERVICE:
Toutes les prévisions météo du littoral et en mer pour la France par téléphone au 3201*.
Toutes les prévisions météo de vos voyages et vos navigations à l'étranger au 3264**.
* 3201 : Prévisions pour la France - 2,99€ par appel   ** 3264 : Prévisions pour le Monde - 2,99€ par appel
Fermer
Recevez chaque jeudi les coups de coeur de la rédaction