Philippe Jeantot, le Vendée Globe en héritage

Mots clés : , ,

 Plongeur, marin et fondateur du Vendée Globe, Philippe Jeantot aura eu un destin hors-normes. Un peu d’histoire...


Getty Images

 Né le 8 mai 1952 à Tananarive (Madagascar), Philippe Jeantot est un personnage hors-normes. Il a d'abord été plongeur à la Comex sur des plates-formes pétrolières, où il a notamment effectué une plongée profonde record à 501 mètres. Gagnant bien sa vie, il finance un premier voilier en acier de 44 pieds. Après deux ans de croisière, il s'inscrit au premier BOC Challenge (1982-1983), le tour du monde en solitaire avec escales. Sponsorisé par le Crédit Agricole, il fait construire pour cette course un monocoque de 60 pieds sur plan Ribadeau-Dumas, et gagne l'épreuve en remportant toutes les étapes. Dans la foulée, il fait construire le catamaran Crédit Agricole II par le chantier Multiplast à Vannes, puis le monocoque Crédit Agricole III pour le BOC 1986-1987 qu'il remporte à nouveau.

 

Un tour du monde sans escale ?

C’est là que germe dans l’esprit de Philippe Jeantot, Guy Bernardin et du Sud-Africain Bertie Reed, l’idée audacieuse de tenter de boucler un tour du monde à voile en solitaire…mais cette fois sans escale et sans assistance ! Possédant un chantier naval aux Sables d’Olonne susceptible de prendre en charge une partie de la logistique technique, Jeantot semble le mieux habilité pour organiser le défi. Rapidement, la course est baptisée « Globe Challenge » et 13 marins adhèrent au projet. Le double lauréat du BOC Challenge réussit à convaincre le Conseil Général de Vendée, la Ville des Sables d’Olonne et le Crédit Agricole de mettre la main à la poche. Le 26 novembre 1989, le coup de canon est donné, l’aventure commence. Avec une particularité : l’organisateur est aussi concurrent ! Ce qui posera évidemment quelques petits soucis administratifs. Tout en naviguant, Philippe Jeantot passe de longues heures au téléphone avec son épouse Corinne pour gérer la comptabilité de la course. Titouan Lamazou est le premier vainqueur, Jeantot se classe quatrième.

 

L’essor du Vendée Globe

Pour la deuxième édition en 1992-1993, Jeantot se consacre entièrement à l’épreuve en mettant un terme à sa carrière sportive. Il faut dire que l’engouement est tel qu’il ne peut plus mener de front deux activités. En 1996-1997, la compétition planétaire s’appelle désormais « Vendée Globe ». Une troisième édition terrible qui voit Raphaël Dinelli, Tony Bullimore et Thierry Dubois chavirer tour à tour dans l’Océan Indien. Si les trois marins s’en tirent miraculeusement, ce n’est pas le cas du Canadien Gerry Roufs qui disparait dans la traversée du Pacifique Sud. Sur le pont jour et nuit au PC Course, Jeantot coordonne avec un grand professionnalisme les secours en mer avec les autorités australiennes et le Britannique Pete Goss qui viendra sauver Dinelli.

 

Le début des ennuis

En 2000-2001, Jeantot organise sans le savoir son dernier Vendée Globe. Poursuivi par l’administration fiscale qui lui reproche d’avoir en partie détourné des revenus de la société organisatrice du Vendée Globe, il est condamné une première fois en 2003. Les montants exigés par le Fisc sont si élevés que Jeantot ne peut s’acquitter de la dette. Tous ses biens sont alors confisqués, à commencer par la propriété du Vendée Globe qui est racheté au Tribunal de commerce des Sables d’Olonne par le Conseil Général de Vendée, alors présidé par Philippe de Villiers. Et les ennuis se succèdent. Le 25 juillet 2004, Philippe est victime d’un accident de parapente. Gravement blessé à la jambe droite, il va mettre de long mois à se rétablir tout en gardant des séquelles. Fin des épisodes judiciaires en 2007 où Jeantot écope de trois ans de prison avec sursis. Depuis cette date, le créateur du Vendée Globe se fait discret, refusant toute sollicitation et interview quand le Vendée Globe revient sur le devant de la scène. Personne n’oubliera que grâce à son charisme et une volonté sans faille, Philippe Jeantot aura mis sur orbite l’un des plus grands événements maritimes de la planète.



SERVICE:
Toutes les prévisions météo du littoral et en mer pour la France par téléphone au 3201*.
Toutes les prévisions météo de vos voyages et vos navigations à l'étranger au 3264**.
* 3201 : Prévisions pour la France - 2,99€ par appel   ** 3264 : Prévisions pour le Monde - 2,99€ par appel
Fermer
Recevez chaque jeudi les coups de coeur de la rédaction