Calculs mathématiques contre route météo

Mots clés : ,

La route théorique, qui permet de classer les concurrents du Vendée Globe, est une ligne qui va au plus court, en plein cœur de l’anticyclone de Sainte-Hélène. De quoi faire grincer les dents des internautes qui parlent de « faux classement ».


crédits photo: Vincent Curutchet / DPPI / Vendée Globe

« Cela fait une semaine que je le dis @luctalbourdet #VG2012: le classement est faux depuis une semaine, à quand une modification du mode de calcul ? », interpelle Jacques Guyader sur Twitter. « Pas nouveau mais faudrait pas attendre la fin du Vendée Globe 2012 pour rectifier Errare humanum Est, Perserverare Diabolicum. », avance de son côté Luc Talbourdet. L’organisation accueille ces réflexions avec une pointe d’agacement, comme en témoigne Denis Horeau, directeur de course : « C’est la même chose depuis 20 ans, à chaque fois lors du passage de l’anticyclone de Sainte-Hélène. » Au moment de la définition du parcours théorique, le 10 septembre, il était impossible de connaitre l’emplacement de l’anticyclone.


Une ligne théorique, loin des skippers de l’Ouest.
 

Pour classer les concurrents pendant la course, les organisateurs ont défini, en collaboration avec les skippers, un parcours théorique: le chemin le plus court pour aller et revenir aux Sables d’Olonne. Ce parcours est balisé par un certain nombre de points de passages obligatoires, le prochain est ainsi la première porte des glaces : « La Porte Atlantique. » La position de chaque concurrent est calculée par rapport à la distance qui le sépare de ce point de référence en ligne directe. C’est la raison pour laquelle un concurrent décalé à l’Ouest, comme Jean-Pierre Dick, perd des places dans le classement car, même s’il descend vers le sud, il se décale de la route théorique située à son est. Cette semaine, Jean-Pierre Dick (Virbac-Paprec) pourrait donc être désavantagé par ce type de classement tandis que la semaine dernière, au contraire, Bernard Stamm (Cheminées Poujoulat) était avantagé par cette technique : il était le skipper le plus à l’est de la flotte et donc en meilleure position que ses concurrents qui filaient plus au sud mais plus loin de la route théorique. Toutefois ces décalages ne sont que temporaires. « Il est difficile d’avoir les distances réelles entre chaque bateau, explique Yann Elies, vainqueur de la Solitaire du Figaro 2012, voilà pourquoi on utilise ce type de classement ». Le parcours théorique ne bouge que lorsque les organisateurs sont obligés de changer les portes de glace en raison des icebergs. Ces dernières limitent le terrain de jeu des skippers au Sud, les empêchant de s’approcher trop près de l’Antarctique. « Lorsque nous changeons les portes, nous ajustons le parcours théorique, explique Denis Horeau. Mais nous ne changerons pas la route au niveau de l’anticyclone car un skipper peut très bien passer au cœur de ce phénomène météo s’il le souhaite. » Les concurrents qui se décalent à l’Ouest pour contourner l’anticyclone espèrent récupérer plus vite la dépression qui les portera vers les mers du sud. Ils acceptent donc de perdre du temps, de s’éloigner de la route théorique, pour récupérer plus de vitesse ensuite. C’est une option météo. « Ce serait arbitraire de donner un classement par rapport au way point météo, observe de son côté Yann Elies. Plutôt que d’essayer de changer l’organisation du classement, il faut mieux expliquer les subtilités du classement au grand public. »

 

Avez-vous d'autres questions ? N'hésitez pas à nous interpeller sur Twitter ou Facebook.


LIRE AUSSI:

Pronostics Vendée Globe: 16e jour de course

Le regard de Loïck Peyron sur la course
 



SERVICE:
Toutes les prévisions météo du littoral et en mer pour la France par téléphone au 3201*.
Toutes les prévisions météo de vos voyages et vos navigations à l'étranger au 3264**.
* 3201 : Prévisions pour la France - 2,99€ par appel   ** 3264 : Prévisions pour le Monde - 2,99€ par appel
Fermer
Recevez chaque jeudi les coups de coeur de la rédaction