Bataille de stratèges

Mots clés :

Après un début de course groupé, les routes divergent et le suspens augmente


La Chaîne Météo

Après la régate au contact, place à la guerre des stratèges. Le vendée Globe qui a débuté tambour battant sans beaucoup de divergence entre les leaders très groupés depuis 5 000 de course, est en train de changer de physionomie. Jeudi soir, la flotte était toujours emmenée par Armel Le Cléac'h (Banque Populaire), impressionnant de régularité depuis dix jours. Mais il se passait beaucoup de choses sur l'échiquier de l'Atlantique sud. Dans sa quête de la première porte des glaces positionnée au sud du Cap de Bonne-Espérance et pour contourner le redoutable anticyclone de Saint-Hélène avec ses zones de vent mou, Armel Le Cleac'h a choisi de rester le plus près possible de la route directe, quitte à affronter des vents faibles et instables. «Nous sommes dans des endroits où les modèles météo sont un peu moins fiables que dans l'Atlantique Nord, alors on s'adapte», a-t-il confié jeudi lors de la vacation de la mi-journée. Son confrère du Pôle Finistère, le figariste Romain Attanasio, ne s'inquiète pas: «Armel nous a habitués à faire des trucs osés et à les réussir», commente-t-il ainsi.

A l'extrême opposée de cette stratégie conservatrice, on retrouve le marin niçois Jean-Pierre Dick (Virbac Paprec) qui a pris l'initiative de contourner largement l'anticyclone en se décalant vers l'ouest puis le sud. Cette stratégie a fait des émules puisque le jeune bizuth François Gabart (Macif) lui a emboité le pas et le talonne de près.

Cette option leur a valu des sueurs froides lorsqu'ils ont affronté une zone de vents mous mercredi, mais elle leur permet maintenant de récolter les dividendes de leur mise avec de belles vitesses. En touchant des vents forts d'ouest avant tout le monde, Jean-Pierre Dick est revenu jeudi sur le podium et pourrait même passer en tête la porte des glaces. Une porte que les premiers concurrents devraient passer groupés mardi. Une fois la première porte des glaces passée, en début de semaine, les concurrents du Vendée Globe entreront dans les redoutables mers du sud avec comme premier gros morceau: l'océan Indien, très redouté pour ses coups de vents et sa mer accidentée. Les stratégies sont suivies attentivement par les deux derniers concurrents malheureux, contraints à l'abandon suite à une avarie: Jérémie Beyou (Maître Coq) et Vincent Riou (PRB). «Jusqu'au Cap je ne pourrai pas m'empêcher de regarder, expliquait le skipper de PRB lors de la vacation. Je me suis fait trop de scénarios sur cette partie stratégique». De son côté, Jérémie Beyou explique qu'il ressent beaucoup de frustration quand il suit la course mais que la belle performance d'Alex Thomson, à bord d'un bateau d'ancienne génération, lui donne de l'espoir pour la suite. Le skipper de Maître Coq pense arriver en France en début de semaine tandis que Vincent Riou a rejoint, mercredi, les pontons de Salvador de Bahia.

Classement jeudi à 16 heures:

1. Le Cléac'h à 19 077 milles de l'arrivée. 2. Thomson (Hugo Boss) à 134 m du leader. 3. Dick à 154 m. 4. Gabart à 160 m. 5. Stamm (Cheminées Poujoulat) à 182 milles



SERVICE:
Toutes les prévisions météo du littoral et en mer pour la France par téléphone au 3201*.
Toutes les prévisions météo de vos voyages et vos navigations à l'étranger au 3264**.
* 3201 : Prévisions pour la France - 2,99€ par appel   ** 3264 : Prévisions pour le Monde - 2,99€ par appel
Fermer
Recevez chaque jeudi les coups de coeur de la rédaction