PRB peut-il repartir ?

Mots clés : , ,

Suite à sa collision avec une tonne circulaire ce matin, Vincent Riou peut-il repartir ou se dirige-t-il vers l’abandon ? Le skipper de PRB a fait un point à la vacation de la mi-journée.


Jean-Marie Liot - DPPI

Vincent Riou est revenu à la vacation de la mi-journée sur son avarie. « Ce matin, vers 04h45 (TU), je me suis mis à la table à cartes pour l’analyse du premier fichier météo de la journée. A 05h00, il y a eu un choc dans le bateau. PRB s’est arrêté, j’ai entendu un gros bruit de carbone à l’intérieur. Je suis sorti en courant », a expliqué Vinent Riou. « J’ai vu défiler à l’arrière du bateau une grosse tonne circulaire. Elle n’avait pas grand chose à faire là, rien à faire au large. C’était un gros tas de rouille. J’ai abattu pour arrêter le bateau, je suis allé à l’avant. J’ai constaté qu’il était sérieusement endommagé à l’avant tribord, à quatre ou cinq mètres de l’étrave. La zone touchée se situe au milieu de la partie verticale du bordé donc à fleur d’eau quand le bateau est gité à 20°. La déchirure est exactement de 1,30 mètre », a-t-il précisé.

 

Le tirant de l’outrigger de PRB endommagé

 

Depuis 07h00 ce matin, heure à laquelle PRB est entré en collision avec une tonne de mer, Vincent Riou cherche toutes les solutions possibles pour réparer la coque déchirée et délaminée. Mais un autre problème majeur a fait son apparition. En effet, en refaisant un check complet de son bateau, le skipper de PRB s’est rendu compte que l’énorme bouée avait également endommagé le tirant de l’outrigger tribord, fragilisant ainsi le mât du bateau. « Depuis, j’ai constaté que j’ai le tirant de l’outrigger qui est endommagé à 20 centimètres de la coque. Ces nouvelles ne sont pas bonnes. Aujourd’hui, pour réparer de manière fiable, je ne pense pas être loin d’une solution. Maintenant, ça va prendre beaucoup de temps. Il y a beaucoup de grains et d’humidité par ici, et sur le pont de PRB, il fait 30°. Le composite, c’est dur quand il fait chaud et humide. Je ne me dis rien du tout, j’essaie de faire une analyse la plus rationnelle possible. Ce qui m’intéresse, c’est d’envisager la suite de la course ». Vincent Riou a commencé dans l'après-midi la réparation de la coque de son bateau alors que les réflexions se poursuivent au sujet du tirant de l’outrigger. « On cherche encore avec Denis Glehen et les architectes. Nous n’avons pas encore tiré toutes les conclusions, il faut attendre. Le tirant, c’est du carbone et nous avons du carbone à bord. Donc a priori, des solutions sont envisageables, mais pour l’instant, leur mise en œuvre n’est pas définie », a indiqué le skipper à 16h00.

 

Si Vincent Riou espère encore avoir une chance de continuer la course, Pascal Bidégorry et Romain Attanasio, contactés par Figaro Nautisme, ont tous deux un avis beaucoup plus pessimiste. « Je ne vois trop comment Vincent (Riou) pourrait partir dans le Sud si le bateau est autant endommagé. Il va être obligé de s’arrêter deux jours pour réparer. Ca me paraît compliqué mais j’espère me tromper. Et dans le meilleur des cas, s’il arrive à repartir, les leaders vont lui prendre 800 milles. C’est vraiment dommage », commente Pascal Bidégorry, qui déplore qu’autant d’objets flottent dans l’océan. « Il y a eu trop d’incidents depuis le début le début de ce Vendée Globe, entre les chalutiers et les objets flottants, ce n’est pas normal ». Même son de cloche chez Romain Attanasio. « Je pense que la messe est dite. Je ne vois pas comment il peut réparer ça. Pour la coque, il faudrait qu’il fasse une plateforme pour ne pas travailler la tête en bas. En ce qui concerne l’outrigger, c’est une pièce très sensible ». Tous deux s’accordent à dire que si l’incident était arrivé plus tard dans la course, la donne aurait pu être différente, mais que juste avant les mers du Sud, les choses sont beaucoup plus délicates. On devrait en savoir plus demain matin.

 

A LIRE AUSSI :

Avarie à bord de PRB
 



SERVICE:
Toutes les prévisions météo du littoral et en mer pour la France par téléphone au 3201*.
Toutes les prévisions météo de vos voyages et vos navigations à l'étranger au 3264**.
* 3201 : Prévisions pour la France - 2,99€ par appel   ** 3264 : Prévisions pour le Monde - 2,99€ par appel
Fermer
Recevez chaque jeudi les coups de coeur de la rédaction